mercredi 29 mai 2013

Batchalo - Le Galli et Bétend

Février 1939, dans une ville de Bohème. Les nazis enlèvent des enfants tziganes pour mener des expériences abjectes au nom de la pureté raciale. Leurs parents partent à leur recherche, accompagnés d’un « gadjo » prénommé Josef, mais ils sont rapidement arrêtées par la police et déportés au camp de travail de Lety puis à Auschwitz. Placés dans une section baptisée Zigeunerlager (camp tzigane aussi appelé « camp de famille » puisque les déportés peuvent y rester avec les leurs) ils vivent dans des conditions difficiles, notamment à cause des ravages provoqués par le typhus. Le 22 mars 1943 a lieu le premier gazage de tsiganes et dans la nuit du 1er août 1944, Himmler expédie dans les chambres à gaz les survivants du « camp de famille ».

Un album très documenté qui revient avec une grande rigueur historique sur le génocide tsigane, une tragédie qui, rappelons-le, n’a été reconnue par le parlement européen que le 3 février 2011. Un pan méconnu de l’holocauste où l’on découvre les terribles motivations du Reich : pour le docteur Ritter, chef de L’institut de recherche pour l’hygiène raciale et la biologie de la population, les tsiganes représentent un danger de dégénérescence pour les allemands. Il préconise donc dans un premier temps le rassemblement de cette communauté dans des camps de travail forcé et la stérilisation massive. Son but est d’éviter tout métissage et, à terme « d’éliminer ces êtres indignes de la société. »

Michaël Le Gali a aussi souhaité mettre en valeur les traditions propres au peuple rom, leur vocabulaire, leurs croyances, leur façon de rendre la justice, leur passion pour la musique et la difficulté pour eux, nomades dans l’âme, de se voir à ce point priver de liberté de mouvement dans les camps. Liant la petite et la grande histoire, il insère dans son récit une part non négligeable de fiction, notamment à travers le personnage de Josef, le gadjo témoin et narrateur de ce voyage au bout de l’horreur. C’est sans doute dans cette part de fiction que réside les quelques faiblesses de l’album. La voix de Josef est souvent trop « neutre », comme détachée des événements qu’elle relate, d’une froideur presque clinique. Il manque ce petit supplément d’émotion qui aurait donné à l’ensemble davantage d’ampleur.

Au niveau graphique, le dessin réaliste et le choix des tons sépia donnent une patine particulière parfaitement adaptée au propos.

Un album instructif abordant un sujet trop méconnu, qui sonne comme un hommage des plus sincères au peuple tsigane et à la tragédie qui l’a frappé. Il est juste regrettable qu’il soit plus didactique que poignant.
 


Batchalo de Le Galli et Bétend. Delcourt, 2012. 80 pages. 14 euros.








37 commentaires:

  1. Un titre qui m'est totalement inconnu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me l'était aussi. Pour tout t'avouer c'est une lecture "de commande". Le prochain numéro de la revue "Les années" sera consacré aux gens du voyage et on m'a demandé de trouver un titre sur ce thème pour la rubrique BD. Du coup j'ai lu Batchalo et je ne le regrette pas, c'est très instructif.

      Supprimer
  2. 67 ans pour reconnaitre ce génocide... comme l'Homme peut être pathétique ! C'est le genre de constat qui me terrasse.
    Compte-tenu de ton avis, je ne regrette finalement pas de t'avoir fait faux-bond sur cet album ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça m'a scié de découvrir cette reconnaissance si tardive. En tout cas ça ne m'aurait pas déplu d'avoir ton avis sur cet album.

      Supprimer
    2. Oui mais là il y a ce coté didactique que tu soulèves. Et puis je reste encore sur la malaise que j'ai eu en lisant "Auschwitz" de Croci. J'appréhende de revenir à ce sujet en BD (il faudrait que je relise une énième fois Maus pour balayer d'un revers de la main ces mauvaises représentations)

      Supprimer
    3. Relire Maus, tu dis. De mon coté il faudrait déjà que je lise une premières fois, n'est-ce pas ?

      Supprimer
  3. pas certaine que ce soit en BD que j'ai envie de lire cette tragédie
    Luocine

    RépondreSupprimer
  4. C'est fou le nombre de génocides que l'on ne reconnait que tardivement ou qui ne sont pas encore reconnus. Pour l'album, je ne sais pas, je ne suis pas BD en ce moment, donc on verra quand l'envie reviendra.

    RépondreSupprimer
  5. Ca a l'air passionnant en effet. Je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai appris plein de choses, même si elles sont terribles...

      Supprimer
  6. Il est dans ma pile ! Je vais le garder un peu sous le coude au vu de ton retour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut la peine d'être lu, ne te m'éprends pas ;)

      Supprimer
  7. Ce pan de l'Histoire ne m'était pas inconnu, malheureusement j'ai envie de dire... Je ne sais pas si j'aimerais lire tout ça sous forme de BD, d'autant que tu soulignes que c'est plus didactique que poignant. A voir donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila, à voir pour ce faire sa propre idée...

      Supprimer
  8. Pas pris le temps de chroniquer cet album mais ce fut une bonne surprise ! Un sujet peu traité comme tu dis. On y découvre pas mal de choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai découvert beaucoup de choses en effet.

      Supprimer
  9. Ce n'est pas particulièrement un sujet qui m'attire mais, contrairement à toi, je trouve que c'est mieux qu'il soit didactique plutôt que poignant. Déjà parce que, de mon point de vue, ça y perdrait en crédibilité. Et d'autre part parce que, sur un sujet aussi grave, y a-t-il vraiment besoin d'en rajouter dans le pathos ? La lecture de sujets aussi difficiles me semble plus facilement supportable quand l'auteur garde une certaine distance et reste factuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne regrette aucunement le manque de pathos, je dis juste que le narrateur semble regarder cela de tellement loin que l'on a parfois du mal à se persuader que la situation de ces pauvres gens était à ce point tragique. Mais je reconnais aussi que c'est un équilibre difficile à trouver...

      Supprimer
  10. Bon, bah comme d'habitude, je suis tentée. Je viens sur ton blog le stylo à la main ^^

    RépondreSupprimer
  11. Hmm, dommage que tu n'aies pas été plus emballé, ce qui ne m'incite pas des masses à l'essayer MAIS comme le sujet est fort intéressant, il se peut que je l'embarque avec moi si je le trouve à la bibliothèque. Comme ça, je ne prends pas trop de risques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que moi je l'ai eu à la bibliothèque ;)

      Supprimer
  12. J'aime beaucoup le sépia en photo donc surement que cela me ferait le même effet ici :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au niveau des couleurs, cet album est une vraie réussite, rien à dire !

      Supprimer
  13. J'ai beaucoup aimé cette BD. Le côté fiction comme le côté historique pur (notamment le dossier final, effrayant...), le dessin et les couleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le dossier final est effrayant... et passionnant.

      Supprimer
  14. Je ne connais que très peu cette histoire: cette BD serait une bonne occasion pour me documenter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, c'est l'outil idéal pour en apprendre davantage sur ce sombre épisode.

      Supprimer
  15. Oh, celui-ci, même si hélas je connais cette histoire, je ne vais pas pouvoir m'en passer !
    ( faut que tu lises Maus ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais, il faut que je lise Maus. Cet été peut-être, s'il fait beau et que je peux m'installer dans le jardin avec ces petites souris... Autant dire que c'est pas gagné.

      Supprimer
  16. Généralement je n'accroche pas trop aux récits de ce scénariste... je passe donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne le connaissais pas du tout mais pour l'instant je ne suis pas déçu même si j'ai émis quelques bémols.

      Supprimer
  17. moi je note! Le thème m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien de noter, c'est un très bon album.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !