mercredi 29 juin 2016

Le rapport de Brodeck - de Manu Larcenet

Dans un village traumatisé par la guerre, Brodeck, fonctionnaire établissant des notices sur la faune et la flore locales, est chargé par le maire de raconter dans un rapport l'arrivée et le comportement de l’Anderer (l’autre), afin de dédouaner les villageois qui l’ont assassiné. Brodeck, revenu depuis peu de l’enfer des camps, n’a pas participé au meurtre. Il comprend que l’Anderer a été tué uniquement parce qu’il était un étranger, un inconnu, un danger. Il comprend aussi que son rapport devra établir des circonstances accidentelles pour le décès et que la vérité n’y aura aucune place. Il comprend enfin que sa propre vie et celle des siens est en danger s’il ne fait pas ce que l’on attend de lui…


Incroyable adaptation du texte de Claudel, incroyable diptyque d’une force d’évocation phénoménale. Larcenet prend son temps. Il installe son récit dans une certaine lenteur, alternant les séquences de dialogues et de longues séquences contemplatives en extérieur. La tension monte, l’ambiance délétère ne cesse de s’alourdir. Un roman graphique qui suinte, où l’humidité dégouline des arbres, des maisons, du brouillard, de la neige fondue. Un roman graphique qui diffuse insidieusement la peur, la menace latente et permanente. Un roman graphique qui vous agrippe et vous écrase sous un noir et blanc dense, profond, oppressant, ciselé, dont le rendu est parfois proche de la gravure. Le blanc du paysage face à la noirceur des hommes, la sauvagerie des seconds étant finalement bien plus forte que celle des éléments.


Le rapport de Brodeck dit les petites et grandes lâchetés, l’ignorance, la peur de l’autre, le repli sur soi, l’effet de meute transformant les hommes en bêtes. On sent à chaque page l’épuisement physique et moral, la tempête intérieure qui ravage les cœurs et les esprits. Le deuxième tome dégage davantage de puissance, notamment grâce aux flash-back qui dénouent peu à peu les fils d’une intrigue devenant plus irrespirable à chaque nouvelle révélation. La réussite majeure vient du fait que tout reste au niveau de la suggestion, que jamais on ne sombre dans une esthétique de l’horreur à laquelle il aurait été si simple de céder tant les épisodes monstrueux sont nombreux.

Une claque monumentale, où la noirceur du dessin égale celle du propos. Certes, l’histoire est si plombante qu’elle filerait le bourdon aux plus optimistes et qu’il convient d’être dans de bonnes dispositions pour s’y frotter. Mais cette plongée au cœur de l’indicible est une expérience de lecture rare et intense, aussi bouleversante qu’inoubliable. Un bijou !

Le rapport de Brodeck T1 : L’autre de Manu Larcenet. Dargaud, 2015. 160 pages. 22,50 euros.
Le rapport de Brodeck T2 : L’indicible de Manu Larcenet. Dargaud, 2016. 166 pages. 22,50 euros.


Une lecture commune que j'ai une fois de plus le plaisir de partager avec Mo et Noukette.





36 commentaires:

  1. Quel enthousiasme ! Une noirceur parfaitement rendue par le graphisme.

    RépondreSupprimer
  2. Que la claque soit là, cela ne me surprend pas beaucoup. J'attends de lire le roman avant de voir ce que le GRAND Larcenet en a fait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu procèdes sans doute de la meilleure des façons (et je vais faire pareil avec Sukkwan Island grâce à toi ;) )

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup aimé le roman, je ne doute pas que Larcenet ait su l'exploiter avec talent. Je vais m'offrir ces deux tomes, un jour...

    RépondreSupprimer
  4. Le livre m'avait marquée. Ces deux tomes donnent une nouvelle audience à un texte fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que ça peut être l'occasion de remettre le roman sous le feu des projecteurs.

      Supprimer
  5. Je n'ai lu que le premier tome, j'ai admiré, sans être vraiment aussi touchée que par le roman, qui est un tellement grand roman, que même le grand Larcenet n'avait pas réussi, vraiment, à en rendre toute l’ambiguïté (à mon humble avis)... Aussi, malgré la qualité de ta note et ce que tu en dis du deuxième tome, je ne pense pas me l'offrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'est dans le deuxième que toute l'ampleur tragique et sombre du roman est la mieux retranscrite.

      Supprimer
  6. Inégalable Larcenet...! J'en suis restée sans voix !

    RépondreSupprimer
  7. Un vrai bijou oui, une pépite. Quelques passages m'ont mise à mal mais sans jamais virer dans le glauque. Et cette tension qui croit tout au long du récit.
    Je relis rarement les albums que j'ai déjà lu mais je pense que celui-ci fera partie des exception, comme "Maus" en fait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au niveau de l'impact sur le lecteur, la comparaison avec Maus n'est pas usurpée ;)

      Supprimer
  8. Lu le 1er et compte bien lire celui-ci...

    RépondreSupprimer
  9. j'ai le roman dans ma PàL - j'ignorais qu'il avait été adapté en BD mais pourquoi pas ? et ton enthousiasme est communicatif !

    RépondreSupprimer
  10. J'ai aimé le livre, un livre fort, poignant. Je ne pense pas que je lirai la BD car cela m'enlèverait tout le film que je me suis fait dans la tête
    Cela fait une seconde vie au livre, c'est bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi pour la seconde vie ;)

      Supprimer
  11. Ah oui, graphiquement, ça a l'air quelque chose ! Bon, j'ai déjà lu le roman, j'en garde un bon souvenir quoique un peu vague et lointain, alors au nom de ma PAL, je ne me précipiterai pas mais j'y jetterai un oeil pour le graphisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourras en profiter quand les deux seront arrivés dans ta médiathèque.

      Supprimer
  12. C'est une merveille, tu as raison. Je l'ai eu entre les mains. Mais comme je n'avais pas aimé le roman, trop noir pour moi au moment où je l'ai lu, sans doute, ce magnifique objet n'est pas pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de faire plus noir, c'est certain.

      Supprimer
  13. Il va falloir que je me penche sur ce Larcenet là...

    RépondreSupprimer
  14. J'ai offert le premier tome au copain de ma fille au dernier Noel, j’offrirai le second au prochain Noel. En attendant, je vais tâcher de le trouver à la biblio !

    RépondreSupprimer
  15. Je n'ai toujours pas lu le roman, du coup, la BD me tente plus maintenant ! Larcenet est incroyable, il fait le grand écart entre cette BD et Le retour à la terre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est clairement dans le prolongement de Blast avec cette adaptation.

      Supprimer
  16. J'ai adoré le roman et le tome graphique rahhh je l'ai presqu'acheté au printemps! Ça ne peut qu'être excellent!

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de le lire et comment te dire... J'en suis encore toute retournée. Du génie à l'état pur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, une lecture plus que marquante !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !