mercredi 27 mars 2013

Le Loup des Mers - Riff Reb’s

Riff Reb's © Soleil 2012
Ce ne devait être qu’une formalité pour le critique littéraire Humphrey Van Weyden. La traversée de la baie de San Francisco, il l’effectuait chaque samedi pour rejoindre un ami. Seulement ce jour-là le brouillard était plus épais que d’habitude et lorsque son ferry fut harponné par un autre bateau, la panique s’empara des passagers. Sautant dans l’eau glacée, Humphrey se réveilla à bord d’une goélette en route vers les cotes japonaises pour chasser le phoque. Embarqué malgré lui dans cette campagne de chasse, le critique littéraire découvre  le terrible capitaine Loup Larsen, sorte de monstre à la force herculéenne et à l’incroyable érudition qui impose sa loi à chacun de ses marins par la violence et l’esprit.

Librement adapté du roman de Jack London, cet album met en scène la confrontation philosophique entre le principe du surhomme selon Nietzsche et la théorie de l’évolution de Darwin. Loup Larsen représente l’homme instruit et guerrier qui, depuis la nuit des temps, doit dominer le monde pour survivre alors que Van Weyden est une figure beaucoup plus « morale » qui préfère s’adapter à son environnement et agir avec intégrité. Le récit est donc traversé par un véritable questionnement métaphysique magnifié par le huis-clos étouffant imposé à la fois par l’espace confiné du bateau et le déchaînement des éléments naturels. Riff Reb’s a choisi de réinterpréter la fin de l’histoire. Chez London, Van Weyden, grâce à sa capacité d’adaptation, parvient à vaincre le surhomme incapable d’évoluer. Le dessinateur propose une vision beaucoup plus pessimiste, renvoyant dos à dos les deux protagonistes en considérant que la modernité du critique littéraire n’est pas un gage de survivance. Un parti-pris que je trouve plus intéressant et beaucoup moins simpliste que la vision de London.          

Graphiquement, le trait est d’une rare puissance. Toujours aussi à l’aise pour croquer des gueules un peu « cradingues », Riff Reb’s fait des marins de la goélette une bande de durs à cuir aux faux airs de pirates et son capitaine, force de la nature au physique de sculpture antique, est tout bonnement impressionnant. Ses représentations de la mer déchaînée sont elles aussi en tous points sublimes. Niveau couleur, chaque chapitre est décliné dans une nuance différente, comme si l’on avait apposé devant les planches en noir et blanc un filtre d’une seule et unique teinte (jaune, bleu, vert, orange, rouge ou rose). C’est spécial mais assez bluffant.

Entendons-nous : derrière les questionnements métaphysiques, il ne faut pas perdre de vue que cet album est avant tout une épopée maritime à l’ancienne. De quoi régaler à la fois les philosophes et les amateurs d’aventure avec un grand A.

Le Loup des Mers de Riff Reb’s. Soleil, 2012. 136 pages. 17,95 euros.

L'avis d'Yvan


Riff Reb's © Soleil 2012




32 commentaires:

  1. J'adore Jack London mais je n'ai pas lu celui-ci. Je pense que je préférerai commencer par le roman d'abord qui du coup me tente bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu le roman mais du coup, pour comparer les deux versions, je m'y mettrais bien.

      Supprimer
  2. J'ai l'impression qu'il reprend un peu la trame graphique de "A bord de l'Etoile Matutine" où chaque chapitre proposait une teinte dominante. L'album était déjà sublime à l'époque. Je suis moins tentée par celui-ci mais connaissant le talent de l'auteur, je ne me risquerais pas à dire "Fontaine..." ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement comme A bord de l'Etoile Matutine. En fait il aurait voulu publié l'album en noir et blanc mais l'éditeur à refusé du coup il s'est mis à la couleur mais à minima. En tout cas moi je trouve ça très original comme procédé et j'ai vraiment beaucoup aimé ce traitement particulier appliqué à chaque chapitre (même si j'aurais évidemment préféré un album en noir et blanc^^).

      Supprimer
  3. Excuse-moi de polluer tes com' : j'ai changé d'agrégateur (pour la dernière fois) et si ce com' là disparait, je disparais avec...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'excuses pas, c'est pas un problème. Ce com' est bien arrivé à bon port, c'est l'essentiel. Manquerait plus que tu disparaisses !

      Supprimer
  4. Jack -soupir énamouré- mon héros...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un album pour toi alors. L'air du grand large, les marins à la peau salée, tout ça, tout ça...

      Supprimer
  5. ah là là les amateurs de BD ils me narguent, moi j'ai été une fan de JACK LONDON , j'ai relu une dizaine de fois Martin Eden
    pour la BD j'y vas à petit pas
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je cromprends, surtout que cette adaptation est au final assez libre.

      Supprimer
  6. Pas sûre que ce soit pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'étonnerait aussi que tu y trouves ton compte.

      Supprimer
  7. Waouh ! les dessins ont l'air superbes ! c'est noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les dessins de Riff Reb's sont comme toujours magnifiques.

      Supprimer
  8. Ahhh, le brouillard de San Francisco, Ahhh Jack London !!!
    Et si en plus les dessins sont à la hauteur, je suis bien obligée de noter même si la couverture est un peu trop criarde à mon goût

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'attarde pas sur la couverture, c'est l'intérieur qui compte !

      Supprimer
  9. J'aime Riff Reb, (rencontré avec une de mes classes), j'aime London. ça devrait être une lecture à mon goût non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les ingrédients sont réunis en tout cas^^

      Supprimer
  10. J'adore les aventures maritimes en BD, bien plus qu'en roman en fait... Et pour l'avoir feuilleté avec toi, m'est avis que ça pourrait me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on l'a feuilleté ensemble^^ J'aimerais beaucoup savoir ce que tu en penses.

      Supprimer
  11. Sublime... tout comme son adaptation de "À bord de l’Étoile Matutine" de Pierre Mac Orlan...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas fait de billet sur "l’Étoile Matutine" mais je l'avais trouvé excellent.

      Supprimer
  12. Très tentant à la lecture de ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, tu peux te laisser tenter les yeux fermés.

      Supprimer
  13. ça pourrait bien me plaire ("Le loup des mers" fut une belle lecture adolescente !) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute que cette adaptation en BD devrait te convenir.

      Supprimer
  14. Fan de London et son "Martin Eden" en particulier, Je lirais volontiers celui-ci ainsi que l'adaptation de Mac Orlan d'ailleurs. les deux devraient me plaire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras facilement les trouver à la bibliothèque mais ça devrait être jouable.

      Supprimer
  15. Faut voir, je ne suis pas tentée de prime abord, mais je passerais peut-être à côté de quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, à toi de voir. En tout cas moi j'ai bien aimé.

      Supprimer
  16. Lu lorsque j'étais plus jeune ( ou lorsque j'étais jeune, il faut bien l'avouer !) ce roman de London m'avait fasciné par la puissance que dégageait le personnage de Loup Larsen. J'ai souvent imaginé les images, un homme terrifiant et en même temps fascinant. Je jetterai un oeil à cette BD (sans grande conviction de la trouver dans ce coin du monde :( )car cela me rappelle de bons souvenirs de lecture...comme tout London tu me diras ! (tiens j'ai dans ma Pal Construire un feu, pas encore lu)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Construire un feu, j'adore ! Et l'adaptation en BD de Chabouté est absolument sublime^^

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !