mardi 20 septembre 2016

Tant que mon cœur bat - Madeline Roth

« Esra n’a pas envie de mourir. Elle ne sait pas vivre, c’est tout. Elle est venue ici pour le quitter. Ça veut dire qu’elle a fait la moitié du chemin. Plus que la moitié. Mais maintenant elle n’avance plus. Elle n’arrive plus à faire un pas. Il faut l’aider. Lui tenir la main ».

Un recueil composé de deux textes. Dans le premier, Bastien vient chaque jour visiter Esra, dans cette clinique où elle tente de se reconstruire après s’être enfin éloignée d’Antoine. Antoine, artiste torturé qui aurait pu être son père et dont l’ado est tombée éperdument amoureuse. Antoine et ses colères, sa folie, sa possessivité. Antoine qui l’a séduite, fascinée et entraînée dans une relation destructrice dont elle peine à se relever. Dans le second, Cyril apprend le suicide de Laura. Il repense à leurs rapports, purement sexuels, sans le moindre affect. Du moins pour lui. Laura et son mutisme, ses secrets bien enfouis. Laura dont il ne s’est jamais préoccupé à vrai dire. Pas question pour autant de culpabiliser, il lui importe plutôt de se dédouaner.

Madeline Roth m’avait ébloui avec son roman précédent, elle confirme ici l’étendue de son talent et la noirceur de son propos. Pour moi, c’est un peu une Antoine Dole au féminin (et croyez-moi, c’est un compliment !). Elle possède la même capacité que l’auteur du terrible « Je reviens de mourir » pour dire le mal être adolescent dans ce qu’il a de plus extrême et dérangeant. Il est question de liaisons toxiques, de passions ravageuses, d’une fragilité que l’homme prédateur entretient et utilise à son profit. C’est tendu et irrespirable, la souffrance suinte de chaque phrase, de chaque page. Ça pourrait être gratuitement morbide mais le désespoir n’a ici rien de sensationnaliste, il traduit une réalité difficilement supportable sans la moindre surenchère.

Et puis j’aime cette écriture simple et directe, ces paragraphes courts et percutants que l’on parcourt en apnée et dont on ressort groggy. Comment survivre quand on aime à la folie sans être aimée en retour ? Peut-on le supporter ? Peut-on s’en remettre ? Autant de questions posées en filigrane, de réponses pour le moins pessimistes. Un recueil qui ébranle, qui bouscule et ne peux pas laisser indifférent. Beaucoup d’audace dans ces deux textes sans concession. J’en suis personnellement ressorti aussi sonné qu’admiratif.

Tant que mon cœur bat de Madeline Roth. Éditions Thierry Magnier, 2016. 96 pages. 9,50 euros.



Une pépite jeunesse que j'ai une fois de plus le plaisir de partager avec Noukette.




30 commentaires:

  1. Si elle est l'équivalent féminin d'Antoine Dole, comment résister! J'avais tellement aimé "Je reviens de mourir" :D

    RépondreSupprimer
  2. Inutile de dire que si j'avais eu le coeur serré avec "à ma source gardée", je vais courir pour me procurer cette nouvelle pépite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est inutile en effet, je vois très bien ce que tu veux dire !

      Supprimer
  3. Pareil, je vais courir me procurer cette merveille ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Un très beau texte, vraiment, de ceux qui font battre le cœur un peu plus fort... Je l'attendais après A ma source gardée et je ne suis pas déçue. Madeline Roth est en train de devenir un de mes auteurs chouchous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois très bien pourquoi, pas la peine de me faire un dessin ;)

      Supprimer
  5. je ne connais pas du tout cette auteure, mais ton billet est vraiment percutant...par contre c'est vraiment destiné à une "cible" jeunesse? car les thèmes et ce qui a l'air de se dégager du texte semblent plutôt adulte, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour de grands ados lycéens, ça passe sans problème.

      Supprimer
  6. Pas ma cam, la littérature jeunesse et j'ai besoin de texte plus léger ces jours-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux du léger, passe ton chemin :)

      Supprimer
  7. Tu as eu des retours de jeunes lecteurs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas encore, non, il vient tout juste de sortir.

      Supprimer
  8. Des nouvelles chouettes ... Mais le genre de livre que je lis avant de le proposer aux élèves ! Merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours préférable de lire les livres avant de les proposer aux élèves, même si on ne peut pas le faire systématiquement.

      Supprimer
  9. Qu'entendez-vous par éjeunes lecteurs" ? 18 ans ? e ne vois pas ma puce de 11 ans lire un tel livre. Qu'en penses-tu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, 11 ans c'est pas possible. Je dirais pas avant 15 ans. Pour des lycéens quoi.

      Supprimer
  10. Des textes qui dérangent avec une auteure qui semble avoir bien du talent ... À suivre donc de plus près.

    RépondreSupprimer
  11. Je crois qu'il va me le falloir ce petit roman...! Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
  12. Curieuse de voir ce que donnera ce nouveau titre. J'attends un peu toutefois car j'ai l'impression que toute la blogosphère ne va parler que de ce titre. Je me laisse le temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute la blogosphère tu crois ? On verra bien mais j'attends ton avis avec impatience.

      Supprimer
  13. il n'a pas l'air très facile ce roman ...

    RépondreSupprimer
  14. Pfiou, ça a l'air glauque et déprimant quand même, côté thématiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, ça l'est, je ne vais pas te dire le contraire.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !