jeudi 19 mai 2016

Manuel d’exil : comment réussir son exil en trente-cinq leçons - Velibor Colic

« Après une longue traversée de l’Europe endormie, j’arrive en France. Je traverse la Croatie, la Slovénie, l’Autriche et l’Allemagne réunifiée. Je traverse le scandaleux silence et l’indifférence du monde, la nuit étoilée et la rosée matinale, les petites routes campagnardes et les longues transversales des autoroutes amollies par la chaleur ». [ …] « A l’ouest, rien de nouveau, me dis-je, une frontière puis une autre. Les flics et la douane, la douane et les flics ».

Été 92. Velibor Colic débarque à Rennes. Il a 28 ans et ne possède que trois mots de français : Jean, Paul et Sartre. Dans son sac de sport élimé, un stylo, un manuscrit, des deutsche marks, quelques habits et une brosse à dents. Déserteur de l’armée bosniaque, c’est un soldat qui a vu la mort mais ne l’a jamais donnée, préférant tirer en l’air plutôt que sur ses ennemis. A Rennes, on l’installe dans un foyer pour demandeurs d’asile. Une vie spartiate où se conjuguent ennui, promiscuité, consommation excessive d’alcool et cours de français. Après Rennes, ce sera Paris, puis Strasbourg. Ses papiers enfin en règle, il « profite » de l'intérêt que suscite la crise dans les Balkans pour publier son premier texte, « Les bosniaques », succession de témoignages sur la guerre qui déchire l'ex-Yougoslavie. Le début d’une carrière d’écrivain chaotique qui ne changera finalement pas grand-chose à sa condition de réfugié.

J’ai découvert Velibor Colic avec le terrifiant Archanges, j’ai poursuivi avec le touchant Ederlezi et je le retrouve ici dans une veine autobiographique aux accents tragi-comiques. Son manuel d’exil est tout sauf conventionnel, écartant d’emblée la dimension lacrymale et geignarde dans laquelle il aurait été facile de tomber. Le ton se veut léger, empreint d’autodérision et traversé par certains passages d’une grande beauté.

L’autodérision, c’est imparable avec moi, surtout quand c’est si bien amené.  Exemple, lorsque ce cher Velibor parle de son manuscrit : « Je suis en même temps anti-guerre et anti-paix, humaniste et nihiliste, surréaliste et conformiste, le Hemingway des Balkans et probablement LE plus grand poète lyrique yougoslave de notre temps. J’ai juste un détail à régler : mes textes sont beaucoup plus mauvais que moi-même ».

Colic parle de l’exil, de son exil, avec une distance qui fait mouche. En se retranchant derrière l’autodérision et l’humour, il dit avec davantage de force la faim, la solitude et la pauvreté : « Dans ma chambre, il fait tellement froid qu’en prenant la douche je garde mes chaussettes. Pour me laver les dents je mets si peu de dentifrice que cela ressemble à un nettoyage à sec. Mon déodorant est "Eau Parisienne", c’est-à-dire l’eau du robinet, et mon parfum est belge. Avant de sortir, je m’asperge de quelques gouttes de bière derrière les oreilles ».

Des confessions sincères, rédigées vingt-cinq ans après, avec le recul nécessaire pour dédramatiser sans gommer d’un trait de plume les difficultés rencontrées. Exercice périlleux réussi haut la main, entre humour, tendresse et féroce ironie. Tout ce que j'aime en somme.

Manuel d’Exil : comment réussir son exil en trente-cinq leçons de Velibor Colic. Gallimard, 2016. 200 pages. 17,00 euros.







50 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout. Alors je te fais confiance les yeux fermés et je note

    RépondreSupprimer
  2. Un auteur que je n'ai toujours pas découvert ! Ce roman me semble idéal pour commencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci ou Ederlezi, pour commencer "en douceur".

      Supprimer
  3. Je me souviens avoir noté son nom, cette histoire, l'ex-Yougolsavie, bref ça me parle. Il a écrit deux autres romans dispo à ma bibli, Jésus et Tito et Sarajevo omnibus. Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux emprunter tous ses romans les yeux fermés ;)

      Supprimer
  4. J'ai un autre titre de lui sur mes étagères, patience! Mais cet auteur a l'air bien!

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui, tiens, ça pourrait m'intéresser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu risques juste une belle découverte.

      Supprimer
  6. je l'ai déjà mis sur mes listes , je m'arrache les méninges en ce moment comment faire pour aider les gens qui fuient la violence! au moins cet auteur a trouvé une solution, il nous raconte, nous touche et nous force à réfléchir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras bientôt le lire.

      Supprimer
  7. Encore un livre qui m'intrigue, ma PAL va exploser x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-là tu n'auras qu'à le mettre tout en haut de la pal ;)

      Supprimer
  8. Au moins, le titre est plus prononçable que pour ses deux précédents romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai,le titre se retient très facilement ;)

      Supprimer
  9. Tu fais bien de me rappeler des titres pour découvrir cet auteur. Je m'étais promis de le faire il y a deux ans et ce n'est toujours pas fait.

    RépondreSupprimer
  10. Ah, ça, ça pourrait bien m'intéresser ! Merci pour ce billet.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne connais pas cet auteur, je le note.

    RépondreSupprimer
  12. Coucou
    rien que le nom de l'auteur tout un programme :-O Velibor Colic !
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. Le passage que tu mets en apéro est très beau, il est poète c'est sûr et rien que pour ça tu me tentes aussi, je vais le noter car sinon je risque fort d'oublier ce nom ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est facile à retenir pourtant, pas commun du moins.

      Supprimer
  14. Je l'ai vu aux Etonnants voyageurs à St Malo, tellement brillant, tellement dans l'autodérision que j'ai acheté son livre de suite... pas encore lu mais tu me confirmes que c'est un bon choix...

    RépondreSupprimer
  15. Voilà qui semble extrêmement tentant dis... Les récits légers de choses trop dures, c'est ce que j'aime :-)

    RépondreSupprimer
  16. Pfff trop pour moi. Autobiographie de galères avec autodérision, ça me parle beaucoup, surtout sur la thématique de l'exil. Bon, normalement je ne commence jamais par les autobiographies pour découvrir un auteur mais si je commence comme ça, je ne le lis pas avant 2030...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il faut vraiment que tu le lises avant cette date pour le coup !

      Supprimer
  17. Cela signale une grande force de caractère que de savoir rire de soi après avoir vécu dans d'épreuves..... Je note le titre. Merci.

    RépondreSupprimer
  18. Pour une fois, je ne lis pas ta note ... Tu imagines bien qu'il est sous mon coude ! Ravie de voir que tu suis cet auteur, un des mes "chouchous", qui mériterait, je pense une audience plus large !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je sais que c'est à toi que je dois la découverte de cet auteur, je ne t'en remercierais jamais assez !

      Supprimer
  19. Auteur rencontré aux Etonnants Voyageurs à St Malo, une sacrée personnalité ! J'ai acheté son livre aussitôt...

    RépondreSupprimer
  20. Je découvrirai cet auteur un jour, c'est certain. Reste à savoir avec quel titre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Ederlezi, ce serait parfait pour toi je pense.

      Supprimer
  21. uhhhhh la tentation ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un qui est fait pour toi, vraiment ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !