mardi 14 janvier 2014

Le premier mardi c'est permis (23) : Pornstar d'Anthony Sitruk

L’auteur précise dans les remerciements que son texte est inspiré d’une rencontre avec un acteur et que les anecdotes sont reproduites le plus fidèlement possible.

L’histoire raconte la fin de carrière d’Alan, acteur porno proche de la soixantaine, icône de l’âge d’or du X dans les années 70 et qui tourne encore épisodiquement pour d’obscurs réalisateurs mettant leurs « œuvres » sur le net où la rémunération varie en fonction du nombre de téléchargements. Un milieu marginal et sans concession où la légèreté n’est pas de mise et où chacun tente de tirer son épingle du jeu en allant toujours plus loin (qui a dit plus profond ?) dans les pratiques extrêmes : « Aujourd’hui on fait dans le dépouillé, le chirurgical et si la technique le permet, la coloscopie. » Alan porte un regard sans concession sur la profession, sur ce que le milieu dans lequel il évolue depuis des décennies est devenu. Mais il sait aussi qu’il est incapable de faire autre chose alors il continue malgré tout, sans entrain, de façon quasi-mécanique. Il faudra une rencontre avec une jeune fille fragile et une opportunité dans le cinéma traditionnel pour qu’Alan, enfin, puisse imaginer un avenir meilleur.

Mon Dieu que l’industrie du porno est glauque ! Beaucoup de cynisme, aucune considération pour des actrices naïves que l’on maltraite à longueur de scènes et que l’on paie à coups de bâton, une compétition féroce entre réalisateurs, un public qui encourage l’escalade vers des choses toujours plus cradingues… il y a de quoi vous donner la nausée. Au moins ce roman permet de jeter un œil dans l’arrière cour d’un milieu très fermé. Pour le coup c’est pas joli-joli (c’est même carrément dégueulasse !) mais la démarche a le mérite d’être honnête. C’est d’ailleurs surtout le danger qui guette les actrices qu’il importe de montrer du doigt : « La petite a bien cerné le problème : pour 200 euros à tout péter, elle a bradé son cul, sa chatte, son honneur, son identité, son avenir, ses rêves, ses espoirs, son âme, à un connard qui diffusera les images pendant les siècles à venir sans lui reverser un centime de plus. Et l’amnésie collective n’existe pas sur internet : une fois en ligne, c’est fini. »

L’écriture en elle-même n’a rien de transcendant, elle est simple, dépouillée, très familière, même si quelques éclairs de poésie (si on peut dire) traversent le texte. Petits exemples avec la première phrase du roman : « Mine de rien, ça doit bien faire 45 minutes que je l’encule. » ou encore « D’un œil, je contemple la traînée d’escargot qu’elle a laissée sur le cuir synthétique Ikéa, de l’autre ma jute couler de son menton sur le dossier du canapé. » Classe, non ?     

Personnellement, je ne connais rien au porno, je n’en ai jamais regardé (le premier qui rigole au fond, je lui mets un taquet...) mais si vous êtes fan du genre, ce roman fort instructif vous laissera en bouche un goût amer, pas possible autrement.


Pornstar d’Anthony Sitruk. La Musardine, 2013. 128 pages. 14 euros.





70 commentaires:

  1. Ouais ben, tes seuls extraits... le coup de la coulée d'escargot... merci... Je file dégobiller mon café, c'est malin. Et promis, je ne ris pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ne ris surtout pas. Et désolé pour le café...

      Supprimer
  2. Heureusement que tu ne fais pas des billets comme ça tous les matins... mon estomac ne s'en remettrait pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis ça deviendrait lassant à force.

      Supprimer
  3. Bravo pour ton billet. Ce qui me fait mal au cœur, c'est cette image qu'ont les ados...bref c'est dégueulasse et c'est bien de le dire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clairement, le porno fait des ravages et c'est désolant.

      Supprimer
  4. Je rejoins Stephie dans les toilettes pour vomir...

    RépondreSupprimer
  5. Ton billet me rassure presque. Quand on voit ces actrices porno interviewées à la télé qui se la jouent "bien dans leur tête et dans le c.. " Pour le coup (oups ^^ ) elles me font de la peine. Vendre son âme pour quelques euros... Le même livre écrit par une femme serait intéressant pour avoir un regard féminin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en sans doute certaines, très rares, qui font cela avec plaisir et envie mais pour la plupart c'est un immense traumatisme.

      Supprimer
    2. Comme dans tous les domaines, il y a du bon et du mauvais dans le porno : des acteurs et actrices heureux de leur sort, correctement payés dans le cadre de productions tout ce qu’il y a de plus honnête (celles que l’on peut voir sur C+, par exemple), qui ont certes une sexualité différente de la nôtre mais l’assument parfaitement, sans faire de mal à personne. Malheureusement on trouve aussi des choses franchement dégueulasses même si tout à fait légales. Comme par exemple des scènes dans lesquelles une nana se retrouve au milieu de 115 amateurs cagoulés dans un hangar du 93 (anecdote authentique). Je n’ose imaginer les conséquences, physiques et psychologiques, à court comme à moyen termes, sur cette jeune femme.

      Supprimer
  6. C'est un milieu ultra misogyne et je rejoins Cristina G, ça fait toujours mal au coeur d'entendre les actrices déclarer qu'elles "adoooorent ce métier" et que c'est un vrai choix de leur part alors qu'elles sont exploitées.
    Pas très émoustillante cette lecture du mardi monsieur-je-suis-vierge-de-porno (je ne ris pas, je n'aime pas recevoir des taquets, uniquement des fessées :-)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le milieu ne m'a pas semblé plus misogyne qu'un autre. Au contraire, même. Il y a des producteurs qui profitent de jeunes femmes mal préparées. Mais s'il y existe bien un milieu dans lequel les hommes sont mal (voir pas du tout) payés et traités comme du bétail, c'est bien celui du porno :)

      Supprimer
  7. Beurk! Tu n'en as jamais regardé (moi non plus) mais hélas hélas je n'en dirais pas autant de certains ados, qui ensuite croient que l'amour(!) se réduit à ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai jamais regardé, si on veut...

      Supprimer
  8. ton billet me file un coup au moral car parmi les ados de mon établissement certains sont persuadés que c'est ça l'amour. J'ai découvert ça au cours d'une séance avec des intervenants extérieurs sur la sexualité; ce que j'ai entendu et les rires qui allaient avec m'ont fait sortir de la salle ... no comment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est affolant mais c'est aussi dû à la facilité avec laquelle le porno est accessible partout, pour tout le monde.

      Supprimer
    2. Le problème, c'est que le porno accessible facilement est un porno essentiellement dégueulasse. Qu'un porno de Canal+ soit visible par un ado, j'ai tendance à dire que ce n'est pas forcément très grave. Ce n'est certes pas le public cible, mais après tout on n'y voit rien de réellement choquant. Par contre, on trouve sur le web des trucs réellement immondes, sans aucun filtre.

      Supprimer
  9. Pas très fun ce billet du mardi dis-donc, mais c'est intéressant de voir la réalité aussi.... Les extraits sont vraiment classes oui... miam.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible d'être fun aujourd'hui, ce serait indécent.

      Supprimer
  10. ah ben pas pour moi, je préfère les romances à l'eau de rose !!!!

    RépondreSupprimer
  11. Je te lis et je grignote une biscotte. Elle coince. Tu as raison, je n'ai pas envie de rire, c'est triste. Je me souviens de cet acteur, il passait parfois dans des émissions pour des témoignages, c'était avant l'italien. Il doit être vieux maintenant ! Pfff...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'ai bien compris il serait passé chez Ardisson et Ruquier. Perso je ne l'ai jamais vu.

      Supprimer
  12. ça ne donne pas envie...tant mieux!

    RépondreSupprimer
  13. commentaire qui n'a rien à voir: j'ai vu dans le non-challenge coup de coeur de Galea que tu avais adoré "Monde sans Oiseaux", ça m'a donné envie de le lire, et j'ai vraiment beaucoup aimé :-) merci !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah super, je suis content parce que certains avis sont très mitigés par rapport à ce roman.

      Supprimer
    2. je pense que c'est le genre de livre soit qu'on adore soit auquel on n'arrive pas à accrocher...mais c'est une très belle découverte

      Supprimer
  14. Je l'avais vu chez Yves, mais il ne m'avait pas convaincu.

    RépondreSupprimer
  15. Et ce que ne disent pas les pros du hard, ce sont les conséquences médicales sur les acteurs et actrices. Les chirurgiens auraient aussi beaucoup à raconter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un aspect qui, étrangement, n'est pas du tout abordé dans le roman.

      Supprimer
    2. Si par chirurgiens, vous entendez "chirurgiens esthétiques", effectivement le sujet n'est pas abordé dans le livre pour la simple raison que, vu l'état de leurs finances, les actrices ont rarement les moyens de se payer autre chose qu'une nouvelle paire de seins (et encore, on parle ici des actrices les plus riches, les autres en étant parfois réduites à lancer des appels aux dons pour cela).
      Quant aux conséquences médicales... Il peut y en avoir, c'est vrai, essentiellement chez les femmes. Mais on parle là des tournages vraiment glauques, violents, proches de l'illégalité. Mon bouquin, s'il traite des bas-fonds du porno, reste dans le domaine """classique""" du genre. C'est un univers qui peut être déjà assez dur comme ça, parfois choquant, je n'avais pas envie d'en rajouter.

      Supprimer
  16. Je suis sûre que ce livre est très instructifs, même si je n'ai pas vraiment envie de le lire. Et je n'ai même pas ri.

    RépondreSupprimer
  17. Bien contente qu'il n'est pas trouvé le chemin de ma boite aux lettres celui là... Rien que la couverture est atroce...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture ne me déplaît pas^^ En tout cas je suis bien content que tu n'aies pas eu à le lire.

      Supprimer
  18. Beurk.

    Voilà.
    Rien à ajouter...

    RépondreSupprimer
  19. Blogspot me mange mes commentaires, ça m'est aussi arrivé chez Claudia Lucia... Moi, je te conseillais vers 5 heures du mat' de lire "Snuff" de Palahniuk, pour une version humoristique de l'industrie du porno, mais peut-être ton filtre est-il puritain ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui "Snuff", Noukette en a parlé il y a quelques mois. ça me tente mais je crois que je vais faire une pause avec le monde du porno.

      Supprimer
  20. Ton billet m'a fait sourire, le livre correspond à sa couverture, mais je passe ...je dois avoir encore un côté midinette malgré les rides .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couverture est soft par rapport au contenu.

      Supprimer
  21. So glam "la trainée d'escargot" !! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça permet de visualiser tout de suite les choses.

      Supprimer
  22. Outch !! !Pas contre...sérieusement... jamais vu de porno ?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sérieusement... j'ai parfois tout d'un gros menteur...

      Supprimer
  23. Personnellement, je laisse la coloscopie aux médecins ^^
    Y'a pas à dire, tu donnes de ta personne pour ces mardis ! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai enquillé quelques lectures pas piquées des vers pour ces mardis.

      Supprimer
  24. "ce roman fort instructif vous laissera en bouche un goût amer, pas possible autrement." J'adore beaucoup ta chute (de reins) finale !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des semaines de boulot pour trouver cette dernière phrase !

      Supprimer
  25. Punaise. je ne vais même pas m'approcher de ce roman à 14 km. On me l'avait proposé en SP et DIEU MERCI j'ai refusé.
    Punaise, "cradingue", c'est vraiment tout ce que ça suscite en moi. Puis ça a l'air triste aussi. Je ne lis pas pour plonger dans un monde encore moins joli que celui qu'on montre au JT.
    Pffiou, je préfère encore ma lecture du mardi que la tienne :p
    Je passe donc, merci d'avoir testé pour nous, Jérôme.
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va dire que c'est une lecture qui ouvre les yeux. Après je te rejoins, je préfère la légèreté pour les rendez-vous du mardi.

      Supprimer
  26. Malgré ma profonde curiosité d'un peu tout, je pense que je trouverais déjà assez de poésie dans Bukow^^ (comment ça je commence à faire une fixette ?).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne va pas comparer Bukow avec ce texte malheureuse, ce serait sacrilège !

      Supprimer
  27. heuuuu....je vais en rester à ta chronique en fait...je suis une âme sensible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, âme sensible s'abstenir...

      Supprimer
  28. Je viens de recevoir une proposition (non pas pour travailler dans cette industrie) mais pour recevoir ce roman, j'allais accepter par curiosité (totalement intellectuelle) mais là, maintenant, je crois que je vais refuser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi de voir... la curiosité parfois ça a du bon ;)

      Supprimer
  29. Bonjour à tous. Après quelques mois, je me suis finalement décidé à laisser des commentaires aux nombreuses critiques (positives ou négatives) reçues. Tout d’abord un grand merci à l’auteur de ce blog d’avoir pris le temps de lire ce livre et de l’avoir chroniqué. C’est un livre que j’espère difficile, parfois repoussant, mais dans lequel les personnages se découvrent un peu d’espoir, de dignité, et d’amour (je suis aussi un grand sensible !). J’ai découvert dans le porno, que j’ai fréquenté de loin pendant trois ou quatre ans, des gens parfaitement honnêtes, sincères, intelligents, finalement très humains. D’autres au contraire à fuir. Il m’a semblé qu’au final, ce milieu, sans doute plus sain que celui du cinéma traditionnel, n’était guère différent d’un autre, mise à part la sexualité toute particulière de ses participants.
    Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un milieu intéressant, parfois surprenant, si j’en crois les innombrables discussions qu’il génère, qui méritait bien un livre honnête (j’entends par « honnête », qui explore les deux facettes). Reste à savoir si mon livre est lui-même intéressant, pertinent, et surtout correctement écrit… je laisse les lecteurs en juger.
    Bonne continuation à tous, et surtout bonnes lectures

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour vos différents commentaires, ils enrichissent le débat soulevé par mon modeste billet.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !