mercredi 28 août 2013

Manolis - Allain Glykos et Antonin

1923. Suite à la défaite des armées grecques face aux troupes de Mustafa Kémal, des centaines de milliers de grecs vivant sur la côte ouest de la Turquie furent expulsés vers leur mère patrie. Un déplacement de population massif effectué à marche forcée et qui laissa sur le carreau nombre de réfugiés. Ayant tout perdu au moment de leur départ ces réfugiés durent de plus, une fois de retour en Grèce, affronter les réactions hostiles de la population locale qui ne les considérait pas comme des compatriotes mais voyait plutôt en eux des immigrés. Une intégration difficile voir impossible et des conditions de vie extrêmement précaires ont longtemps fait de ces Micrasiates (Grecs d’Asie Mineure) des parias dans leur propre pays.

Ce roman graphique raconte l’histoire de Manolis, enfant grec né en Turquie et frappé de plein fouet par « la grande catastrophe ». Séparé de ses parents et de ses frères au moment de monter sur le bateau devant les ramener en Grèce, le jeune garçon reste sous la protection de sa grand-mère. Ensemble ils vont connaître bien des épreuves et échouer dans une ville du Péloponnèse où personne ne fait grand cas d’eux. Placé un temps en famille d’accueil, Manolis apprend que les membres de sa famille sont en Crète. Décidé à les rejoindre coûte que coûte, il part seul pour Athènes afin d’embarquer dans le port du Pirée…

Voila une fois encore un album qui entremêle la petite et la grande histoire. Personnellement j’ai préféré m’attarder sur l’aspect individuel du destin de Manolis plutôt que sur l’universalité de la réflexion concernant les ravages de la guerre. Ce récit d’exil et d’initiation à hauteur d’enfant est simple et touchant, sans excès de pathos. Il est intéressant de constater qu’en grandissant le gamin au départ un peu perdu se forge une identité forte et pose un regard lucide et déterminé sur son avenir.

La narration, surtout dans les premières pages m’a fait penser à la très jolie série « Marzi » de Sylvain Savoia et Marzena Sowa. Graphiquement, on sent l’influence de Craig Thompson mais aussi du Sergio Salma de « Marcinelle, 1956 » (surtout à cause de l’encrage épais et charbonneux).

Tout en émotion et en retenu, ce destin individuel pris dans le tourbillon de l’histoire permet de mettre en lumière un épisode tragique sans doute trop peu connue sous nos contrées. Une belle réussite.

Manolis d’Allain Glykos et Antonin. Cambourakis, 2013. 190 pages. 20 euros.












28 commentaires:

  1. J'aime ces livres qui mélanges la petite histoire et la Grande Histoire. Si en plus les dessins sont beaux et le tout est bien dosé, alors, je note, sans aucune hésitation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On apprend beaucoup de choses en tout cas.

      Supprimer
  2. C'est vrai que je ne connais pas du tout l'histoire de ces exilés grecs. Les planches ont l'air de ne contenir que peu de textes... ce qui est fait pour me plaire si elles sont en majorité comme celles que tu montres!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quand même dans l'ensemble plus de texte que sur les planches que je montre mais c'est une lecture très agréable.

      Supprimer
  3. Sur le même sujet une trilogie de yachar Kemal excellente ,seuls les 2 premiers tomes sont parus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et cette BD est l'adaptation du roman éponyme d'Allain Glykos.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas ouvert de BD depuis des lustres !
    Et je ne suis pas tentée par ton titre.
    Bonne journée Jérôme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu vas y revenir parce que je dois t'en envoyer une d'ici peu^^

      Supprimer
  5. Je pense que comme toi ce qui pourrait m'attirer dans cette BD c'est l'histoire personnelle de ce petit garçon... Noté du coup !

    RépondreSupprimer
  6. Pas convaincue que le graphisme m'enthousiasme mais tu cites Marzi pour la narration...

    RépondreSupprimer
  7. Très tentant pour l'histoire de Manolis et le graphisme ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le graphisme est particulier mais a beaucoup de charme.

      Supprimer
  8. Je reste réservée et passe mon tour sur ce titre :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais vraiment un blocage sur ce titre ! J'ai lu la critique virulente dont tu m'as parlé et je n'ai pas l'impression d'avoir lu le même bouquin que la personne qui l'a rédigée.

      Supprimer
  9. Ohhh il faut que je mette la main sur cet album ! Bon je vois que ce n'est pas un coup de coeur et je ne le pressens pas pour moi non plus mais je travaille à m'ouvrir davantage à la production littéraire et à la culture grecques depuis l'année dernière, et je sens que cet ouvrage sera au moins culturellement et historiquement instructif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Culturellement et historiquement instructif, c'est indéniable !

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup ce style graphique !

    RépondreSupprimer
  11. J'aime les petites histoires qui font connaître la grande, surtout quand je la connais peu. Et les dessins me plaisent beaucoup !

    RépondreSupprimer
  12. ahah merciiiiii jérôme, encore le traité de Lausanne à l'honneur... beaucoup de ces grecs d'asie mineure ont d'ailleurs quitté la Grèce où ils avaient atterri mais où l'intégration n'était pas si facile, pour d'autres horizon, comme les states (middlesex de Jeffrey Eugenides) ou la France bien sûr... je vais me mettre en chasse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère vraiment que tu vas pouvoir le trouver !

      Supprimer
  13. Can I buy this book on internet/bookstore in Belgium?

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !