mercredi 21 septembre 2016

Pereira Prétend - Pierre-Henry Gomont (d’après le roman d’Antonio Tabucchi)

1938. Pereira est journaliste culturel dans un quotidien conservateur à la botte du dictateur Salazar. Il vit à Lisbonne et passe ses journées seul, avec pour passions sa femme décédée, à qui il parle quotidiennement, et la traduction des grands auteurs français. Bedonnant, flegmatique, sans véritable conviction politique, Pereira se contente de sa petite vie bien rangée jusqu’au jour où il rencontre un étudiant et sa compagne proches des milieux révolutionnaires antifascistes. Un couple pour lequel il va se prendre d’affection et qui va peu à peu faire évoluer sa perception des choses et de la vie en général.

Adapté d’un roman d’Antonio Tabucchi, cet album déroule le cheminement personnel et la métamorphose intime d’un apathique un peu falot. Pierre-Henry Gomont a eu l’intelligence de se libérer du texte original tout en en respectant l’esprit. Avec son trait nerveux, ses couleurs écrasées par la chaleur lisboète, sa lumière parfois glaciale, il restitue un Portugal où le temps semble être suspendu. L’ensemble est fluide, croqué sur le vif à la manière d’un carnet de voyage avec des trouvailles graphiques aussi audacieuses que réussies, notamment l’incarnation des doutes et des hésitations du héros par des ombres rouges symbolisant la dualité de ses sentiments entre bonne et mauvaise conscience.

Pereira, fermant d’abord les yeux sur les exactions d’un régime totalitaire qui l’indiffère, va entrer, à sa manière, en résistance. L’obèse cardiaque à l’apparente  mollesse s’engageant presque malgré lui sur la voie de la subversion pour combattre le totalitarisme et la censure est un personnage attachant et impossible à juger. Est-il lâche ou courageux ? Cherche-t-il à fuir une dictature ou refuse-t-il de voir la vérité en face ? Il nous pousse en tout cas à nous demander ce que nous aurions fait à sa place. Et franchement, bien malin celui qui peut répondre à cette question avec une absolue certitude.

Après Rouge Karma et Les nuits de Saturne, Pierre-Henry Gomont m’enchante à nouveau, avec un album totalement différent de ses deux illustres prédécesseurs, tant au niveau du contenu que de l’ambiance. Il confirme ici son immense talent et se classe parmi les talents incontournables de la BD actuelle. 

Pereira Prétend de Pierre-Henry Gomont (d’après le roman d’Antonio Tabucchi). Sarbacane, 2016. 160 pages. 24,00 euros.




Tous les participants à la BD de la semaine
sont aujourd'hui chez Stephie









30 commentaires:

  1. Pour avoir lu le roman de Tabucchi il y a belle lurette et l'avoir bien aimé, j'ai très envie de le relire sous un autre jour et cette bd me semble parfaite pour ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon coté il va me falloir lire le roman maintenant.

      Supprimer
  2. Repéré chez Moka la semaine dernière (tu vois, la mémoire me revient :P )
    Il faut que je me note les références dans un endroit sûr pour y penser la prochaine fois que je vais en librairie ;)
    Merci pour ton avis m'sieur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note le bien pour être sûre de ne pas l'oublier, hein ;)

      Supprimer
  3. Bd à garder en mémoire pour au moins la feuilleter...

    RépondreSupprimer
  4. Tu sembles aussi convaincu que Moka !

    RépondreSupprimer
  5. Idem que Mochéwie, repéré chez Moka, noté et je crois que ça fera un parfait Kdo de poilu !
    Merci et pis des baisers ....

    RépondreSupprimer
  6. Je n'ai pas lu le roman et je crois qu'il m'accompagnera dans ma valise portugaise. J'ai adoré cet album et je ne suis pas surprise de te voir aussi enthousiaste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire ce roman au Portugal... une évidence ;)

      Supprimer
  7. Pour cette fois, le style du dessin et l'histoire ne m'intéressent pas plus que cela ^^

    RépondreSupprimer
  8. Il a tout pour me plaire celui là, j'aime les auteurs qui se renouvellent à chaque album et ne font pas dans la facilité... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Moka m'avait déjà séduite la semaine dernière, tu confirmes. Un incontournable que je dois vite mettre dans mon panier.

    RépondreSupprimer
  10. J'ai lu le roman il y a bien longtemps et n'en ai gardé aucun souvenir... la lecture de cette BD rafraîchirait peut-être ma mémoire.

    RépondreSupprimer
  11. Je n'aime pas trop commencer par les adaptations de roman en BD si je n'ai pas lu le roman, mais je pourrais faire une exception pour celle-ci, ça a l'air très réussi.

    RépondreSupprimer
  12. Cet album doit être très intéressant à découvrir, pour le personnage principal notamment. Bises et bon dimanche Jérôme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le personnage est totalement atypique, c'est un vrai plaisir de la découvrir.

      Supprimer
  13. Réponses
    1. C'est une ambiance que tu devrais adorer.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !