jeudi 29 septembre 2016

Le Garçon : scènes de la vie provinciale - Olivia Resenterra

Punaise, elle n’est pas gaie la vie provinciale telle qu’on nous la dépeint dans ce premier roman ! Une vieille mère et sa vieille fille unique vivent ensemble sous le même toit. La vieille mère est acariâtre, la vieille fille ne la supporte plus. Cette vieille fille unique est la narratrice. Après ses vingt-cinq ans, elle a grossi et arrêté d’aller chez le coiffeur. Elle n’a aucune vie sentimentale, aucun revenu. Son rêve est d’installer une cabane en bois au fond du jardin pour prendre le large, enfin.

Commérages devant la télé en découvrant que le président a une liaison avec une actrice, commérages avec le voisinage, les journées sont tristes, monotones, répétitives. Dans la rue principale du village il y a la maison du père Bavin et de ses deux gamines. Le père Bavin aime « se secouer la bite devant la grande baie vitrée du salon ». On dit aussi qu’il « se tripote quand ses filles invitent des copines à la maison ». Un jour à la fête foraine les deux femmes rencontrent un garçon. La mère se comporte étrangement, le garçon entre dans leur vie, la fille se sent mise à l’écart. Dans un campement gitan installé depuis peu, elle va tenter de trouver des réponses à ses questions.

« Le Garçon », c’est un monde en vase clos, étriqué à l’extrême : « Nous fréquentons principalement les habitants du village, et comme le village n’est pas grand, nous voyons toujours à peu près les mêmes personnes ». C’est la rancœur et la cruauté comme raison d’être, l’amertume chevillée au corps. C’est une drôle de conception de l’amour maternel et de l’amour filial, une vision froide et déprimante de nos villages et de leurs habitants. Au final j’ai aimé ce ton grinçant, ces deux femmes détestables, chacune à leur façon, et cette ambiance délétère. Tout sauf un roman feel-good, et ce n’est pas pour me déplaire !

Le Garçon : scènes de la vie provinciale d’Olivia Resenterra. Serge Safran, 2016. 140 pages. 15,90 euros.






30 commentaires:

  1. Curieux... Bon, merci d'en avoir parlé, de ce roman pas franchement glamour on dirait (et la province, ça peut être meilleur)

    RépondreSupprimer
  2. uhhh ce billet fait un poil froid dans le dos ! Et ce roman pourrait me plaire, à voir, je note ;-)
    de la bise jeune homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Froid dans le dos, c'est jamais très agréable.

      Supprimer
  3. typiquement le roman qui va donner du soleil au mois d'Octobre ^^

    RépondreSupprimer
  4. C'est d'un gai tout ça, pas de quoi grimper aux rideaux quand même... A voir ! ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Une drôle d'image de la campagne, en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pas forcément caricatural tant ce genre de situation existe.

      Supprimer
  6. je plussoie, dans les villages, c'est souvent comme ça. Ton billet me fait légèrement penser au 1er livre d'Edouard Louis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup c'est quand même très différent.

      Supprimer
  7. oh, un petit peu de "feel good" de temps en temps, ça fait du bien !

    RépondreSupprimer
  8. Bon, je vais m'en passer de celui-là ! ^^

    RépondreSupprimer
  9. Ah ben tu vois, ce genre de livre, ça pourrait carrément me plaire. Je n'ai pas l'impression que je trouverais cela forcément déprimant. Mais je suis un peu bizarre parfois haha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je n'ai pas du tout trouvé ça déprimant.

      Supprimer
  10. Pas très glamour, en effet. On ne peut pas dire que j'ai franchement envie d'aller me balader dans ce coin-là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des coins plus attirants, j'en conviens.

      Supprimer
  11. Je passe mon chemin. Au plaisir de te relire...

    RépondreSupprimer
  12. Ha mais ça aurait pu être moi si je n'avais pas été vieille fille ! OMG ! :D Heureusement que la province ne recèle pas que de cas soc' !!! Cela dit, je n'ai pas vraiment envie de le lire, juste une impression comme ça ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'il y a des gens merveilleux en Province. Nous par exemple :p

      Supprimer
  13. "Ces deux femmes détestables", je n'ai pas de mal à te croire! :D))
    Purée c'est joyeux ^^

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !