lundi 6 janvier 2014

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes - Khaled Hosseini

L’Afghanistan des années 50, le Paris des années 70, la Grèce de la seconde moitié du 20ème siècle et le San Francisco des années 80 à 2000, il y a tout cela dans le nouveau roman de Khaled Hosseini. Des destins que se séparent, se croisent, se réunissent. Des vies de souffrance et d’espoir, un monde en plein bouleversement. Un roman riche et foisonnant  mais qui aurait selon moi mérité plus de concision et moins de pathos.

J’ai aimé découvrir l’histoire  et l’évolution de l’Afghanistan au fil des dernières décennies. La pauvreté absolue des paysans, « la reconversion » des seigneurs de guerre ayant résisté à l’invasion russe en barons de la drogue, l’exil de la diaspora et le rôle majeur tenu par les ONG dans la reconstruction du pays après les ravages perpétrés par les talibans. J’ai aimé aussi, au moins au départ, les changements permanents d’époque et de personnages, le fait que chaque pièce du puzzle mis en place par l’auteur s’emboîte peu à peu avec une certaine logique.

Ce qui m’a gêné, c’est une désagréable impression de remplissage, surtout vers la fin. Si vous passez ici souvent, vous savez que j’aime la forme courte. Rien de tel qu’un auteur qui gratte son texte jusqu’à l’os pour voir ce qu’il a dans le ventre. Ici, le grattage est inexistant et le texte bien trop « grassouillet ». On pourrait l’élaguer à la tronçonneuse de 150 pages sans que cela pose de problème, bien au contraire. Le long chapitre consacré au chirurgien esthétique grec par exemple aurait pu passer à la trappe et celui qui met en scène le fils du baron de la drogue pourrait largement être condensé. Du coup, alors que ma lecture a été fort agréable au début, mon intérêt a beaucoup baissé en avançant dans le récit et j’ai eu du mal à en voir le bout. L’autre gros souci, c’est cette volonté de jouer sur la corde sensible de manière un peu artificielle. Pourquoi la gamine afghane attaquée à la hache par son oncle ? Pourquoi le suicide de la mère de Pari et la mort soudaine de son mari ? Pourquoi l’amie du chirurgien esthétique au visage dévoré par les chiens ? Je déteste le mélo pour le mélo, je n’aime pas que l’on cherche à me tirer les larmes en dramatisant à outrance.

Tout ça pour dire que je ressors de ce loooong roman fort mitigé. Content d’avoir découvert cet auteur dont tout le monde parle mais persuadé aussi que « Les cerfs-volants de Kaboul » doit être bien meilleur. Du coup, c’est une certitude, je n’en ai pas terminé avec Khaled Hosseini.

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes de Khaled Hosseini. Belfond, 2013. 485 pages. 22,50
euros.

Les avis de : Aaliz ; Clara ; Sandrine ; SylireValérie




52 commentaires:

  1. Trop de mélo tue le mélo, je suis bien d'accord avec toi, j'aime bien pleurer mais je n'aime pas qu'on me force. Ce titre me laissait dubitative, après avoir beaucoup aimé "Les cerfs-volants de Kaboul" et déjà un peu moins "Mille soleils splendides", à cause de ce mélo justement, je passerai donc sans regrets ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que beaucoup de lecteurs l'ont quand même aimé. Avec moi ça n'a pas vraiment fonctionné.

      Supprimer
  2. Ah oui alors ces deux autres romans sont bien meilleurs ! Persévère ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaierai au moins les cerfs-volants.

      Supprimer
  3. Le mélo pour le mélo. Tout ce que j'exècre.
    Doh.
    Puis le remplissage pour couronner le tout.

    Bouhou, j'ai peur de l'ouvrir maintenant :/ Mais au moins je suis prévenue et je risque moins la grosse déception ! Je n'en attends plus grand chose :p
    Bon lundi,
    Cajou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de ne pas en attendre grand chose, tu auras peut-être une belle surprise du coup.

      Supprimer
  4. Les cerfs-volants de Kaboul et Mille soleils splendides sont de très beaux textes...

    RépondreSupprimer
  5. Un auteur que je n'ai toujours pas lu. Mais je ne note pas ce titre, après ton avis mitigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaudrait peut-être mieux commencer par les cerfs-volants.

      Supprimer
  6. Je n'ai lu que Les Cerfs-volants de Kaboul j'avais beaucoup aimé ! Dommage pour celui-ci j'y jetterai peut-être un coup d’œil pour comparer.

    RépondreSupprimer
  7. Si tu n'aimes pas le côté mélo alors je te déconseille aussi Les cerfs-volants, c'est encore pire, il m'avait arraché des larmes alors que celui-ci non. Bon après, ça dépend aussi des sensibilités de chacun...
    Sinon j'espère que les fêtes se sont bien passées ! Et j'en profite pour te souhaiter une bonne et heureuse année et surtout une bonne santé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolé parce que je sais que tu fais partie de ceux qui ont adoré ce roman et j'avais beaucoup aimé ton billet.
      Sinon les fêtes se sont bien passées. Bonne années à toi aussi !

      Supprimer
  8. bon, bon, bon ... J'ai les cerfs volants de Kaboul quelque part chez moi et j'espère qu'il ne tombe pas dans les mêmes travers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde dit que c'est son meilleur roman alors il n'y a pas de raison.

      Supprimer
  9. Je vais attendre un peu avant de le lire ;)

    RépondreSupprimer
  10. Je n'ai encore jamais rien lu de cet auteur... et je ne vais pas commencer de sitôt !

    RépondreSupprimer
  11. Le côté mélo ne m'a pas trop frappée. Mais d'accord avec toi sur les digressions, trop importantes (l'histoire du chirurgien...). Du coup, on perd la cohérence de l'ensemble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mélo quand même... je n'ai pas parlé de l'attaque cérébral de son père "adoptif". ça fait beaucoup, non ?

      Supprimer
  12. Comme toi, je n'aime pas le mélo pour le mélo. C'est une ficelle un peu trop facile... Ce roman ne me tentait pas, donc pas de regrets...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A près je ne sais pas, ça vient peut-être de moi cette impression de mélo mais ça m'a sauté aux yeux.

      Supprimer
  13. Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais au moins, ce n'est pas mélo comme Les cerfs volants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben mince alors, si tu dis que "Les cerfs volants" est plus mélo, c'est la cata !

      Supprimer
  14. Khaled Hosseini semble en effet faire partie de ces auteurs qui mettent tout leur talent dans leur premier jet, et qui ont du mal à se renouveler après. "Les cerf-volants de Kaboul" est pour moi un chef d'oeuvre comme on en fait rarement ces temps ci. Le seul livre à m'avoir arraché des larmes, et Dieu sait que j'ai horreur du pathos. Je trouve ça dommage que tu n'aies pas lu celui là en premier, j'espère que tu le découvriras très vite! A mettre au top du sommet de ta PAL :-) Tu ne le regretteras pas, promis! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je vais le lire pour me faire ma propre idée.

      Supprimer
  15. Ça tombe bien, je n'avais pas l'intention de le lire.

    RépondreSupprimer
  16. Plus ça va, moins j'ai envie de le lire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il n'est pas déjà dans ta pal.

      Supprimer
  17. Mouahaha tu commences fort en tendant la perche aux mécontents dès le 1er lundi de la nouvelle année.^^
    Je garde un souvenir fort, même si lointain; des "Cerfs-volants de Kaboul". Visiblement, depuis, j'ai préféré rester sur ce souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ça va je n'ai pas été méchant non plus, je peux l'être bien davantage tu sais^^

      Supprimer
  18. Et bien je passe sans regret ! J'ai une confiance total en ton jugement ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta confiance m'honore mais je ne sais pas si je la mérite.

      Supprimer
  19. Mouais, je passe aussi ^^ ... et puis 485 pages tu es courageux... merci pour nous ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'était un pavé, heureusement que je l'i lu pendant les vacances.

      Supprimer
  20. Ce livre ne sera pas pour moi, ce que tu dis de l'écriture ne me tente pas ... J'ai lu les cerfs volants, mais je n'en ai aucun souvenir ! :-o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'as rien gardé des cerfs-volants, tu peux faire l'impasse je pense.

      Supprimer
  21. Bon tu ne m'as pas l'air très enthousiaste après cette lecture...je passe mon chemin donc en gardant un bon souvenir des Cerfs-Volants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je ne suis pas sorti enthousiaste de ce roman, impossible de le nier.

      Supprimer
  22. Les avis divergent sur ce roman. Une collègue me disait aujourd'hui que sa mère l'avait dévoré. J'ai adoré Les cerfs-volants de Kaboul et de mon côté, je préfère les bons romans "grassouillets" . Donc, peut-être me plaira-t-il plus qu'à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux tenter, tu ne serais pas la première à être séduite et c'est tant mieux !

      Supprimer
  23. zut je ne vois pas mon message !
    je te disais donc, que j'ai bien aimé ce roman à propos duquel je vais écrire un texte prochainement.
    Il se trouve que je connais un peu les drames de la guerre en Afghanistan et la dureté de la vie dans les montagnes, hélas la réalité est encore pire que dans le roman.
    Ce n'est pas un argument pour défendre un livre , mais je crois que cela fait partie du rôle de l'écrivain de nous rappeler ce que vivent certaines population.
    C'est vrai qu'il a voulu brasser trop de choses et pour moi l'épisode grec était inutile.
    Le reste du puzzle non, car tout s’enchâsse et un pays en guerre civil attire sur lui tous les malheurs du monde.
    Bref j'ai bien aimé même si j'ai quelques réserves
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi beaucoup aimé le réalisme des premiers chapitres dans cet Afghanistan rural si rude. Mais après, je trouve que l'on charge trop la barque. enlèvement d'enfant, attaque cérébrale du père, mère alcoolique qui se suicide, j'en passe et des meilleurs... franchement je trouve que c'est trop.

      Supprimer
  24. Aie. J'ai Les cerfs-volants dans ma PAL et je me réjouissais de le découvrir. Si tu dis que ça fait mélo, j'ai des doutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les cerfs-volants je ne l'ai pas lu mais tout le monde semble dire qu'il est mieux que celui-là. Tu me diras^^

      Supprimer
  25. Le truc c'est qu'il est dans ma PAL... et que là, du coup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, du coup, va falloir te lancer sans à priori^^

      Supprimer
  26. Je crois que c'est le problème des auteurs américains, il y a souvent du remplissage. Est-ce dû à ces cours d'écrivains ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quand même des auteurs américains qui savent faire court. Carver par exemple.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !