mercredi 13 avril 2016

L’homme qui tua Lucky Luke - Mathieu Bonhomme

Lucky Luke arrive à Froggy Town un soir d’orage et découvre une bourgade quasi déserte. Même le saloon attend désespérément les clients. Menacé par le shérif, le cow-boy solitaire doit lui abandonner son arme, comme tous les étrangers arrivant en ville. Le lendemain, quelques habitants viennent le chercher dans sa chambre d’hôtel pour lui demander de l’aide. Un indien a dévalisé la diligence qui amenait la récolte d’or des mineurs. Ces derniers, sans ressources, ne descendent plus en ville, ce qui menace dangereusement l’économie locale.  Après quelques hésitations, Luke accepte de mener l’enquête pour retrouver l’or.

Pour fêter ses 70 ans, le tireur le plus rapide de l’Ouest se réinvente et passe entre les mains d’auteurs lui rendant hommage à leur manière. Premier à se lancer dans cette drôle d’aventure, l’excellent Mathieu Bonhomme, dont j’ai lu tous les albums depuis la série « Le marquis d’Anaon ». Comme pour Chlorophylle récemment, j’aime l’idée d’un hommage qui ne se contente pas d’être une reprise fidèle mais apporte une réelle singularité au personnage et à son univers.

Bonhomme dresse le portait d’un Lucky Luke plus sombre, le faisant évoluer dans une atmosphère pesante où le clair-obscur prend le pas sur la lumière. Un Lucky Luke moins serein aussi, fébrile, lunatique, limite fragile, et en manque de nicotine, clin d’œil au passage de ce fumeur invétéré de la clope au brin d’herbe survenu en 1983. Suprême originalité, il se permet de tuer le héros dès la première planche !

Pour autant, le scénario m’est apparu classique, sans véritable surprise. Le manque d’humour, élément pourtant caractéristique de la série, est criant et les personnages secondaires sont bien trop lisses pour apporter une réelle valeur ajoutée. Reste le dessin, toujours aussi somptueux, avec un art du cadrage et de la mise en scène qui fonctionne à merveille.

Pas une déception à proprement parler mais une réappropriation très personnelle, plus mature, au scénario trop sage, qui vaut surtout pour sa qualité graphique en tout point remarquable.

L’homme qui tua Lucky Luke de Mathieu Bonhomme. Lucky comics, 2016. 64 pages. 15,00 euros.




Les BD de la semaine sont chez Stephie



40 commentaires:

  1. C'est sûr qu'il manque l'humour de Luke, mais je trouve tout de même qu'il s'agit d'un bel album, notamment grâce au jeu des couleurs, avec des planches en camaïeu bleu ou jaunâtre, où parce que certains personnages semblent avoir leur propre couleur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couleur, c'est un des gros points forts de Bonhomme, avec sa science du cadrage.

      Supprimer
  2. En lisant récemment un Nlake et Mortimer, j'ai été sensible au côté trop classique, sans humour;..
    Lucky Luke, quand même, tu n'as plus Rantanplan, les Dalton? Pffff!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui, moi aussi je passe mon chemin si y a pas Rantanplan ou les Dalton ! et comment oublier l'humour ? Jack Beauregard ?

      Supprimer
    2. Pas d'humour, de Rantanplan ni de Dalton, non.

      Supprimer
  3. Cet album-là n'est pas pour moi. En revanche, j'attends le prochain Lucky Luke dont on avait déjà eu l'occasion de parlé. Il sera plus déjanté et - quitte à partir dans le principe de l'univers revisité - je préfère ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Lucky Luke de Bouzard ? Il devrait sortir à la fin de l'année et tu penses bien que je serai au rendez-vous ;)

      Supprimer
  4. Noté !
    La colorisation, c'est Bonhomme qui l'a faite ? Parce que les teintes de la planche me rappelle celles du Marquis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est lui, on retrouve sa patte au premier coup d’œil.

      Supprimer
  5. je laisse cette BD aux amateurs , je sais qu'ils sont nombreux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucky Luke a gardé de nombreux fans, c'est vrai.

      Supprimer
  6. Tout comme Luocine. Pas certaine que ça soit pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne m'étonnerait pas qu'il ne soit pas pour toi ;)

      Supprimer
  7. Je ne te sens quand même pas absolument emballé... Si ce n'est pas un coup de cœur, je vais résister ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un coup de cœur non, mais j'ai bien aimé quand même.

      Supprimer
  8. je ne connais pas et ne suis pas sûre d'avoir envie de connaître...

    RépondreSupprimer
  9. Je reste avec le Lucky-Luke de ma jeunesse et te laisse celui-ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux te comprendre, la nostalgie est souvent plus forte que la modernité ;)

      Supprimer
  10. 70 ans déjà !... Bon, l'idée de lui rendre hommage était sympa et originale mais si t'es pas plus convaincu que ça, hein, j'ai comme d'autres livres dans ma PAL...;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis convaincu par le coté très personnel de la reprise. Un peu moi par le scénario.

      Supprimer
  11. C'est toujours intéressant de voir ce qu'on peut faire à partir de grands mythes de la culture (littérature, BD, cinéma...)
    Mais là, ce n'est pas tout à fait ça, dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ce n'est pas tout à fait ça au niveau du scénario.

      Supprimer
  12. Ça fait quand même de sacrées réserves :-)

    RépondreSupprimer
  13. Je vivrai bien sans la lire... ^^

    RépondreSupprimer
  14. L’idée de rendre hommage à ce personnage est intéressante.
    Dommage que l’humour n’y soit pas. Heureusement, il semble compensé par un graphisme très beau.
    Bon weekend Jérôme

    RépondreSupprimer
  15. J'ai été un peu déçue aussi.
    Je n'aime pas du tout la tête de Lucky contrairement à toi. Cela m'a beaucoup perturbé.
    Tu crois qu'annoncé la fin dès la première page comme dans les films est une première pour la série? Je ne me souviens plus. Cela fait longtemps que je n'ai pas lu une histoire du héros solitaire.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !