mardi 13 septembre 2016

Frères d’exil - Kochka

« Parce qu’on les a toujours connus d’une certaine façon ou parce que ça nous convient, on croit que les choses et les gens qui nous entourent ne changeront pas. On croit qu’on aura toujours ses parents, que les murs de nos maisons tiendront toujours, et qu’on aura toujours un toit.
C’est un tort. Il y a des moments dans la vie où ce qu’on croyait solide s’effondre. Alors il faut faire son bagage. »

Pour Nani, ce moment est arrivé. L’île où elle née et sur laquelle elle a toujours vécue est en train de s’enfoncer dans l’océan. Accompagnée de sa mère Youmi et de son père Janek, la petite fille gagne le port comme des milliers d’autres habitants. Bientôt des bateaux viendront les chercher pour les amener sur le continent. Un continent dont ils ne savent rien et une nouvelle vie dans un environnement auquel ils vont devoir s’adapter, au milieu de personnes pas forcément prêtes à les accueillir à bras ouverts. Nani a laissé derrière elle son grand-père adoré, Enoha, paralysé depuis un accident et qui, ne pouvant suivre les siens, a dû se résoudre à rester sur l’île. En chemin, la fillette rencontre Semeio « graine de petit homme trop tôt meurtri par la vie ». Un enfant de 8 ans, comme elle, qui va devenir par la force des choses le frère qu’elle n’a jamais eu.

Un très beau roman jeunesse sur l’exil, le déracinement. J’y ai retrouvé toute la douceur et la sensibilité de Kochka, une auteure qui m’enchante à chaque nouvelle publication. La thématique des réfugiés climatiques offre en filigrane une réflexion sur la responsabilité des pays industrialisés et la nécessité pour eux d’assumer leur statut de « pollueurs ». L’écriture poétique donne une dimension bouleversante au périple de Nani et de sa famille, sans jamais sombrer dans le pathos. Le message se veut positif, fraternel, solidaire, sans occulter les difficultés d’adaptation et les préjugés qui perdurent.

Détail non négligeable, l’objet-livre est superbe, illustré en trichromie par le talentueux Tom Haugomat. Un roman malheureusement d’actualité dont la portée universelle touchera petits et grands. A lire et à faire lire, surtout à l’heure où l’ouverture aux autres et l’acceptation des différences est de moins en moins une évidence.

Frères d’exil de Kochka. Flammarion jeunesse, 2016. 155 pages. 12,00 euros. A partir de 10 ans.

Une lecture commune que je partage une fois de plus avec Noukette.

L’avis de Mirontaine











28 commentaires:

  1. Ah! Ça me semble vraiment magnifique, tant le contenant que le contenu.
    Il me semblait, aussi, que la couverture me disait vaguement quelque chose: je reconnais la touche Haugomat!

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre me semble vraiment très beau. Je suis très sensible au sujet de l’exil et aux deuils qui en résultent. Des milliers de gens y font face, comme cette petite Nani qui a laissé son grand-père derrière elle. Un sujet qui ne pourrait pas être plus d’actualité…
    Bonne semaine Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est malheureusement parfaitement d'actualité, oui.

      Supprimer
  3. Je le veux ! Je le veux ! Je le veux !
    Belle chronique M'sieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci m'dame. Et je suis certain que tu l'auras, il faut qu'il arrive fissa sur les étagères du CDI de toute façon ;)

      Supprimer
  4. Mhuuum comme d'habitude vos pépites sont des merveilles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais pas te contredire sur ce coup-là ;)

      Supprimer
  5. Une belle pépite oui...! Tu soulignes des thématiques essentielles dont je n'ai pas parlé dans mon billet comme celle de la responsabilité des pays industrialisés par exemple. Bonne pioche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle pépite, oui. On se trompe rarement de toute façon ;)

      Supprimer
  6. Une pépite que je note avec joie !! :D

    RépondreSupprimer
  7. Il faut vraiment que je me remette à la littérature jeunesse!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai moi aussi été conquise par ce titre qui va rejoindre prochainement le présentoir des nouveautés du CDI.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout bon documentaliste de collège devrait l'avoir sur ses étagères ;)

      Supprimer
  9. La couverture met en avant la douceur et la poésie dont tu parles, contrebalancé par le titre qui interpèle ... et annonce meilleur ce que tu confirmes. je note.

    RépondreSupprimer
  10. Un roman jeunesse qui me tente bien, pour sa thématique. J'y jetterai un oeil, je ne vais pas avoir trop de mal à le trouver.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais le trouver facilement, oui. Et le lire rapidement ;)

      Supprimer
  11. es romans jeunesse me plaisent de plus en plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravi, il y a de vrais trésors parmi les romans jeunesse.

      Supprimer
  12. J'ai découvert Kochka avec ce livre... il me faut maintenant lire ceux d'avant... j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je devais te conseiller un autre de ses romans, je dirais "Le grand Joseph".

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !