mardi 4 juin 2013

Le premier mardi c'est permis (17) : L'endroit et l'envers

Parce que le célèbre rendez-vous de Stéphie fête ce mois-ci ses deux ans, j’ai voulu marquer le coup à ma façon. Pas de présentation de livre coquin aujourd’hui mais un texte coquin écrit par mes soins. Cette courte nouvelle, c’est tout nouveau pour moi, j’espère que vous saurez vous montrer indulgent. En fait j’en ai eu l’idée après que Cess m’ait fait découvrir le premier chapitre du roman Beautiful Bastard (d’ailleurs elle en parle aujourd’hui, allez-vite lire son billet). J’ai trouvé ça tellement affligeant, tellement mauvais que je me suis dis, n’importe qui peut faire une daube pareille. Et comme je suis vraiment n’importe qui, je m’y suis collé. Bon, je n’ai pas pu faire aussi gratuitement vulgaire que la clit litt actuelle. Le porno pour le porno, pas moyen et puis je crois que cela aurait été ridicule. Donc j’ai fait de mon mieux, comme j’ai pu. A vous de voir…


L’endroit et l’envers

Une étude notariale, c’est mieux que rien. Et puis, qu’est-ce que vous voulez faire avec un brevet des collèges et un CAP au raccroc ? Elle était donc secrétaire à l’étude de Maître Garnier. Une des, parce que, sur les deux étages de la grosse maison bourgeoise adossée au musée, à l’ombre de la cathédrale, une dizaine de femmes s’affairait devant autant d’ordinateurs. Une savante hiérarchie présidait à la dévolution des tâches. Le premier clerc aboyait ses consignes. – les cloisons étaient minces et tout un chacun l’entendait, lors de la réunion des cadres, sermonner son second, un quinqua boutonneux aux grosses lunettes de myope, et glapir, éructer, tempêter, tonner contre Mlle Dupuis, la chef du « pool dactylos » comme il continuait de la nommer – d’ailleurs lui-même persistait à taper ses brouillons sur une Remington hors d’âge pour laquelle on peinait à trouver des rubans encreurs.

Ce dont s’occupait précisément Maryline Levasseur. Elle avait bénéficié d’un beau concours de circonstances pour obtenir ce poste. Le vieux notaire, Maître Garnier père, était un ami du grand-père Levasseur : ils avaient des souvenirs communs dans les Aurès ; ils y avaient essoufflé leurs convictions républicaines. Ernest Levasseur était décédé de son « mal au poumon » l’automne de cette même année où sa petite-fille, successivement et dans cet ordre, entrait dans la vie active et se laissait passer la bague au doigt. Ç’avait été, la noce, la dernière joie de l’aïeul.

L’époux de Maryline était un de ces jeunes gens comme on en voyait beaucoup dans les années quatre-vingt-dix : avides de reconnaissance sociale, pétris d’ambitions, inévitablement glabres et soucieux de s’entourer très vite d’un quarteron de marmots. L’Emmanuel que je vous cause alimentait en automobiles « de standing » la bonne société beauvaisienne et bientôt isarienne puisque le jeune homme, ne vous l’ai-je pas dit ?, nourrissait un projet de carrière assez costaud. La SARL Dumortier lui confia, deux ans plus tard, la direction de la succursale de Saint-Aubin-en-Bray. Il eut vite fait d’étendre son emprise sur les départements circonvoisins, poussant jusqu’à la grande banlieue de Rouen à l’ouest et aux abords de Pontoise vers le sud. Le grand écart, me direz-vous. Justement ! C’est ici que cette histoire se noue.

Les lectrices prudes pourront sauter –  si j’ose dire – le paragraphe qui vient. Qu’elles sachent simplement que vers la Noël les tests confirmèrent la grossesse de Maryline.

Pour les autres, il n’est pas inutile de préciser, dans les limites qu’impose la décence, les conditions dans lesquelles le couple Lehallier – on notera au passage l’incontestable francité du patronyme – pratiquait l’exercice conjugal. Le samedi soir on dînait à la lumière tamisée d’un lampadaire à gradateur. Le mari glissait dans la chaîne un cédé de Puccini. « La Bohème » avait leur préférence. Emmanuel se faisait tendre, « Que gelida manina, Quelle petite main gelée ! Laisse-moi la réchauffer… » Il n’en fallait pas plus pour faire fondre Maryline. Elle noyait son regard – bleues, qu’elle les avait, les mirettes – dans la braise volcanique des quinquets d’Emmanuel (il fut longtemps poursuivi par une conjonctivite tenace). Et quand, au second tableau, Mimi reconquiert Marcello, « l’effluvio del desio tutta m’aggira… », la jeune épousée se laissait prendre la main, glisser les bas, soulever la robe et, chastement, lui s’activait. Sans atteindre les performances chiraquiennes – dix minutes, douche comprise – la chose était réglée avant que la Tebaldi, dans cette version dirigée par Tullio Serafin à l’académie Sainte-Cécile de Rome, n’expire dans les bras de Rodolfo. N’allez pas croire cependant que Maryline s’astreignît à la tâche sans en retirer de satisfaction. Une fois même le missionnaire dut s’y reprendre à deux fois ; tandis qu’il s’échinait, elle ressentit brusquement une vague de chaleur lui emplir le ventre et un soupir lui échappa. Lui, rugissait, les yeux exorbités, avant de glapir comme une âme en peine en l’éperonnant. Il eut la délicatesse de s’en excuser.

Quand elle se retrouva avec un polichinelle dans le tiroir, les effusions sabbatiques cessèrent évidemment. Hélas la grossesse ne se passa pas comme prévu. Elle fit une fausse couche et, lors du curetage, le scalpel du chirurgien lui enleva définitivement tout espoir de maternité. Dès lors le gars Lehallier donna à sa libido de nouveaux terrains de jeu et Maryline s’absorba dans ses tâches secrétariales. Elle milita au Secours Catholique, entra dans une chorale et prit part assidûment aux déambulations dominicales d’un club de randonneurs.

C’est là que notre histoire la trouve. On est en 2001, disons au début juin. Elle a la trentaine. A l’étude elle s’est rendue indispensable et Maître Garnier fils envisage de lui confier la succession de Mlle Dupuis qui, après avoir perdu dents et cheveux (avantageusement remplacés par prothèse et perruque), se voit abandonnée dorénavant par son acuité visuelle. Heureusement pour elle, elle ne se verra pas mourir…
Mais je parlais de Maître Garnier deuxième du nom. Fils tardif de l’Hubert, remarié après un veuvage décent avec une jeune femme qui… que… une jeune intrigante quoi, pour tout dire à peine française car de père italien et de mère corse. Sa photo était parue plusieurs fois dans les pages des magazines, au bras de mondains en vogue. A quarante-deux ans, sa beauté éclatait et son fils en hérita. Je dis « son » fils car, sur la paternité, d’innombrables rumeurs circulèrent. Hubert Garnier s’en accommoda et témoigna envers le rejeton une tendresse dont on ne l’eût pas cru capable. Et Félix, ma foi, la lui rendit. Il fit son droit à Assas puis suivit, quatre années durant, les cours de l’Institut des métiers du notariat à Tours (02.47.05.52.84) dont il sortit major de promotion.

Quand Félix prit possession du bureau paternel, les méthodes changèrent. C’était un dirigeant résolument moderne, il tablait sur les vertus individuelles, ne craignait pas de s’afficher à Paris dans un petit cénacle de patrons progressistes et méprisait Laurence Parisot. On lui prêta très vite des sympathies à gauche et il poussa le goût du sulfureux jusqu’à se faire photographier dans la gazette locale en compagnie de Jean-Louis Borloo, venu dans la ville préfectorale présider une réunion de l’Union cantonale des démocrates et indépendants. D’ailleurs, dans le salon feutré du second où il recevait ses hôtes de qualité, il fit encadrer la pochette du 25cm où un Georges Brassens, cheveux et moustache noirs, veste de velours fauve, colle son oreille au pavillon d’un phonographe ; le vinyle est de 58 et le premier titre en est « Le pornographe »… Mais n’anticipons pas. Provocateur et capable d’écarts par rapport aux ceusses de sa caste mais meneur d’hommes intransigeant. Ton sec, cassant, sûr de lui, « un vrai macho » se disait Maryline in petto. Fallait le voir déchirer froidement sans un mot tout dossier comportant la moindre faute d’orthographe. Et quand la secrétaire éclatait en sanglots d’avoir été si durement rabrouée, il lui jetait avec dédain une pièce de deux euros, « Allez vous acheter des Kleenex© ! »

Il ne fut pas long à repérer les compétences de Maryline Lehallier qui grimpa deux étages et se retrouva sous le feu des jalousies. Quand son mari fit affaire avec lui autour d’une Porsche GT3 (6 cylindres à plat, 4 soupapes, distribution par chaîne, 180000 deutsche marks quand même…), elle osa le convier à dîner. Elle avait mis les petits plats dans les grands, mijoté un tagine d’agneau à la figue tandis qu’Emmanuel se chargeait des vins. Félix arriva, ponctuel, un énorme bouquet de roses blanches à la main… Du repas il y a peu à dire, sinon que la conversation, exclusivement masculine, roula sur la Ligue 1 où l’école nantaise venait de damer le pion aux grosses cylindrées. « C’est comme en amour », lâcha Manu, et les deux hommes éclatèrent de rire. On avait déjà pas mal bu et un peu de grivoiserie ne déparait pas. Maryline sourit poliment et s’éclipsa dans la cuisine vaquer à la vaisselle. Elle s’étonnait des éclats tonitruants de son patron, à qui les silences entendus des secrétaires ne prêtaient guère d’aventures ; de Manu au contraire la voix pâteuse et la syntaxe incertaine lui étaient habituelles en toutes circonstances où l’alcool coulait d’abondance ; il ne tarderait pas à s’assoupir dans le canapé... Dans les tintements des assiettes et l’entrechoc des verres, elle perçut des mots qui ne laissaient guère de doute sur la conversation masculine, elle rougit à certains. Aussi décida-t-elle, une fois desservi le café et les tasses, de prétexter d’une grosse fatigue pour monter dans la chambre. Dix minutes plus tard, elle éteignait la veilleuse et s’abandonnait à Morphée.

Elle ne sentit pas, dans la nuit, le drap glisser à ses pieds, sa nuisette se relever jusqu’à la taille et ses jambes s’écarter, livrant passage à un souffle. Prise dans son rêve, elle ne ressentit d’abord qu’une douce chaleur gagnant le milieu de son corps. Le zéphyr sur les poils de son pubis l’éveilla. Machinalement elle allongea le bras pour saisir le drap mais sa main tomba sur une chevelure. Elle n’eut pas le temps de s’en étonner car brusquement une humidité inhabituelle lécha ses petites lèvres avec une infinie caresse, s’insinua dans les plis de son prépuce et lapa le gland de son clitoris. Une fois, deux fois, puis goulûment. Un élancement subit lui arracha un soupir. Elle se garda bien d’ouvrir les yeux. Jamais encore Emmanuel n’avait aventuré la langue en ces contrées dont elle-même ne devait qu’à l’inadvertance du gant de pressentir que peut-être ils renfermaient des trésors interdits. La langue à présent balayait la longue fente avec application et, chaque fois qu’elle parvenait au sommet de sa trajectoire, une onde de plaisir l’inondait. Un fourmillement d’aiguilles dans tout le bassin. Elle sentit durcir la pointe de ses seins cependant que des paumes à présent effleuraient l’intérieur de ses cuisses. C’était une sensation nouvelle, comme si son corps s’éveillait. Les baisers déposés dans le creux de l’aine étaient d’une telle délicatesse qu’elle dut réprimer un sanglot. Des bras passèrent doucement sous ses jambes pour relever son bassin. Dans le mouvement, elle sentit le frais de la nuit entrer dans son sexe qui était complètement ouvert. Le tiède de la salive le noya tout aussitôt, cependant que la nervosité maîtrisée de la langue lui tira un frémissement. Il lui semblait qu’à chaque poussée buccale elle se creusait davantage mais que, du plus profond de ces endroits-là que jamais elle n’avait osé nommer, montait une lame de fond qui n’attendait qu’à déferler.

Emmanuel laissa glisser la langue dans la petite vallée que dessinaient ses fesses. Un frisson lui creusa les reins mais les caresses de l’homme sur ses rondeurs détendirent sa contraction, lui ouvrant son déduit. Sa langue s’immobilisa sur le méat obscur, elle le titilla, il finit par s’ouvrir, elle y plongea plusieurs fois vélocement, écartant sa rosette. Maryline à cet instant se sentait dans un état d’abandon qu’elle n’avait jamais connu, dont elle n’avait même jamais soupçonné qu’il pût exister. Ses quelques incursions dans le domaine du sexe se limitaient aux tolérances de la décence. Elle savait bien qu’Emmanuel faisait de fréquents accrocs à la fidélité mais elle n’imaginait pas qu’il pût faire autre chose avec ces femmes que « raidir, ramoner, décharger » comme elle l’avait une fois entendu dans un film trivial. Il y avait là-dedans quelque chose d’animal, comme sont les hommes, elle le savait bien. Et pour elle l’exercice n’était qu’un devoir. Parfois, à l’étude, se faisaient jour des conversations un peu scabreuses. Elle prenait garde de s’en mêler et finissait par se lever sous un prétexte ou sous un autre. Ces choses-là n’étaient pas pour elle.

Elle inspira profondément quand la bouche d’Emmanuel, mordillant son clitoris, lui traversa le corps d’une flèche brûlante. Elle fit mine de se troubler dans son sommeil. L’homme s’écarta quelques instants, elle sentit ses mains se poser plus haut dans le lit, sous ses aisselles. Elle entendait distinctement son souffle très près de son visage. Et alors, lentement, avec infiniment de lenteur, il poussa son sexe en elle. Elle le sentit glisser, prendre possession de son corps, emplir l’immense vide que ses caresses avaient creusé. Comme si elle, elle enveloppait son corps à lui, comme si elle l’avalait. Elle aurait voulu, à cet instant précis, lui mordre la bouche, se jeter sur son visage, sur son cou, boire tout ce qu’il avait de liquide en lui. S’effondrer dans un chaos des sens. Mais il eût fallu renoncer à jouer les belles endormies.

Emmanuel maintenant allait et venait à un rythme mesuré. Elle sentait que tout en elle lui facilitait la tâche en lubrifiant abondamment son dard. Elle fondait sous les assauts. Elle s’étonna de ne pas hurler tant le corps lui brûlait. Elle eut la sensation d’être en apnée dans un bain juste trop chaud. L’homme arqua brusquement les reins en une ultime poussée. Elle eût voulu que son sexe lui fendît le corps jusqu’en haut et elle sentit la rosée divine se ruer en elle. Sa  gorge palpita longtemps. Elle eut un goût sucré dans la bouche. Alors l’homme expira interminablement.

Puis il y eut le léger bruit de la poignée de la porte, un glissement de pas sur le parquet, des froissements d’habits… Le sexe de l’homme s’échappa avec lenteur. Et de nouveau des baisers sur ses chairs en feu, une tendresse de langue sur ses petites lèvres. Deux mains saisirent ses hanches et la soulevèrent. Un corps se glissa sous le sien, dans le biais du lit, et elle sentit la dureté d’un mandrin contre son pubis. Elle se retint de japper quand à nouveau son sexe livra passage. Les mains l’assujettirent contre le torse de l’homme qui s’agita, d’abord avec délicatesse, puis avec des élans qui, très vite, lui firent à nouveau chanter l’introït. Elle en était là de la grand-messe quand le diacre, quittant le tabernacle, frotta longuement sa chandelle contre son périnée avant de trouver l’entrée de la sacristie. Jamais on n’avait forcé cette porte mais le servant y mit tant de conviction qu’elle détendit ses muscles et laissa le chibre aller à son gré au plus profond de son fignedé. Ainsi éperonnée, elle ne pouvait que s’abandonner. Le cierge coulait de partout. C’est alors qu’elle sentit, sur le devant, un intrus forcer la porte pour la saillir. Instantanément elle jouit. Les deux braquemards menèrent une folle sarabande, mettant son corps à vif, la brûlant par tous les bouts, la soubresautant comme un sac de noix, la souquant par devant er par derrière sans qu’elle ne sache plus où était la proue et où la poupe et, quand elle fut au comble de la godille, une déferlante la submergea. Elle perdit pied, elle sombra, elle s’époumona dans des halètements d’ânesse, elle y alla de son périple, elle mourut.

Puis il y eut des froissements d’habits, des glissements de pas sur le parquet, un baiser léger déposé sur ses lèvres. Elle frissonna au picotement de la moustache. La poignée de la porte  joua. Elle fut seule. Le corps anéanti.

***

« C’est parfait, Mme Lehallier, parfait ! »
Elle venait de remettre à Maître Garnier fils un épais dossier sur le règlement de la succession Di Pozzi, un peintre de renom dont les héritiers se déchiraient et entre qui le conflit semblait sans autre issue que le tribunal. Une ultime réunion de conciliation était prévue le surlendemain. Le travail de Maryline Lehallier était une merveille de diplomatie, et d’une telle minutie que tous les cas trouvaient une réponse imparable.
« Je ne sais comment vous remercier… »
Il la regarda avec quelque chose d’une sincère reconnaissance. Il avait dénoué sa cravate et reposé son stylo sur la table. Maryline se leva, contourna le bureau. Elle osa glisser la main vers son visage. Il ne bougea pas. Du doigt elle parcourut la longueur de ses lèvres, d’une commissure à l’autre ; revint en sens inverse, l’ongle effleurant la moustache, qu’il avait fine et soigneusement taillée. Elle souleva lentement sa robe blanche. En dessous, elle était nue. Elle mit la main sur sa nuque et doucement elle attira le visage de Félix Garnier jusqu’à son ventre.

87 commentaires:

  1. Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!! Mais enfiiiinnnnnn ? C'est pas fini non ? Et comment je vais aller dormir moi maintenant hein...? Blague à part, comment elle fait pour faire semblant de dormir la Maryline...?
    Sinon, c'est bien trop bien écrit pour être de la clit-litt mon cher, bien trop bien écrit... mais qu'est-ce que c'est bien !! ;-)) J'attends la suite !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce qu'il y aura une suite ? Qui sait ? Je n'ai en tout cas rien de prévu pour l'instant...

      Supprimer
    2. Tss tss tss... A d'autres ! ;-)

      Supprimer
  2. Parce que y'aura une suite hein...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu insistes, je vais peut-être y réfléchir, mais je ne promets rien...

      Supprimer
    2. A moi tu ne peux rien refuser...! ;-)

      Supprimer
    3. Je suis encore en pleine réflexion... me connaissant, ça peut prendre du temps, beaucoup de temps...

      Supprimer
  3. Mais c'est qu'il a une jolie prose le jeune homme ! :)
    Ouais, y'aura une suite, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais finir par croire qu'il lui manque quel que chose à ce texte...

      Supprimer
  4. Houah quel érotisme torride ! J'en veux encore !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi ! J'ai au moins trois fans, c'est le début de la gloire !

      Supprimer
  5. Hou là là ! celles qui ont attendu jusqu'à minuit ont du rêver d'être Maryline... mais peut-être ne fut-ce pas qu'un rêve ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un rêve, c'est bien, c'est parfait même. C'est d'ailleurs souvent mieux que la triste réalité.

      Supprimer
  6. Hier, je n'ai pas attendu, je suis allée dormir...
    Jérôme ! ton texte est super ! humour et coquineries... le tout savamment orchestré. En plus, il y a de la délicatesse, ce n'est pas obsène. Bravo !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis content qu'il te plaise, je t'avouerais que j'avais peur d'être ridicule ou de froisser certaines visiteuses habituelles ;)

      Supprimer
  7. Waouh !!!! Ca commence doucement pour finir en apothéose, bravo !!!!!!

    RépondreSupprimer
  8. Les métaphores maritimes de la fin m'ont particulièrement plu! ;-) Je sens que tu vas récidiver le mois prochain, toi... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faudrait pas que ça devienne une habitude. Où serait l'effet de surprise ?

      Supprimer
  9. Hé, hé, il y a du potentiel... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pi l’héroïne s'appelle comme toi... Tss, suis jalouse tiens ! ;-)

      Supprimer
    2. Pas du tout, ce n'est pas la même orthographe ^^ ( et, pour ma part, j'ai le sommeil extrêmement léger, c'est mon drame ;-))

      Supprimer
    3. Le prénom, c'est un (mauvais) souvenir de lycée. Une petite vengeance personnelle, quoi...

      Supprimer
  10. ah génial ! moi j'ai craqué pour les métaphores religieuses !!!! Et quel vocabulaire ! Bien écrit et tout et tout, Noukette a raison ! Bon, ben maintenant que tu nous a toutes bien chauffées, tu as intérêt à écrire une suite !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes bien chauffées, comme tu y vas. Je suis surtout très embarrassé maintenant. C'est pas mon métier l'écriture...

      Supprimer
  11. Et bien, lire ça de bon matin, ça fait de l'effet ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Une nouvelle carrière en vue ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de danger, je laisse ça aux vrais pros de l'écriture.

      Supprimer
  13. J'ai les joues toutes rouges, tu m'as donné chaud !! Je n'ai jamais lu de clit-litt alors je ne peux pas comparer, mais tu écris diablement bien. Et si je puis me permettre : encoooooore !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'as jamais lu de clit lit, je peux te donner des tas de titres, je suis un peu devenu un spécialiste de la question ;)

      Supprimer
  14. Hi hi... avec un érotico-show comme celui-ci, je me disais, ce matin, que tu recevrais un max de com. Bravo à Jeanmi pour s'être immiscé dans la galerie féminine aux "joues toute rouges', aux yeux brillants, ce matin :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement je n'aurais pas cru avoir autant de réactions...positives. C'est une vraie (et agréable) surprise.

      Supprimer
  15. Ah mais voilà Monsieur savait quel lectorat il avait hein !!! :D :D bon où est mon mari ??? je suis seule c'est con hein ? LOL
    blague mis à part j'aime beaucoup ton écriture et ce que j'aime par dessus tout c'est ton intelligence d'écriture avec un vocabulaire qui n'est pas provocant et moche mais bien au contraire classe et d'une chaleur !!! hummm tu sais chauffer ces dames vilain !! :D :D bon ben moi je vais me rafraîchir :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes compliments me vont droit au cœur (oui, oui, j'ai bien dit au cœur...).

      Supprimer
  16. Hmmmm.
    Je serais curieuse de savoir si vous savez, chez Jérôme, les sensations et émotions que vous venez de créer au sein de votre lectorat féminin. Quelle douce prose !
    Je suis fan. Tout à fait fan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Cajou, j'avoue que je ne sais pas vraiment quelles sensations et émotions je viens de créer mais je me réjouis d'avoir apporter à certaines un petit soupçon de chaleur. Par les temps qui courent, ce ne peut pas être une mauvais chose...

      Supprimer
  17. Le titre, déjà, était fort prometteur, la suite fut à la hauteur... :)

    RépondreSupprimer
  18. C'est la fin que je préfère ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chute dans une nouvelle, c'est le plus important... et le moins évident.

      Supprimer
  19. Et hop ! un autre passage dans tes statistiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te sacrifies pour la cause, je t'admire !

      Supprimer
  20. J'ai bien ri...fallait rire hein...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui c'est bourré d'humour ! ^^ Par contre la fin ...Pile au moment ou ça prend une tournure intéressante ... Plaf ! Plus rien ! C'est juste à peine frustrant !

      Supprimer
  21. Bon, ça y est, je suis (presque) remise, enfin ce soir je peux écrire!
    Non mais quel texte, quand même!
    Tu nous avais caché ça, toi...
    Bravo pour le style, l'humour, l'attention portée autant au cadre de départ qu'à la scène torride, pour les métaphores, bref, pour tout!
    Et en plus, j'apprends des mots!!
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton commentaire, je n'aurais jamais cru mériter autant d'éloges, c'est un plaisir !

      Supprimer
  22. un coup de fil à passer !

    tu es bien un mec : pour la voiture, tu détailles !!!

    un bouquin norvégien de ma PAL (mais pas lu) : "le pornographe timide"

    ps : la SUITE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    (je ne vais pas me coucher tout de suite ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bon, je n’ai pas besoin de m'excuser alors ?

      Supprimer
  23. Eh bien, les blogueurs mâles sont peu nombreux dans la blogosphère littéraire, tu étais déjà un être à part, là je me dis que tu es bien le seul, l'unique. Epatée, je suis. Bravo ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, venant de toi ce compliment fait d'autant plus plaisir...

      Supprimer
  24. Ah ! qu'en termes galants, ces choses-là sont mises ! :oD bravo, joli coup de plume :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'ai essayé de faire de mon mieux.

      Supprimer
  25. Quelle belle prise de risque ! Chauffer à blanc son lectorat féminin, le publier de bon matin, mettre son écriture au service de la cause d'un érotisme de bon aloi et finement coquin ... (J'adore "Le cierge coulait partout") Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te dirais que je n'étais pas fier en programmant ce billet : pas sûr du tout de mon coup (si je puis dire...).

      Supprimer
  26. "Lui, rugissait, les yeux exorbités, avant de glapir comme une âme en peine en l’éperonnant. Il eut la délicatesse de s’en excuser."
    J'en pleure de rire....
    Bravo pour cet essai érotique bourré d'humour !
    Mais Marilyne quand même, c'est du lourd...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut toujours un peu forcer le trait quand on se lance dans un récit de ce genre...

      Supprimer
  27. Eh ben, on dirait que tu as agrandi ton fan club avec ton texte (que je parviens pas à lire dans son intégralité mais je suis tout de même passée à l'essentiel).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fan club, comme tu y vas... En tout cas c'est une sacrée surprise toutes ces réactions plutôt positives.

      Supprimer
  28. Je lis par petits bouts : y a tellement de personnages, de situations à mémoriser !!!! ;-)
    Bon, j'avais prévenu, après 40 (lignes... pas de c*ke), je fatigue... :-)
    Les clins d'oeil (je suppose) à 1 blogueuse et 1 blogueur (Ma et Ma) m'amusent beaucoup. Ils ont 'posé' comme modèles pendant que tu écrivais !?
    Mar., tu n'as pas fini de m'étonner !!! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma et Ma tu dis... C'est qui ça ????

      Supprimer
  29. Les Marilyne et Manu ne sont pas des clins d'oeil rigolos ?? Ben zut, ça me plaisait bien, pourtant !:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de faire des clins d’œil rigolo avec un texte pareil, j'aurais eu trop peur qu'ils soient mal interprétés...

      Supprimer
    2. Zut alors, t'es sûr (heum, j'y crois moyen) ?? je trouvais ça très rigolo (mais pas moqueur, c'est mignon, vraiment !).

      Supprimer
    3. Sûr et certain. Juré, craché, et tout et tout...

      Supprimer
  30. Je vois que les lectures du mardi ont eu un petit effet sur le Sieur Jérôme : tu es extra ! bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Philisine, je suis très heureux de constater à quel point mon petit texte est reçu "positivement".

      Supprimer
    2. tu m'étonnes ! tu glisses, tu glisses doucement mais sûrement... vers la création !!!! (petit coquin, qu'est-ce-que tu croyais ?)

      Supprimer
    3. Sur la durée, il m'étonnerait fort que je reste longtemps un "créateur".

      Supprimer
    4. Tsstttt pas de fausse modestie, très cher : vous assurez, alors assumez !

      Supprimer
    5. N'oublie que je suis un homme et les hommes qui assument, ça ne court pas les rues !

      Supprimer
  31. Et bien quel texte ! Il y a du San Antonio chez toi c'est sur !
    Et une propensions à se mettre dans la peau d'une femme ;-)ou/et à bien les connaitre.
    Me voilà toute émoustillée, oups
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. San Antonio, ça me va comme référence, il y a pire !

      Supprimer
  32. propension sans le S ... j'ai dérapé !

    RépondreSupprimer
  33. Pour une fois je m'en veux d'arriver après la bataille et de ne pas avoir lu ça plus tôt!
    Bon, il faut bien que quelqu'un ronchonne un peu pour tempérer ce concert de louanges : l'inspiration littéraire ne faisant pas toujours bon ménage avec les règles d'hygiène, et j'espère que ton héroïne ne s'est pas chopé d'infection dans l'affaire!
    Sinon moi aussi j'ai beaucoup aimé et j'ai trouvé ça très amusant. Et moi aussi j'aimerais bien qu'il y ait une suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-toi, elle s'en est tirée sans dommages...

      Supprimer
  34. Jérôme ! Quel texte ! J'adore ! Tout simplement !

    RépondreSupprimer
  35. Et dire que j'allais rater ça! Félicitations, cher Jérôme! A suivre, j'espère! La fibre du futur auteur est bien présente ici et ne peut plus demeurer cachée! Mes respects! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mango, ton commentaire me fait très plaisir. A suivre ? Je ne sais pas encore, il n'y a rien dans les tuyaux pour l'instant.

      Supprimer
  36. Et ben j'en suis toute retournée, pas mal du tout, je dirai même très très bien. Tu en as sous le capot toi dis donc :)

    Tu m'expliqueras quand même à l'occasion se que signifie "Les Performances Chiraquiennes", vraiment je ne connais pas ^^.

    Bon ben je veux la suite moi maintenant... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La référence à Chirac c'est juste que le monsieur était connu pour sa rapidité (qui a dit précoce ?).
      Sinon concernant la suite il n'y a strictement rien de prévu pour l'instant ;)

      Supprimer
  37. j'ai découvert ton blog il y a peu alors merci de ce retour en arrière qui m'a permis de faire connaissance avec la petite Charlotte tellement craquante et la chaleureuse Maryline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre Charlotte et Maryline, c'est un peu le grand écart mais c'est aussi tout ce que j'aime^^

      Supprimer
  38. Pareil ! Ton billet m'a permis de voir le minois de ta fille et de lire ce texte qui m'a mise tout en émoi :)

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !