mardi 6 août 2013

Le premier mardi c'est permis (19) : Il faut jouir, Édith

Bon, ce mois-ci, pas de clit lit à la c.., pas d’essai à la mords-moi-le-nœud mais un petit texte tout en finesse. Un texte publié pour la première fois en 2004 aux PUF dans la collection « Perspectives critiques ». Oui, vous avez bien lu, aux Presses Universitaires de France. Un roman érotique aux PUF, ça a quand même plus de gueule qu’un Passion intense chez j’ai lu, non ?

Ça commence par un coup de téléphone. Elle prospecte pour tenter de placer des stations d’affinage censées purifier l’eau courante. Il décroche et se lance dans un plan drague plutôt convenu mais qui a l’air de fonctionner. Il lui annonce qu’il est écrivain et lui demande ses coordonnées afin de lui envoyer son livre. Ils se recontactent à plusieurs reprises par téléphone puis entament une correspondance. Elle est mariée et mère de famille mais elle se laisse petit à petit embarquer dans un jeu de séduction qui bouscule son train-train quotidien et réveille une libido en sommeil depuis trop longtemps. Leurs échanges deviennent de plus en plus torrides et ils vont se rencontrer à plusieurs reprises, dans un parc, dans une voiture et finalement à l’hôtel. Lui n’a qu’une idée en tête, la faire jouir (car elle ne s’en croit plus capable depuis longtemps). Avec obstination, imagination et persévérance, il va parvenir à ses fins.

Enfin un vrai plaisir de lecture dans le cadre du rendez-vous de Stephie, je commençais à désespérer. Un délicieux petit roman, uniquement basé sur des échanges téléphoniques et épistolaires. C’est fin, jamais vulgaire, tout en suggestion, loin des descriptions quasi gynécologiques qui fleurissent partout ailleurs. Tellement plus émoustillant en somme. Et puis les personnages ont de l’épaisseur. D’un coté l’écrivain canaille, un brin pervers, séducteur patenté qui sait parfaitement ce qu’il fait et ce qu’il veut (sans compter qu’il n’a ni passé douloureux avec une fêlure d’enfance à cicatriser et encore mois un physique de dieu grec) et de l’autre une mère de famille faussement ingénue qui cherche juste à pimenter son quotidien et reste d’une totale lucidité quant à cette relation adultère (pas une oie blanche nunuche qui tombe amoureuse de son patron en attaquant son premier jour de stage).    

Les échanges sont enlevés, il y a ce petit soupçon vachard qui empêche le récit de tomber dans la guimauve et en plus quelques passages sont plutôt drôles. Bref, je recommande chaudement si vous voulez sortir de la médiocrité ambiante.

Il faut jouir, Édith d’Alain Bonnand. La Musardine, 2013. 138 pages. 7,60 €.





52 commentaires:

  1. Bonne pioche, alors! (et tu égratignes bien les fifty shades...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui pour une fois je suis bien tombé.

      Supprimer
  2. Un livre que j'ai furieusement envie de lire ,histoire de comparer avec ma vie personnelle où ce genre de péripéties m'arrive très souvent (^^ soupir de crâneur)car tu sais...Aieee!!! ciel ma femme..."Oui m'amour ? descendre les poubelles ?oui m'amour...tout de suite...j'y vais m'amour"...bon Jérôme j'te laisse hein...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben moi quand on veut me refiler une éolienne par téléphone je tombe jamais sur une charmante demoiselle à la voix de velours...

      Supprimer
  3. Avec imagination et persévérance, canaille et drôle... intéressant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas bien plus littéraire que les niaiseries que j'ai lu ces derniers mois (en même temps ce n'était pas bien compliqué).

      Supprimer
  4. et ben dis donc, tu le vends drôlement bien ton roman ! Tiens je te recommande , pour un prochain mardi, une autre lecture que je viens d'attraper chez olivier ( blog Les mondes imaginaires) : chasseurs de fantasmes ( collectif SF)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre que tu cites m'interpelle. je vais aller voir ça de plus près.

      Supprimer
  5. Je connaissais pas non plus! Aux PUF?!!!
    1 point partout! balle au centre!!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surprenant de voir ce genre de titre aux PUF, n'est-ce pas ?

      Supprimer
  6. Oh my ! C'est que tu donnes sacrément envie !!
    C'est vendu mon cher. J'ai ma lecture pour le prochain mardi. Merci Jerome, c'est bien une des premières fois qu'un billet de ce rendez-vous me tente autant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu ne seras pas déçue !

      Supprimer
  7. Bien tentée par cette lecture du coup... En même temps, là on ne joue clairement pas dans la même cour que tous ces navets difficilement comestibles qu'on ingurgite tant bien que mal...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on peut dire que ce mois-ci je suis grimpé de quelques étages en terme de qualité.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Ton art de la concision me surprendra toujours.

      Supprimer
  9. Ahh bah voilà... pour une fois, tu as une lecture un peu jouissive ... et tentante...

    RépondreSupprimer
  10. Ben écoute Jérôme, tu m'a convaincu et je me languis demain pour aller le commander chez mon libraire préféré ...

    Vite vite demain ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh là, tu me mets la pression. Comment je fais moi au final si tu n'aimes pas ?

      Supprimer
    2. En tout cas dans mon billet je ne te louperai pas....aïe la pression........ ;)

      Gare à toi lolll

      Supprimer
    3. Pas grave, j'ai dos large. J'assumerai !

      Supprimer
  11. Je comprends que tu aies privilégié ce roman pour ce jour tant attendu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois que j'en tenais un bon !

      Supprimer
  12. Ah ben enfin, comme quoi, l'orgasme vient à qui sait l'attendre ! :P

    RépondreSupprimer
  13. Bon, je vais le commander aussi ;)

    RépondreSupprimer
  14. C'est sur que ça doit changer ^^ :)

    Je le note dans ma wish!

    RépondreSupprimer
  15. Pas mal du tout on dirait... Je ne sais pas si je vais oser tenter le coup, j'ai eu tellement de déconvenues avec la littérature érotique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça n'a quand même rien à voir avec la production érotique actuelle !

      Supprimer
  16. Aux PUF ? Jamis vu ce genre de titre, mais plutôt des titres à rallonge qui t'endorment ! Comme quoi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça a été une grosse surpirse pour moi aussi. J'aurais jamais pensé voir un tel titre aux puf !

      Supprimer
  17. Je ne dis pas non, mais le truc vois-tu, c'est que je ne me vois pas acheter ce genre de livre et je parie qu'à ma BM ils ne l'ont pas.
    Je note quand même. Faudra bien que j'en lise un plus corsé que les Harlequinades !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est que tu ne passe pas inaperçu avec la couv et encore moins avec le titre ! J'aurais pu te le prêter mais mon exemplaire est déjà parti ailleurs...

      Supprimer
  18. Ce que j'aime te lire mon Jérôme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi, qu'est-ce que j'aime lire tes commentaires ;)

      Supprimer
  19. Ha ha... voilà qui éveille ma curiosité ! allez hop, dans ma LAL...

    RépondreSupprimer
  20. Enfin, tu t'es décidé à lire un truc potable! Et en plus, je le connais pas, ça me fait un truc à noter. Super!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis décidé... disons plutôt que j'ai eu de la chance.

      Supprimer
  21. Merci pour cette découverte, faite notamment grâce à la publication de votre billet ! Je vous invite à découvrir le mien et à partager si la lecture vous plait...

    Du provocateur "Il faut jouir, Edith"
    Au corydonesque "Teleny" de Wilde
    Même si je ne suis pas celle qu'on fesse...

    http://bribestrib.blogspot.fr/2013/08/du-con-la-fessee-on-passe-confesse.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, je vais aller voir ça de suite.

      Supprimer
  22. Oh Jérôme, ça me fait très plaisir (héhé) de voir que votre excellent billet donne envie à vos lecteurs de jouir à leur tour de ce que son auteur (faussement humble, je trouve) désigne lui-même comme une "pochade" ;)
    Alain Bonnand est un auteur à éclipses, et à retours fulgurants... à suivre, donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien content de constater que mon billet a donné quelques envies de lecture à certaines, ce petit livre mérite que l'on se penche sur son cas.

      Supprimer
  23. Pas mal, hé hé. Une lecture prometteuse, je vais me le procurer au plus vite.^^ Dans le genre épistolaire, lecture inavouable aussi, avec beaucoup de finesse dans le jeu de séduction, il y a "Monsieur", d'Emma Becker, dont tu as peut-être entendu parler. Parfois très cru, mais j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai déjà entendu parler du livre d'Emma Becker. On m'en a dit le plus grand bien mais je ne l'ai toujours pas lu.

      Supprimer
  24. Un petit regal ce roman, je l'ai lu hier ! Merci pour la découverte !
    Si tu as d'autres perles du même genre, je suis preneuse ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile dans le genre de trouver d'autres perles. Mais je continue à chercher.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !