vendredi 23 septembre 2016

De terre et de mer - Sophie Van der Linden

     - Pourquoi es-tu venu ici.
     - Pour revoir quelqu’un. Une femme. Qui ne répondait plus à mes lettres. Je  voulais savoir pourquoi.
     - Et tu l’as vue ?
     - Oui.
     - Mais si tu es là, c’est que ça s’est mal passé, n’est-ce pas ?
     - En un sens. Disons que j’ai eu des réponses, mais que celles-ci compliquent encore plus les choses. Je me dis qu’il vaut mieux que je reparte…

Ils se sont aimés mais elle est partie. Il lui a écrit mais elle ne lui a pas répondu. Il a donc décidé de lui rendre visite à l’improviste pour obtenir des explications et, éventuellement, recoller les morceaux. Henri débarque donc sur l’île de B. où Youna s’est installée. Il trouve sa maison, s’en approche et frappe à la porte. Elle lui ouvre et lui dit simplement « entre »…

Un livre acheté tout à fait par hasard, à cause de sa couverture (un tableau de Jean-Baptiste Corot). Sophie Van Der Linden écrit par petites touches un roman impressionniste. Elle invite le lecteur à suivre Henri sur l’île, à partager ses rencontres, ses flâneries. On croise ici un restaurateur déballant des denrées venues du continent, là quelques loups de mer attablés dans un troquet, une petite fille courant dans le sable, un marathonien à l’entraînement, un fermier rentrant ses vaches à l’étable, un allemand en fuite, un musicien accueillant, un chat chasseur de chouette ou encore un jeune garçon en vacances chez son oncle.

Une histoire du début du 20ème siècle, à peine esquissée, comme murmurée à l’oreille. Une histoire belle et triste aux accents contemplatifs. Entre vagabondage, nostalgie et amour brisé, on chemine sur la pointe des pieds avec Henri, ses attentes, ses doutes et ses certitudes. Un joli tableau, aussi bref que sensible, hors des modes et du temps. Après, il faut reconnaître que ce roman à l’atmosphère surannée pourra laisser plus d’un lecteur de marbre. Personnellement j’ai aimé cette ambiance un peu désuète, même si je ne suis pas certain qu’il m’en reste grand-chose d’ici peu.   

De terre et de mer de Sophie Van der Linden. Buchet Chastel, 2016. 150 pages. 14,00 euros.




44 commentaires:

  1. Je guettais ton billet car j'ai beaucoup aimé son précédent. Je n'en ferai pas une priorité mais je pense qu'il pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
  2. Tu me tente ! J'avais aussi repéré la couverture !

    RépondreSupprimer
  3. Tiens tiens, je ne sais pas, suis intriguée, c'est malin ! Alors je note et pis je verrai !
    la bise jeune homme

    RépondreSupprimer
  4. Très fortement conseillé par une de mes libraires.

    RépondreSupprimer
  5. Le côté suranné, la narration impressionniste, la couverture pourraient tout à fait me plaire, je le garde dans un coin de ma tête.

    RépondreSupprimer
  6. Un livre aussi attirant que sa couverture.

    RépondreSupprimer
  7. tu as combien de BD chez toi ????? ta dernière phrase suffit à me faire hésiter. Demain, retour à la Bibli - j'espère trouver du bon en BD !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... mais c'est pas du tout une BD hein !!!!!

      Supprimer
  8. De temps à autre, entre deux plombants, cela peut faire du bien un tel roman. Il n'est pas à la bibli, donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc il va te falloir attendre un peu ;)

      Supprimer
  9. Dis comme ça, c'est assez tentant, et je suis presque sûre d'y trouver mon compte, même si les sensations s'estompent rapidement ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une ambiance qui devrait te plaire.

      Supprimer
  10. Tout comme toi, je n'aurais eu aucun mal à être attiré par la couverture si j'étais tombé dessus. Au plaisir de te relire...

    RépondreSupprimer
  11. Là j'avoue, pas besoin de lever mon bouclier, je sens d'office que ce n'est pas une lecture top prioritaire pour moi.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais forcément essayer de te contredire.

      Supprimer
  12. J'ai failli craquer aussi, sur cette couverture, et ce titre... ;) Je suis un peu refroidie par le côté désuet que tu évoques... on verra si j'ai l'occasion.

    RépondreSupprimer
  13. Déjà avec un titre pareil moi j'ai envie de m'y plonger. Et cette couverture magnifique! Une histoire "comme murmurée à l’oreille". Un livre douceur il me semble. Que ça fait du bien parfois... :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre est beau, c'est vrai. Comme la couverture.

      Supprimer
  14. je ne sais pas trop, cette dimension contemplative m'effraie un peu mais le côté désuet m'attire...

    RépondreSupprimer
  15. J'ai bien aimé ses 2 précédents romans, notamment "La Fabrique du monde" sur une histoire d'amour dans une usine de textile en Chine. L'auteure travaille beaucoup ses atmosphères, son ton ... Bref, je lirai celui-là aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression qu'elle aime changer totalement de sujet à chaque roman.

      Supprimer
  16. ..."à peine esquissée, comme murmurée à l’oreille." Il devrait me plaire, ce livre-là...

    RépondreSupprimer
  17. Tout à fait dans mes cordes ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’impressionnisme, c'est ton truc je parie ;)

      Supprimer
  18. J'aurais pu aussi l'acheter pour la couverture, et puis ce que tu en dis me tente aussi.

    RépondreSupprimer
  19. Je viens de le terminer et suis ravie de cette parenthèse contemplative

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !