samedi 18 octobre 2014

Je refuse - Per Petterson

C’est l’histoire de deux hommes sur un pont. L’un est en train de pêcher, l’autre passe en voiture. Tente cinq ans qu’ils ne se sont pas vus et pourtant ils se reconnaissent. Leur échange dure à peine quelques secondes. Dans le temps, ils étaient les meilleurs amis du monde. Aujourd’hui, Jim, le pêcheur, vit seul au nord d’Oslo. Il est en arrêt maladie depuis un an, fume trop et « a mis son existence en berne ». Tommy, lui, au volant de sa belle Mercedes, est un courtier plein aux as. Est-il heureux pour autant ? Vaste question.

Le roman relate une journée de septembre 2006 où ces deux hommes se croisent à nouveau. Une journée où ils vont remonter le temps. Prenant tour à tour la parole, ils laissent affleurer les souvenirs. 1966-1970-1971. Tommy, battu par son père, va être séparé de ses trois sœurs et placé en famille d’accueil. Jim, vivant seul avec une mère bigote, sera le confident, le soutien permanent, le complice indéfectible. L’époque des certitudes, mais aussi des premiers doutes :
-  On est amis depuis combien de temps, Tommy ? 
- Depuis toujours. On a toujours été amis.
- Autant que je m’en souvienne, oui, dit Jim.
- Je crois que ça durera jusqu’à la fin de notre vie. Tu ne crois pas ?
- On changera tous les deux. Avant, on se ressemblait plus que maintenant.
Tout est dit dans ce dialogue. L’éloignement, inévitable, pointe en sourdine. Un micro-événement, un grain de sable viendra mettre un terme à leur histoire.

Bon, je vais être clair, j’ai adoré ce roman. On navigue entre le passé et le présent et on comprend pourquoi les choses ont pu en arriver là. La trajectoire de chacun a fluctué en fonction des aléas. Comment peut-on tirer un trait sur une telle amitié ? C’est simple, banal, c’est juste la vie, le temps qui nous sépare et nous éloigne les uns des autres, même de ceux avec lesquels on pense rester connecté à jamais. Le propos me parle, sans doute parce que je m’y suis retrouvé. Le temps passe et fracasse tout sur son passage, « on oublie facilement que les choses sont différentes quand on est jeune ; l'univers est plus beau et on a la vie devant soi. Et puis ça se gâte, tout fout le camp, le monde vole en éclat du jour au lendemain. »

Dans ce récit polyphonique, Per Petterson met en scène des hommes qui s’écroulent. Dans tous les sens du terme. Des hommes seuls, désorientés, en plein doute. Des hommes fragiles, qui pleurent et se cherchent. Des hommes lucides, sachant pertinement qu’il est impossible de regarder en même temps en avant et en arrière si l’on veut avancer. Mais ont-ils encore envie d'avancer ? A un moment, Tommy se demande si le temps n’est pas qu’un sac dans lequel on peut enfouir ce que l’on veut. En cette journée de septembre 2006, il va ouvrir le sac et remonter le fleuve du temps, luttant contre un courant qui l’emporte. C’est beau, fort, poignant. La fin ouverte est parfaite, en suspens, elle nous laisse le choix, un peu comme dans un roman de Modiano. Le mien est le plus pessimiste. On ne se refait pas…

Je refuse de Per Petterson. Gallimard, 2014. 270 pages. 19,50 euros.

 PS : J’aime ce titre. Ces deux mots sont prononcés par un personnage secondaire. Sur son lit d’hôpital, il refuse de mourir. Un vœu pieux, forcément.

PS bis : « Je refuse » sera ma première pépite de la rentrée chez Galéa. Une pépite sans doute trop personnelle et intime pour emporter l’adhésion d’une majorité d’autres lecteurs, j’en ai bien conscience. Mais j’assume, évidemment.








66 commentaires:

  1. Très étrangement, il est des livres et des films auxquels nous nous identifions. Ils deviennent alors notre propriété exclusive. Nous sommes même un peu jaloux que d'autres les lisent et les aiment. Je pense que "Je refuse" en fait partie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne serais pas du tout jaloux si quelqu'un d'autre le lisait et l'appréciait mais je l'ai adoré pour des raisons très personnelles, je ne peux pas le nier.

      Supprimer
  2. Voilà donc ta pépite de la rentrée .. ça ne parle que d'hommes, ou il y a des femmes quelque part ? Ce que tu en dis me tente bien, les extraits aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des femmes, je te rassure. Il y en a même une dont la voix se mêle à la polyphonie et qui est très importante (celle de Siri, une des sœurs de Tommy).

      Supprimer
  3. J'avais été surprise d'aimer autant "Pas facile de voler les chevaux" dans lequel j'entrais presque à reculons... Tu penses bien que je note celui-ci, car rien de ce que tu en dis ne me rebute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une totale découverte pour cet auteur. Mais je compte bien lire ses autres romans maintenant.

      Supprimer
  4. Tu me donnes envie de découvrir ce roman. L'amitié qui s'étiole au fil du temps, un thème parlant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que l'on a tous plus ou moins connu ça, non ?

      Supprimer
  5. Chouette ! J'hésitais un peu à le lire ce titre de peur d'être déçue après avoir adoré "Pas facile de voler des chevaux" ... J'ai bien l'impression, en te lisant, qu'on retrouve ici les mêmes thèmes et la même douce amère solitude qui y étaient si bien évoquée ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pas facile de voler des chevaux" sera ma prochaine lecture de cet auteur. Et je ne vais pas traîner je crois !

      Supprimer
  6. Celui-ci, tu l'as aimé. Comme quoi, les lectures se suivent mais ne se ressemblent pas. Heureusement.

    RépondreSupprimer
  7. Sans doute un peu trop déprimé/déprimant pour moi, mais j aime beaucoup et la billet et le titre du roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pas trouvé déprimant. Disons qu'il y a une forme de mélancolie qui dégage beaucoup de charme et d'émotion.

      Supprimer
  8. En tout cas, tu le vends vraiment bien ! J'aime beaucoup les romans qui parle du temps qui passe, qui emporte et qui ne nous épargne pas. Je pense que ça pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une thématique infinie mais ici le récit est particulièrement bien mené.

      Supprimer
  9. J'avais été agréablement surprise par "Pas facile de voler les chevaux", j'avais été lire un peu sur cet auteur qui a connu un drame dans son enfance-adolescence et je me suis promis de le relire, ta pépite m'enchante, je note ! Une histoire "d'hommes" qui peut se mettre au féminin vu l'universalité du thème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La thématique est clairement universelle. Et les femmes jouent aussi un rôle important dans ce texte.

      Supprimer
  10. Je suis passée totalement à côté de cette sortie, mais maintenant il me faut, car j'avais adoré Pas facile de voler des chevaux, sorte de Nature writing à la norvégienne.. si en plus tu fais une pépite de celui-ci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je viens d'emprunter "Maudit soit le fleuve du temps" à la médiathèque. Il faut que je lise tous les romans de cet auteur !

      Supprimer
  11. Je ne vois pas trop comment résister si tu le classes dans les pépites ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je ne vois pas pourquoi tu résisterais ;)

      Supprimer
  12. Irresistible ! c'est le mot. Je rajoute à ma pile et je pense très raisonnablement qu'il va griller la priorité sur d'autres lectures qui attendront encore ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui est arrivé chez moi, il a grillé la priorité à tous les autres, qui étaient pourtant là depuis bien plus longtemps !

      Supprimer
  13. Après un tel billet, je suis curieuse, je note !

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve ton billet touchant, c'est bien souvent ce qui nous parle intimement qui nous fait aimer un livre... cela me donne envie de noter ce titre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que les livres qui nous touchent résonnent toujours plus fort.

      Supprimer
  15. J ai lu avec grand intérêt ton billet et je note tout de suite

    RépondreSupprimer
  16. Rhoooo un nouveau Per Petterson et je ne le savais pas !! Je note, je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as l'air de le connaitre et de l'apprécier dis donc !

      Supprimer
  17. Oooh ben tu viens de me donner une idée de lecture pour le challenge UE, catégorie Norvège !! Parfait, je cherchais justement un roman dans ce rayon qui vale vraiment le détour. Je pense que ce roman me parlera aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec celui-là, je pense que tu peux y aller les yeux fermés !

      Supprimer
  18. L'idée de base me tente terriblement, en fait Et si tu as adoré, ya plus qu'à!

    RépondreSupprimer
  19. Ton billet est vraiment très émouvant, je pense que nous pouvons être nombreux à être touchés par ce type de problématiques (surtout dans ces temps automnaux). Je vais le lire celui-là.
    Et je te remercie encore de participer aux pépites, c'est un rendez-vous blogosphérique qui me réjouit , c'est toujours un bonheur de lire le billet d'un lecteur touché aux tripes.
    Bon dimanche Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut être nombreux à être touchés par ce texte à partir du moment où l'on a passé un certain âge je pense. Et je pense aussi, avec tout le respect que je te porte, que tu fais partie du bon public ;)

      Supprimer
  20. Ton enthousiasme est très tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé en tout cas de le rendre tentant !

      Supprimer
  21. a priori cela ne me dit rien, mais je te fais une confiance aveugle ! :-) (et puis j'avais beaucoup aimé "Monde sans Oiseaux" l'an dernier, lu sur tes conseils!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, ce n'est pas forcément de me suivre aveuglément, mais j'apprécie cette marque de confiance ;)

      Supprimer
  22. Alors, là, j'ai très envie de le lire !!! ta critique et puis j'avais beaucoup aimé Pas facile de voler des chevaux... Deux bonnes raisons pour ne pas passer à côté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais ravi que tu ne passes pas à coté ;)

      Supprimer
  23. Celui ci je le note. De toute façon je les note tous chez toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es trop gentille ;)
      J'apprécie la confiance que tu me portes et j'espère ne jamais la décevoir, bonjour la pression !

      Supprimer
  24. N'est ce d'ailleurs le principe d'une pépite qu'elle soit si personnelle que d'autres ne peuvent y avoir accès?
    Je n'ai jamais lu cet auteur, tu me donnes très envie de me pencher sur ce qu'il a écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu as raison, c'est le principe d'une pépite. En tout cas je viens d'emprunter deux autres romans de cet auteur à la médiathèque...

      Supprimer
  25. Bon. Message reçu... Il me le faut. Et d'urgence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier coup de cœur de la rentrée en tout cas ;)

      Supprimer
  26. Oh, oh !! je note tout de suite, Jérôme, et vais voir de ce pas s'ils l'ont à la bibli.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'ils n'ont pas celui-là, ils auront peut-être ses plus anciens.

      Supprimer
  27. Je garde un beau souvenir de "Pas facile de voler les chevaux". Je pense que celui-ci me plaira aussi, surtout si je peux inventer une fin un brin optimiste :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin peut être très optimiste si on le veut ;)

      Supprimer
  28. Réponses
    1. Un livre admirable, oui. Et merci pour le compliment ;)

      Supprimer
  29. Salut Jérôme ! Depuis mon commentaire d'octobre dernier j'ai fini par l'emprunter ce livre que je n'avais pas oublié ! J'ai adoré... c'est fort et poignant. Il y a un 2e personnage qui dit "je refuse", c'est Berit à la fin, qui refuse de rester une minute de plus avec son mari. Donc un refus positif et réalisable ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le refus est multiforme. Tu as adoré et crois-moi, j'en suis plus que ravi !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !