dimanche 23 juin 2013

Pixley Mapogo - Tore Renberg

Jarle Kleppe a 35 ans. En ce soir d’août 2007, il s’apprête à assister au concert de son groupe culte, The Smiths, reformé depuis peu. Envoyé par le quotidien qui l’emploie pour couvrir l’événement, Jarle sent qu’il va écrire l’article de sa vie, celui qui va faire de lui le journaliste reconnu qu’il rêve d’être. A quelques minutes du début du show, il se rend aux toilettes et découvre soudain dans un bosquet un couple en train de faire l’amour. Une adolescente blonde et un sculptural jeune homme... noir. Fasciné par le « spectacle », Jarle s’approche de plus en plus et découvre abasourdi que l’adolescente n’est autre que sa fille, Lotte. A 17 ans à peine, la gamine n’a à l’évidence pas froid aux yeux. Paralysé par cette découverte, incapable de savoir comment il doit réagir, Jarle, va vivre une nuit où la rage et les questionnements existentiels ne vont cesser de se bousculer jusqu’au petit matin.

Tragicomique et pessimiste, voila comment on pourrait qualifier ce roman dans lequel le norvégien Tore Renberg se plaît à briser une à une les images d’Épinal qui présentent la société scandinave comme un modèle d’intégration. Jarle est norvégien, il se considère comme « chrétien et humain. Ouvert, dialogique, à l’écoute et positif. [...] Il avait lu des livres. Il était contre le racisme et il était tour à tour attiré par le communisme, la droite cultivée et les sociaux-libéraux. » Mais quand Jarle voit sa fille forniquer avec un nègre, la jolie façade humaniste se lézarde : « il aurait voulu lui flanquer des coups de poing jusqu’à ce que le visage couleur chocolat noir ne soit plus qu’une mare de sang frais. » Puis il s’en prend inconsciemment à cette fille conçue par hasard un soir de beuverie et redécouverte brusquement alors qu’elle avait 7 ans (une histoire relatée dans Charlotte Isabel Hansen, le précédent roman de l’auteur publié en France en 2011) : « Les gamins sont injustes. Ils ne sont pas venus au monde pour contenter leurs parents, ça, c’est sûr. [...] Les gosses sont vraiment capables de vous arracher le cœur et de le balancer à bouffer aux chiens, ça c’est sûr. [...] Les gosses sont vraiment capables de transformer vos jours en cauchemars éveillés, aucun doute sur la question. »   

Jarle est un nombriliste qui refuse de regarder la vérité en face. Il découvre cette même nuit que son meilleur copain, celui dont il est censé être le plus proche, est gravement malade. Il découvre que finalement il ne sait rien de lui. Son monde plein de certitudes s’effondre. Jarle est complexé, Jarle est raciste, Jarle n’est ni un bon père ni un ami fiable. Lorsqu’il pourra discuter plus sereinement avec Pixley Mapogo, l’amant de sa fille, il tentera une fois de plus de défendre son humanisme de façade : « Je n’ai rien contre les gens qui ne sont pas originaires de mon pays. Je ne me suis jamais autoriser à penser autre chose. » Mais Pixley est sans conteste le plus lucide des deux : « C’est le mode de pensée norvégien. C’est ainsi que vous voulez penser, mais ce n’est pas ainsi que vous pensez. »

Tore Renberg semble prendre un malin plaisir à verser du sel sur les plaies béantes ouvertes depuis quelques années dans les pays nordiques : appauvrissement, chômage, immigration mal maîtrisée, violence, montée de l’extrême droite, etc. C’est politiquement incorrect, l’écriture est franche et directe, sans chichi, les personnages sont des losers pathétiques, bref, ce roman est en tout point excellent.  


Pixley Mapogo de Tore Renberg. Mercure de France, 2013. 260 pages. 19,50 euros. 







34 commentaires:

  1. Ouh là, tu tentes beaucoup! Et puis un nordique pas polar, c'est intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viola, un nordique pas polar, c'est assez rare et c'est souvent très bon.

      Supprimer
    2. Viola? Tu ne dors pas assez, cher papa de trois filles?

      Supprimer
    3. Aïe, je devrais pas taper mes commentaires avec une couche sale dans les mains...

      Supprimer
  2. Jérôme.... arrêtes cela tout de suite. Ma pile est déjà en constante évolution ! Mais bon je sens que ma liste va encore s'allonger... Tu es un diable finalement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un diable tu dis... j'ai plutôt l'impression d'être un ange ;)

      Supprimer
  3. Jamais entendu parler, mais pourquoi pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était aussi mon cas avant de découvrir ce roman.

      Supprimer
  4. Là, tu touches où ça fait mal :-D Je note en espérant une sortie poche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le premier, qui met en scène les mêmes personnages, est sorti en poche l'an dernier.

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais lu de littérature nordique. Pourquoi pas m'y mettre avec ce titre ?

    RépondreSupprimer
  6. Au début de ton billet je croyais que si l'amant de sa fille avait été blanc de peau, le choc aurait été pareil. Mais non... c'est vraiment un cas de racisme pur. Peu sympathique ce Jarle !
    Mais titre noté.
    Dans les polars, le rêve nordique est bien écorché... drogue, alcoolisme, racisme, suicide...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais dans les polars, j'ai envie de dire qu'il est plus facile d'écorcher le rêve social nordique. L'exercice est moins commun dans un roman "classique".

      Supprimer
  7. Hop, noté ! Le précédent roman de l'auteur est d'ailleurs disponible à la bibliothèque, je vais en profiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est mieux de commence par le premier. C'est peut-être ce que j'aurias dû faire d'ailleurs...

      Supprimer
  8. J'adore les romans nordiques; ils me parlent de moi. C'est typique de dire «J'ai rien contre les noirs/asiatiques/arabes, mais...» Je l'entends souvent. Titre noté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de te l'avoir fait découvrir.

      Supprimer
  9. J'allais dire : les polars de Mankell parlent de cette "dégénérescence" nordique aussi ! Et ces polars, j'en fais la découverte petit à petit. Donc... je ne note pas dans les prioritaires. Tu n'es pas vexé, j'espère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vexé ? Manquerait plus que ça. Tu as bien le droit de donner la priorité au sieur Mankell ;)

      Supprimer
  10. Je suis TRES tentée! J'aime beaucoup le monde nordique. MERCI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, c'est un plaisir de te tenter.

      Supprimer
  11. Je ne suis pas trop en mode "looser pathétique" en ce moment mais je note le nom de l'auteur, pour plus tard... on ne sait jamais! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je suis constamment en mode "looser pathétique", ce genre de personnage ma fascine.

      Supprimer
  12. Encore une pépite qui serait passée inaperçue sans ce billet fort bien troussé... Je note, même si je pense que je préfèrerais découvrir les personnages dans le premier tome, et comme tu dis qu'il est sorti en poche... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'éditeur va m’envoyer le 1er, je te ferais suivre si vraiment ça t'intéresse.

      Supprimer
  13. Que dire de plus après ta conclusion, sinon : Je le veux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun problème si tu ne dis rien d'autre, ça me convient tout à fait ;)

      Supprimer
  14. Encore une lecture au papier de verre qui gratouille là où ça fait mal ? Je suis partante ... Je vais commencer par le premier tome, vu tes commentaires. A plus tard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça gratte et ça pique pas mal en effet. Mais si j'ai bien compris le premier est moins grinçant. A voir...

      Supprimer
  15. Why not ? J'ai une fâcheuse tendance à apprécier le politiquement incorrect et les anti-héros antipathiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ce livre a tout pour te plaire !

      Supprimer
  16. alors là ! je suis carrément intriguée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux, c'est vraiment un drôle de roman !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !