mardi 5 avril 2016

Orgasme - Chuck Palahniuk

Elle en a du bol, Penny Harrigan. Stagiaire dans un cabinet d’avocat, tout juste bonne à faire le café, elle se retrouve le cul à l’air devant Cornelius Linus Maxwell après s’être étalée lamentablement avec le plateau de cappuccinos qu’elle s’apprêtait à lui apporter. Un Maxwell qui n’est rien d’autre que l’homme le plus riche du monde doublé d'un Dom Juan que les tabloïds ont surnommé « Orgasmus Maxwell ». Lui qui jusqu’alors avait épinglé à son tableau de chasse une actrice six fois couronnée aux oscars, la présidente des États-Unis ou encore la future reine d’Angleterre semble être tombé de manière assez incompréhensible sous le charme de Penny, au point de l'invité à dîner. La jeune femme va vite découvrir que le bellâtre voue un culte au plaisir féminin et ne cesse de chercher à déclencher chez ses partenaires des orgasmes dévastateurs grâce à divers jouets de sa conception. D’abord éblouie par les torrents de jouissance que Maxwell parvient à provoquer en elle, Penny va rapidement se rendre compte que quelque chose cloche et que, loin de tout sentimentalisme, son amant la considère uniquement comme un cobaye. Où comment le conte de fée va virer au cauchemar...  

Dès le départ, on se dit que Palahniuk se moque du monde. Qu’il force le trait, qu’il insiste lourdement sur les codes propres aux Mommy Porn pour mieux les égratigner. Impossible en effet de prendre au sérieux le délire du fumeux Cornélius Maxwell, expert implacable de l’anatomie féminine et de ses secrets se muant en terroriste psychopathe assoiffé d’argent et de pouvoir. Un maître de l’univers gagnant ses galons en fournissant aux femmes la drogue la plus dure jamais mise sur le marché, une dépendance à l’orgasme provoquée et entretenue par ses sextoys tous plus diaboliques les uns que les autres. L’histoire en elle-même est totalement déjantée, comme tous les personnages d’ailleurs (avec une mention spéciale pour Baba Barbe-Grise, prêtresse de la jouissance féminine vivant depuis deux cents ans recluse dans une grotte du fin fond de l’Himalaya et épuisant tous les disciples qui ont osé se frotter à son savoir).

Le risque quand on se lance dans un projet aussi parodique, c’est de rapidement tourner en rond et de finir par tourner à vide. Or ici, ce n’est jamais le cas. D’abord parce que c’est drôle et ensuite parce que Palahniuk ne se contente pas de se foutre de la mode érotico-porno actuelle. Son roman est aussi (et surtout) une satire sociale dénonçant la quête effrénée du plaisir entretenue par une industrie et des médias aux vues purement mercantiles. La réflexion sur la manipulation des masses est aussi très présente et on sent le plaisir qu’a eu l’auteur à mettre en scène puis dézinguer quelques travers très actuels de notre société.

Un pari compliqué mais parfaitement réussi. Le sens de l’hyperbole de l’auteur de Fight Club conjugué à son sens de l’ironie mordante offre au final un pastiche à l’absurdité jouissive. Tout ce que j’aime.


Orgasme de Chuck Palahniuk. Sonatine, 2016. 260 pages. 18,00 euros.


Un orgasme que j'ai le plaisir de partager avec Noukette (si, si !!!).








48 commentaires:

  1. Et je sens que je vais diablement aimé héhé :-p
    mhuuuuum vos billets me mettent sacrément en appétit merci merci ;-)
    et mille bises de la nuit <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu que tu vais franchi le pays, j'espère que tu vas aimer.

      Supprimer
  2. Eh ben voilà un bouquin qui promet !!

    RépondreSupprimer
  3. Maxwell house qualité filtre, alors? (OK je n'ai pas résisté)
    Avec ton billet, je me sens tentée, alors que, pourtant, pas mon truc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce ne sera clairement pas le livre de tout le monde...

      Supprimer
  4. Et voilà, tu a lu ton premier Palahniuk ! Je parie que ce ne sera pas le dernier, il est fait pour toi cet auteur ;-)
    Ravie d'avoir lu son petit dernier avec toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il me va comme un gant ce monsieur ;)

      Supprimer
  5. Je vais me lancer, je pense que le ton va me plaire !

    RépondreSupprimer
  6. la couverture est géniale, vous faites tout (vous Noukette et toi) pour qu'on reste un peu moins ignare en matière de littérature érotique ... Bravo à vous!

    RépondreSupprimer
  7. Ton premier orgasme avec Noukette a l'air explosif ! je le note si je le croise en librairie .. je me vois bien lire ça dans le tramway !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera parfait dans le tramway pour attirer l'attention ;)

      Supprimer
  8. Vous le conseillez aux ados, comme à chaque RDV hebdomadaire ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux grands ados alors, aux ados majeurs et vaccinés ;)

      Supprimer
  9. je viens de noter chez Noukette! Oh oui ça me plairait!!

    RépondreSupprimer
  10. Eh bien cela me donne bien envie...Moi qui cherchais quoi lire^^
    Merci pour le tuyau :)

    RépondreSupprimer
  11. C'est ce que j'aime chez cet auteur : son côté déjanté et outrancier !! J'avais déjà noté ce titre chez Sandrine, et comme tu confirmes...

    RépondreSupprimer
  12. Ah super ! il est sur ma table de chevet, j'avais pris beaucoup de plaisir à lire les deux précédents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je vais moi aussi prendre du plaisir à lire ses précédents.

      Supprimer
  13. Je suis d'accord avec vous, c'est une grande réussite sauf, me concernant, pour les dernières 70 pages. Mais le reste est jubilatoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de trouver une fin à la hauteur du reste, je te le concède.

      Supprimer
  14. Jubilatoire et orgasmique ! Comment pourrais je refuser ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Oh oui !!!
    Excusez moi mais ça ça me dit lol après Annie Ernaux ça dépote ça !
    ça me tente
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à voir avec Annie Ernaux pour le coup !

      Supprimer
    2. J imagine le grand écart en effet 😁bises

      Supprimer
    3. Mais tu sais bien que c'est tout ce que j'aime ce genre de grand écart ;)

      Supprimer
  16. Une lecture orgasmique... m'en vais la noter tiens :D

    RépondreSupprimer
  17. Cette réflexion me paraît intéressante. Sans pourtant être prude, j'avoue que je suis un peu perplexe face à cette "mode érotico-porno actuelle".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 50 nuances a ouvert la brèche et tout le monde s'y est engouffré. Sans doute une mode qui passera, comme toutes les autres...

      Supprimer
  18. jamais lu Palahniuk mais celui-ci est super tentant (cette couverture!!) c'est une parodie de 50 shades? (parce que le début de l'histoire - la petite nana qui s'éclate la figure devant le tycoon - est très similaire...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, une parodie qui ne prend pas de gant...

      Supprimer
  19. Pourquoi je ne m'étonne pas de trouver cet auteur chez toi, et aussi ce titre.:-) Je ne suis pas over-fan de Palhaniuk mais j'avoue que ce livre m'avait bien tentée à sa sortie.:-) J'aimais bien l'aspect satire sociale sur précisément cette thématique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cet aspect qui fait tout le sel du roman à vrai dire.

      Supprimer
  20. Réponses
    1. Un essai, je n'irais pas jusque là...

      Supprimer
  21. Là où y'a de l'orgasme y'a du plaisir! ^^
    Il me titille grave............ je parle de ma curiosité bien sûr..... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la curiosité uniquement parce que pour le reste, il ne titille pas vraiment, il fait même plutôt peur !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !