mercredi 8 mai 2013

L’entrevue - Manuele Fior

C’est la semaine où j’ouvre mes cadeaux, ceux offerts récemment par deux de mes blogueuses préférées. J’ai commencé lundi avec Comme on respire de Jeanne Benameur (cadeau de Noukette) et j’enchaîne aujourd’hui avec L’entrevue de Manuele Fior (cadeau de Mo'). Pas grand-chose en commun entre ces deux ouvrages, si ce n’est un réel plaisir de lecture.

J’avais quelques doutes par rapport au nouvel album de Fior. Le billet enthousiaste de Cristie m’avait convaincu mais les arguments avancéspar Mo’, pourtant elle aussi sous le charme, m’avaient quelque peu refroidit. En général je n’aime pas les histoires qui laissent une trop grande part au rêve et qui gardent une sorte de flou artistique entre onirisme et réalité. Je trouve que c’est une forme de facilité scénaristique qui cache souvent de vraies faiblesses en termes de narration. Je dois reconnaître que ce n’est pas le cas ici, comme d’ailleurs dans la série Philémon de Fred qui ne m’attirait pas spécialement pour les mêmes raisons et que je découvre avec bonheur ces jours-ci, une fois de plus grâce à l’art de la persuasion de Mo’. Comme quoi les certitudes de lecteur sont faites pour être bousculées…


Rien ne va plus dans la vie du psychologue Raniero. Sa femme est sur le point de le quitter, un accident de voiture l’oblige à porter une minerve, des cambrioleurs s’introduisent chez lui et le passent à tabac et pour couronner le tout il aperçoit dans le ciel d’étranges formes triangulaires qui ne peuvent être que des ovnis. Quand Dora, une jeune patiente de trente ans sa cadette, lui affirme être en contact télépathique avec des extraterrestres, Raniero voit ses certitudes vaciller.  

Petite précision qui a son importance, nous sommes en 2048. Les voitures sont téléguidées et la jeunesse, en rupture avec les aînés  s’est rangée sous la bannière d’une « nouvelle convention » prônant la « non exclusivité émotive et sexuelle.» Raniero reste de la vieille école. Pourtant il comprend que les bouleversements à venir vont tout changer…   

Fascinant, voila comment je qualifierais cet album. Fascinant par sa faculté à saupoudrer avec le plus grand naturel une touche futuriste dans le quotidien d’un homme qui pourrait être d’aujourd’hui. Fascinant par la poésie graphique déployée tout au long de ses 175 pages. Manuele Fior fait preuve d’une inventivité incroyable. Son trait charbonneux semble parfois élastique et son découpage multiplie les angles de vue plus audacieux les uns que les autres. Une démonstration technique qui reste constamment au service de la narration pour mieux la magnifier.

L’entrevue est à la fois une histoire d’amour et une réflexion métaphysique sur le sens de la vie. Raniero est un homme à la croisée des chemins, ébranlé par une réalité qui lui échappe. Un homme au bord du précipice, hésitant à sauter le pas vers l’inconnu(e) qui lui tend les bras. L’ensemble reste néanmoins léger et pousse à la réflexion. Une vraie grande réussite, je comprends pourquoi Cristie et Mo’ ont été conquises. 
  

L’entrevue de Manuele Fior. Futuropolis, 2013. 174 pages. 24 euros.






43 commentaires:

  1. J'ai hésité à me l'offrir aujourd'hui... Je regrette de l'avoir finalement reposé... Mais j'ai découvert Coeur de pierre, alors... heureuse je suis ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, cœur de pierre, ce petit bijou !

      Supprimer
  2. Cet album m'a littéralement happée. J'ai été incapable de deviner où Fior voulait nous emmener, je me suis laissée porter. Contente de découvrir que cela a également été ton cas ;)
    Je ne sais pas si tu as lu "Les derniers jours d'un immortel" (de Vehlmann et De Bonneval) mais l'ambiance qui plane dans l'Entrevue m'y a fait penser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...incapable de deviner où Fior voulait nous emmener, je me suis laissée porter..." ...se laisser porter par la lecture, c'est tout ce que j'aime...je note^^

      Supprimer
    2. Non, je n'ai pas lu "Les derniers jours d'un immortel". En tout cas je profite de l'occasion pour te remercier à nouveau. Une fois de plus ton choix à fait mouche !

      Supprimer
  3. J'ai acheté cette BD le jour de notre rencontre au salon. (Au départ, juste parce que j'ai craqué sur le joli minois de Manuele.)
    Elle est dédicacée et je me la réserve pour plus tard, en souriant naïvement à chaque fois que je lis un article enthousiaste à son sujet. Et si tu l'as aimée, je suis convaincue qu'elle sera un coup de cœur pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me rappelle de cette dédicace qu'il avait fallu laisser un peu sécher^^
      J'espère que ce sera un coup de cœur mais je ne me fais pas beaucoup de souci.

      Supprimer
  4. Même commentaire que Noukette ! Je me suis offerte hier aprèm un périple BD, délicieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Longtemps que ça ne m'est pas arrivé un périple BD. Faut dire que quand on a plus de librairie sous la main, c'est difficile.

      Supprimer
  5. Je note je note mais ce sera pas pour maintenant :) bien bien plus tard d'ailleurs, je ne me lance pas dans les BD pour le moment maisj 'adore la couverture ;)
    bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de BD, pas de BD... pourtant ça c'était plutôt bien passé avec Cœur de pierre ;)

      Supprimer
  6. j'ai beaucoup aimé ton billet, moi aussi je me méfie de : l'onirique qui cache le vide et le rien à dire..mais j'ai toujours adoré Philémon.
    alors je pense que cette bd peut me plaire
    Merci
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange comme sensation mais j'ai toujours eu du mal avec l'onirisme.

      Supprimer
  7. J'avais bien aimé le précédent de Manuel Fior (mais sans l'adorer non plus). J'avais surtout bien aimé les couleurs alors le côté charbonneux de celui-ci m'étonne. Je pense que je ne vais pas me jeter dessus, mais si je croise cette bd sur mon chemin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le précédent mais à l'évidence il a totalement changé de technique pour celui-ci. J'aime quand les dessinateurs n'hésitent pas à prendre des risques et changent leur registre graphique.

      Supprimer
  8. Ben dis donc, tu sais être rudement convaincant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand ça me plait, j'essaie de trouver les bons arguments^^

      Supprimer
  9. Mo a eu raison de te l'envoyer. Je suis heureuse de voir qu'il t'aie autant plu !! Et non il n'y avait pas de faiblesse scénaristique dans celui-ci ... C'est une jolie pépite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et je n'oublie pas que c'est toi la première qui a attiré mon attention sur cet album^^

      Supprimer
  10. Je ne sais pas quoi en penser. Au premier regard, je ne suis pas attirée. Mais à lire ton billet et les commentaires, je me dis... pourquoi pas ? Je note et après on verra...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le trouveras peut-être un de ces quatre à la médiathèque ;)

      Supprimer
  11. je n'aime pas trop le fait que ça se passe en 2048 mais ça me tente quand même. Génial le cadeau ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Toujours pas passé dans mes mains et je remarque que je le trouve de moins en moins en librairie... ça sent la rupture et donc la réédition ! Un succès entrevu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'étonnerait pas en effet qu'il y ait rupture. En tout cas voila un album qui mérite son succès.

      Supprimer
  13. Eh bien, cet album-là a tout pour me plaire : onirisme, touche futuriste, un coup de fil des ET ! De la SF sans l'attirail qui va avec, ça me plait aussi. Et le graphisme semble sombre comme j'aime parfois.

    RépondreSupprimer
  14. Je ne suis pas attirée par ce type d'écrit (enfin de BD) mais c'est toujours sympa les petits cadeaux ;)et ton billet est comme toujours tentant paradoxalement ! Bien différente c'est justement la limite entre réalité et onirisme qui me plait, ce flou dont tu parles. Je ne suis pas trop d'accord avec toi là dessus, je viens d'ailleurs de finir un roman japonais dans ce style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez courant l'onirisme chez les japonais. Sans doute pour ça que je n'ai pas encore tenté Murakami.

      Supprimer
  15. Le graphisme a l'air très beau, est-ce que le scénario tient vraiment la route ? J'avais été éçue par Cinq mille kilomètres par seconde, bien trop léger à mon goût...

    RépondreSupprimer
  16. Je n'ai pas lu Cinq mille kilomètres par seconde donc impossible de comparer mais tout ce que je sais c'est que cet album-là est très bon.

    RépondreSupprimer
  17. Je me sens un peu seul, je n'ai vraiment pas aimé, ni l'histoire, ni le dessin, déception totale pour moi...
    Quand je lis ton billet, j'ai l'impression d'être totalement passé à côté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Étrange, je ne me rappelle plus de ton billet. En tout cas tu as bien le droit de passer à coté. C'est un album assez étrange pour lequel les ressentis peuvent grandement varier selon moi.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas étonné que tu ne te rappelles pas de mon billet puisque je n'en ai pas fait... :)

      Supprimer
    3. Comme quoi, j'ai l'oeil !

      Supprimer
  18. Très tentée je suis, et encore plus après avoir lu ton avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça devrait te plaire, je ne me fais pas trop de souci ;)

      Supprimer
  19. J'attends impatiemment de lire cet album, déjà presque culte, vu l'enthousiasme qu'il déclenche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de passer à coté en effet^^

      Supprimer
  20. Finalement, la BD peut être métaphysique, aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle-là en tout cas l'est incontestablement.

      Supprimer
  21. Les dessins me séduisent et l'histoire aussi. Je la note dans un coin car en ce moment, je ne suis pas BD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'il vaut mieux être disponible, ce n'est pas une BD facile-facile d'accès.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !