jeudi 8 septembre 2016

Confiteor - Jaume Cabré

« Car le chef-d’œuvre n’ouvre point ses portes à tous les vents. Il se présente comme un monde clos, hérissé de défenses et entouré de remparts. On n’y peut pénétrer qu’après plusieurs tentatives d’escalade et par effraction. Se trouve-t-on au cœur de la place qu’il n’est point encore aisé de s’y reconnaître : tout vous y paraît étranger et vaguement effrayant ; prisonnier, toutes les issues se sont refermées sur vous. Il va falloir vivre tête à tête avec un monstre inconnu qui possède sur vous tous les pouvoirs, se rendre à sa merci. Dans les arts plastiques comme en littérature, les chefs-d’œuvre commencent toujours par communiquer une sorte d’effroi. Ils échappent à nos normes. »

Confiteor est un chef d’œuvre qui correspond en tout point à cette définition rédigée par Maurice Nadeau dans la préface d’Au-dessous du volcan. C’est exactement la première impression qu’il offre au lecteur s’y plongeant sans savoir ce qui l’attend. Confiteor n’est pas un livre qui se résume. Sachez juste que c’est l’histoire d’Adria Ardèvol, mais aussi celle de Sara, de Papa et Maman, du professeur Alexandre Roig, de fra Nicolau Eimeric, d’Aribert Voigt, du frère Julià de Sant Père del Burgal, de Jachiam Mureda de Pardàc, de Lorenzo Storioni, Guillaume François Viall, Drago Gradnik, Bernat, Morlin, Rudolph Hess, Aigle-Noir et le shérif Carson, Monsieur Berenguer, Lothar Grübbe, Lola Xica et tant d’autres. C’est l’histoire d’un homme ayant toujours vécu seul, n’ayant « jamais pu compter sur ses parents ni sur un Dieu à qui confier la recherche de solutions ». C’est l’histoire du mal à travers les siècles, c’est un puzzle dont les pièces semblent impossibles à imbriquer et qui forment pourtant au final un tout parfaitement cohérent.

Confiteor n’est pas un texte qui résiste au lecteur, c’est un texte qui exige. Il exige une attention constante, il ne s’offre pas facilement. « Si, dans votre lecture, vous enjambez des phrases, soyez assuré de rompre une nécessité. Ce livre se réfère à la musique : une note sautée, vous manquez l’accord, la mélodie est fausse. Vous n’avez pas le droit de rien omettre. Le tissage, la trame, la texture sont d’un grain tel qu’à les desserrer vous élimez l’ensemble ». Encore une réflexion sur le roman de Lowry qui s’applique à Confiteor. Décidément, tous les chefs-d’œuvre se ressemblent...

Un livre qui déroute, surprend, interroge, ébahit. Qui vous emmène sur un chemin et en bifurque sans crier gare. C’est un texte grave et malicieux, cachottier, joueur, puissant et renversant. Comme le dit le narrateur, « ces papiers sont le fruit, au jour le jour, d’une écriture chaotique faite de beaucoup de larmes mêlées à un peu d’encre ». La construction incroyablement ambitieuse suscite bien plus d’admiration que de peur. On en sort éreinté mais repu, épuisé mais heureux, surpris par l'intensité ressentie, comme après un orgasme qui conclut une belle et vigoureuse partie de jambes en l’air. J’ose la comparaison, c’est vraiment celle qui, à mes yeux, correspond le mieux. Et croyez-moi, je peux compter sur les doigts d’une main les livres qui m’ont fait cet effet au cours de ma vie de lecteur. Tout simplement éblouissant.

Confiteor de Jaume Cabré. Actes Sud, 2013. 752 pages. 26,00 euros


Une lecture qui aura marqué mon été et que j'ai l'immense plaisir de partager avec Sophie et Moka. Je n'oublie pas non plus de remercier celle qui a eu la gentillesse de m'offrir ce livre l'an dernier pour mes 40 ans. Tu ne pouvais pas me faire de plus beau cadeau ♥

L'avis de Noukette




78 commentaires:

  1. Wow... une belle chronique pour un roman qui, j'en suis convaincue, saura me bouleverser !

    RépondreSupprimer
  2. Ouaouaouah la comparaison hahaha ! Comment pouvoir passer à côté après une telle argumentation ? Bon, moi j'attends juste le moment propice, càd celui où j'aurai l'esprit disponible, ce roman est dans ma PAL depuis quasi sa sortie. Je devais le lire cette année, idéalement cet été, mais Proust lui est passé devant (il était dans ma PAL depuis bien avant aussi faut dire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour avoir aussi lu Proust, je peux te dire qu'en ce qui me concerne il n'y a pas photo entre les deux ;)

      Supprimer
    2. Notez bien qu'on y entre un peu plus facilement que dans Proust, le style étant un peu plus actuel. Une merveille :)

      Supprimer
  3. Cette lecture commune a une dimension particulière. Elle a eu raison de bien des heures de bricolage, peinture et autres joyeusetés du quotidien. Lire ensemble ce titre-là lui donne encore plus de valeur à mes yeux. Tu as su merveilleusement trouver les mots pour ce bijou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est et restera spéciale cette lecture commune, c'est certain. Et elle aura marqué mon été, c'est encore plus certain.

      Supprimer
  4. Eh bien ! tu as les mots pour nous convaincre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pourtant cru que je ne les trouverais jamais ces mots.

      Supprimer
  5. Chouette billet, mais je reste sur mon arrêt page 100 (en fait je n'aurais jamais dû feuilleter plus loin, les trucs seconde guerre mondiale ça me givre). Sinon la citation sur Lowry s'applique aussi à Proust. Et à Confiteor je confirme, pour le peu que j'en ai lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas s'arrêter à la seconde guerre mondiale, c'est un sujet parmi tant d'autres.

      Supprimer
    2. Personnellement à la page 100 je flairais le grand livre sans avoir franchi la muraille, j'ai donc repris cette lecture depuis le début, franchi la muraille, découvert une merveille ... à bon entendeur :)

      Supprimer
  6. Il était aussi avec moi cet été. Mais je n'ai pas encore trouvé les mots pour dire mon heur de lecture, contrairement à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te connaissant, je ne me fais aucun souci, tu les trouveras ;)

      Supprimer
  7. Un auteur qui ose commencer une phrase au XXe siècle et la finir au Moyen Âge, qui retourne les clichés comme trois gants qu'on pense de soie et qui sont de fer, ou l'inverse… il ébouriffe la lectrice que je suis, décomplexe l'auteur. Ça aussi, ça signe un chef d'œuvre, sans doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans aucun doute oui.Il m'arrive très, très rarement de qualifier un livre de chef d'oeuvre mais ici, ce fut d'emblée une évidence.

      Supprimer
  8. Un de tes plus beaux billets - bizarrement ce livre ne m'a jamais attiré et même ton billet me laisse encore dubitative. Je vois que Keisha a arrêté à la page 100 - forcément ça m'influence un peu ! Et tu sais que le nombre de pages n'a rien à voir, puisque j'adore les pavés. C'est autre chose. Pas encore le bon moment pour moi, j'imagine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais te dire, je l'avais commencé un an plus tôt et laissé en plan à la moitié. Ce n'était pas le moment. Là je suis reparti de zéro, je savais que les conditions étaient idéales et tout s'est passé à merveille ;)

      Supprimer
  9. Quel merveilleux billet pour une lecture qui l'était tout autant. Un grand moment de l'été, hein, dis? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, un très grand moment de l'été !

      Supprimer
  10. Sacré Jérôme! ^^ (tu devines quelle phrase de ton billet j'ai retenue...)
    ravie que ce roman t'ait secoué - le lire est une vraie expérience!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle phrase tu as retenue... Laisse moi deviner : la dernière ?

      Supprimer
  11. Tu me donnes envie de relire ce livre pépite ++++!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je le relirai un jour mais ce n'est pas exclu ;)

      Supprimer
  12. Un sacré livre! J'avais trouvé bien fade celui lu après!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout le problème. Ceux qui passent derrière ne peuvent pas soutenir la comparaison.

      Supprimer
  13. Une lecture savourée pendant de précédentes vacances. Il faut avoir l'esprit disponible.

    RépondreSupprimer
  14. Il faudra que je lise ce gros pavé ^^

    RépondreSupprimer
  15. superbe billet, ah Adria, Adria... une lecture exigeante oui mais qui rend au centuple :-) et j'adore ta comparaison évidemment :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il nous récompense de nos efforts ce roman.

      Supprimer
  16. J'ai eu beaucoup de mal à parler de ce roman tant il m'a estomaquée. On est bien petit face au chef d'oeuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, il semble trop grand pour nous ce chef d'oeuvre.

      Supprimer
  17. Trop tentant!! Ah il faudra que je le lise...

    RépondreSupprimer
  18. J'ai hâte de m'y plonger, il m'attend, Les Voix du Panamo m'avait fait un effet semblable. Immense écrivain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien lu d'autre de lui, mais ça ne saurait tarder.

      Supprimer
  19. Il est dans ma PAL et à lire ce billet, je m'en réjouis d'avance !

    RépondreSupprimer
  20. Malgré tout ce que je peux lire de beau sur ce titre je n'ai pas encore franchi le pas ... Il est vrai que ces 752 pages me font peur. J'essaierai d'y penser la prochaine fois que je me retirerai du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera parfait en cas d'isolement prolongé ;)

      Supprimer
  21. Oui un chef d'oeuvre dont je n'ai jamais pu parler. Impossible pour moi de faire une chronique sur un livre aussi brillant, j'aurais eu l'impression de le dénaturer. Tu t'en sors plutôt bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt bien mais pas assez bien, j'en ai conscience ;)

      Supprimer
  22. aaaahhh, enfin, tu l'as lu :) ! Ravie que tu sois du même avis : c'est une œuvre de génie qui force l'admiration ! J'aimerais le relire un jour, ce chef d'œuvre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le relire, j'y penserai sûrement dans quelques années.

      Supprimer
  23. J'ai tellement entendu parler de ce livre que finalement je ne l'ai jamais lu!
    Maintenant, il faut ABSOLUMENT que je lise ce chef-d'oeuvre, cette petite perle "orgasmique" comme tu dis. Il y en a peu en effet des livres qui nous marquent à ce point...

    RépondreSupprimer
  24. J'aurais appris que tu n'étais pas un homme facile ! Ce que je supputais déjà !!!^^ Il va falloir que je le lise, je ne vois pas d'autre issue après ton billet et celui de Moka ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as plus le choix et je m'en réjouis ;)

      Supprimer
  25. Et bien voilà un lecteur heureux ! Qui est monté au 7ème ciel de la littérature et qui à pris son pieds.
    Je tenterais de m'y frotter.
    Orgasmique c'est tout à fait tentant ;-)
    Bonne soirée et merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Orgasmique" est un argument de poids, on est d'accord :)

      Supprimer
  26. Ce fut ton feuilleton estival. Tu offres une belle chronique. Il est encore et toujours sur mon étagère !

    RépondreSupprimer
  27. Eh bien, comment ne pas aller à la rencontre de ce livre après ça ?

    RépondreSupprimer
  28. Quelle merveille ce roman... Et quelle merveille ce billet... Comme quoi, ça valait le coup d'attendre...! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça valait plus que le coup ! Encore merci <3

      Supprimer
  29. Je suis ravie que tu aies apprécié ce chef d’œuvre littéraire. Bises

    RépondreSupprimer
  30. Un roman dont il est en effet difficile de parler... comme tu l'écris, il ne se résume pas, mais se vit, s'ingère... je ne crois pas avoir lu à ce jour un seul avis négatif à son sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est possible mais il fait quand même une très grande unanimité^^

      Supprimer
  31. Ta comparaison est audacieuse effectivement ;-)
    Je l'ai dans ma pile à écouter mais je ne suis pas certaine que ce soit le bon plan. Je tenterai et si c'est trop laborieux, je passerai à la version papier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En version audio, je n'aurais pas pu je t'avoue.

      Supprimer
  32. Alors moi, je n'en suis pas ressortie heureuse mais très frustrée d'avoir tenté de le lire deux fois et de n'être pas entré dedans. Je n'ai pas réussi à y trouver de l'intérêt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ton droit mais tu comprendras que je ne partage pas ton avis :)

      Supprimer
  33. Lire ton billet me donne envie de m'y plonger un jour, mais avec du temps devant moi, et l'état d'esprit adequat. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du temps et de la disponibilité d'esprit, c'est tout ce qu'il te faut ;)

      Supprimer
  34. "Confiteor" est, certes, un roman exigeant, mais c'est aussi un texte fascinant et inventif et, assurément, un grand GRAND roman !

    RépondreSupprimer
  35. Quel article ! du coup ça donne vraiment envie de se lancer, par contre, je pense que je vais plutôt continuer les parties de jambes en l'air, ça me paraît moins compliqué ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu choisis la solution de facilité, c'est mal :-)

      Supprimer
  36. J'avais lu plusieurs chroniques au moment de la sortie. Je me rappelle que la critique était partagée. Intriguée, je n'ai finalement pas été plus loin... les nouvelles parutions écartant les nouveautés moins fraiches. Mais j'ai gardé le titre en mémoire et voilà que Moka et toi avez rythmé l'été de photos. Et voilà vos avis. Une lecture qui me tente bien tout de même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avoir du temps devant soi mais ça vaut vraiment la peine, crois-moi !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !