dimanche 16 juin 2013

Promenades avec les hommes - Ann Beattie

New York, 1980. Jane, 22 ans, a quitté le Vermont et son ami Ben pour s’installer avec Neil, un journaliste deux fois plus âgé qu’elle. Fascinée par cet homme séduisant, la jeune diplômée de Harvard va pourtant vite déchanter. Non seulement Neil est un manipulateur et un coureur mais en plus il est déjà marié. Sa femme va demander le divorce, Jane l’épousera, ils passeront leur temps à se disputer et à se rabibocher avant qu’il ne disparaisse sans donner d’explications. A part ça ? Et bien pas grand-chose en fait.

A peine 110 pages et je me suis fait ch... comme c’est pas permis. A croire que Wharton a fait des petits. Jane raconte son histoire et on s’en tamponne royalement. Une jeune femme rêveuse qui se retrouve prise dans les filets d’un vieux beau et qui va finir par le regretter, ce n’est pas super rigolo mais il y avait matière à plus de légèreté.  Si au moins elle avait résumé les choses avec détachement et humour. Là, où bien elle se jette des fleurs (je réalise un documentaire, il remporte un oscar, j’écris un livre, il devient un best seller…) ou bien elle plombe son récit avec des détails sans aucun intérêt. Exemple, son contrat de mariage qu’elle nous impose dans les moindres détails : « Chaque année où il ne me tromperait pas, et inversement, et où je n’aurais aucune raison de demander le divorce pour ce motif, je recevrais 40 000 dollars le 30 décembre, en plus du règlement de toutes nos dépenses courantes. Si je divorçais pour incompatibilité, ce qu’il acceptait de ne pas contester (clause imposée par mon avocat), que je l’aie trompé ou pas, je n’aurais droit à aucune pension, mais je conserverais tout mes biens, y compris les voitures, bijoux et autres cadeaux et, je toucherais une somme unique de 50 000 dollars. S’il me trompait j’aurais les mêmes voitures, bijoux et autres cadeaux et, en seul versement, 50% de sa valeur nette, dont il paierait les impôts (clause imposée par mon avocat) ». Franchement, qu’est-ce qu’on en a à cirer ? Même l’ambiance des années 80 à New York n’est que survolée.  Beaucoup de drogue, une communauté gay omniprésente, un maximum de superficialité… Certes, et après ? Rien à sauver donc, ni l’écriture, ni l’histoire, et encore moins les personnages, tous plus barbants les uns que les autres.  

Un livre boulet, de ceux que l’on se traîne pendant des jours, voire des semaines, avant d’en voir le bout. Heureusement que c’est un emprunt de la médiathèque, ça m’aurait fait mal au ventre de dépenser quinze euros pour un navet pareil.    


Promenades avec les hommes d’Ann Beattie. Bourgois, 2012. 110 pages. 15,00 euros.



54 commentaires:

  1. Merci de nous éviter une mauvaise pioche !!

    RépondreSupprimer
  2. Et seulement 110 pages, ça compte aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois que s'il y avait eu plus de pages cela aurait été meilleur ? Permets-moi d'en douter fortement !

      Supprimer
  3. J'aurais été capable de le lire, tiens, ce livre-ci.
    A défaut de la lire, au moins j'ai bien ri en lisant ton billet !

    RépondreSupprimer
  4. Que voilà une belle descente en flèche ... ( pauvre Wharton, elle n'a quand même pas mérité cela !)En tout cas, comme je ne connaissais pas ce titre, ni cette auteure, ma mémoire ne sera pas encombrée, merci donc et bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas la peine d'encombrer ta mémoire, tu as forcément bien mieux dans ta pal.

      Supprimer
  5. Ahah bon au moins quand tu n'aimes pas, tu nous fait rire ! C'est ça de gagné. J'attends ton prochain navet avec impatience ;-)
    PS : Veux-tu que je fasse voyager "La Maison où je suis mort autrefois" jusque chez toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta proposition, c'est gentil. J'ai envie de dire pourquoi pas...

      Supprimer
  6. C'est marrant parce que malgré cette descente en flamme, le thème fait tilt, et j'aurais presque envie de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux, tu aimeras peut-être. Et puis ça ne te prendra pas trop de temps si tu apprécies...

      Supprimer
  7. Je l'vais emprunté à la biblio, lu quelques pages en soupirant d'ennui.Je l'ai abandonné et rendu sans regret...

    RépondreSupprimer
  8. Tout va bien, rien qu'à lire le titre et ta présentation, je n'étais déjà pas intéressée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui le titre, j'ai oublié d'en parler. Franchement, quel titre à la c..

      Supprimer
  9. super! et un de moins à lire, et je suis à peu près certaine que je me serais autant ennuyée que toi
    merci
    Luocine

    RépondreSupprimer
  10. Bravo à toi d'avoir tenu le coup sur 110 pages pour nous éviter le pire...

    Merci ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tenir le coup, c'est exactement ce que j'ai eu l'impression de faire.

      Supprimer
  11. Dommage car c'est le genre d'histoire qui a tout pour me plaire !

    RépondreSupprimer
  12. Un boulet... OK !!! Je note NON ! aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je suppose que ta pal s'en réjouit.

      Supprimer
  13. Je plussoie! Pauvre Edith Wharton!
    Pas tentée du tout par celui-ci, néanmoins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, je ne suis pas sympa avec Wharton, celui-là est bien pire (c'est dire !).

      Supprimer
  14. Je crois qu'on a bien compris que tu n'avais pas aimé... :D

    RépondreSupprimer
  15. Mais mon Jérôme se lâche et j'aime cela !!!! Bises (enfin, je ne lirai pas ce livre tout de même)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as vu comme je peux être méchant. Une vraie teigne !

      Supprimer
  16. Han, pas du tout d'accord avec toi, j'ai beaucoup aimé ce livre, moi :)
    Mes notes de l'époque :

    Attention, charme fou ! Dans cette novella d'Ann Beattie, "Promenades avec les hommes" (2012 Christian Bourgois éditeur 109 pages) (Walk with men 2010), jolie traduction d'Anne Rabinovitch, nous sommes à New-York, en 1980, aux côtés de Jane, toute fraîche émoulue d'Harvard, qui tombe sur Neil, vingt ans de plus qu'elle. Il est écrivain, il veut l'éduquer, ils s'aiment, ils se quittent, ils se retrouvent, la vie est compliquée... Avec un style profondément personnel, Ann Beattie nous raconte mille choses à la fois et en quelques brèves descriptions s'adresse directement aux parties de nous qui ne demandent qu'à saigner. C'est vivant, coloré, très prenant, pas loin d'un éblouissement, en tout cas savoureux.

    « Les italiques procurent un avantage extraordinaire : on voit tout de suite que les mots se bousculent. Quand quelque chose est penché, l'ironie n'est jamais très loin. »

    « (...) glissé dans sa poche non pas un triangle de foulard, mais un morceau de papier artisanal fabriqué en Italie , sur lequel il avait écrit en minuscules pattes de mouche "Je t'aime", cent fois exactement. Sur ma plante de pied, il avait écrit (pendant que je riais comme une folle) "Elle m'aime". »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, on a pas lu le même livre ! Charme fou, sérieux ? Comme j'aurais aimé avoir ton ressenti en refermant ce petit livre. Je suis insensible ou quoi ? Je parie que tu adores Wharton...

      Supprimer
  17. Même pas :)))
    Je me suis beaucoup ennuyée en lisant Edith Wharton, mais là, pas du tout. J'ai eu l'impression d'une grande proximité, je ne sais pas, j'ai été accrochée dès les premières phrases.
    En plus j'ai crasché mes notes en voulant les recopier, là, j'avais des tonnes d'autres citations, bon, tant pis, je te les épargne ;o)))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps c'est super je trouve que nos avis soient si différents. Tu n'avais pas fait de billet ? J'aurais aimé mettre le lien pour équilibrer la balance.

      Supprimer
  18. Comment dire ... je vais noter ce titre !
    Sur la liste des livres à ne pas prendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait aussi que je me lance dans une liste de ce genre, ça peut toujours servir.

      Supprimer
  19. Oh my que ça a l'air plate! Et si elle se vante en plus... impossible, je virerais folle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certain en effet que tu trouves ton compte avec ce titre.

      Supprimer
  20. Sans être aussi enthousiaste que Cuné, je garde un bon souvenir de ce livre, même si j'ai été agacée quelquefois par le personnage de Jane. Mais j'ai bien aimé les personnages secondaires, les relations entre eux, j'y ai retrouvé l'ambiance de certains films de Woody Allen. Et cette lecture m'a donné envie de découvrir d'autres textes d'Ann Beattie.
    Comme on dit, tous les goûts sont dans la nature !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben moi cette lecture ne m'a pas du tout donné envie de découvrir d'autres textes de l'auteur...

      Supprimer
  21. Mais pourquoi est-il aussi méchant...?? Parce queeeeeeeee ! Tu l'a pas loupé celui là dis moi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Méchant, moi ? Je suis la gentillesse même voyons. C'est juste que quand ça m'agace, j'ai besoin de le dire ;)

      Supprimer
  22. J'ai lu rapidement ce livre, j'ai passé un moment agréable. Ce n'est pas un coup de coeur comme pour Cuné mais j'ai trouvé la lecture plaisante, j'ai aimé l'ambiance NY dans les années 1980 et surtout quand j'ai fait mon billet (programmé pour début janvier :)) j'ai vu que finalement j'avais retiré pas mal d'impressions de ce court récit. Je ne sais pas s'il me marquera mais je suis contente de l'avoir découvert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien que ce texte est trouvé quelques lectrices pour l'apprécier. C'est même rassurant je trouve et ça me conforte dans l'idée que quand je suis mal luné en attaquant un roman, je ne trouve rien pour le sauver.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !