mercredi 13 mars 2013

Kongo - Tom Tirabosco et Christian Perrissin

Tirabosco et Perrissin
© Futuropolis 2013
Printemps 1890. Teodor Jozef Konrad Korzeniowski (qui prendra plus tard le nom de plume de Joseph Conrad) est engagé comme officier de marine marchande par la Société Anonyme Belge pour le commerce du Haut-Congo. Quittant Bordeaux le 10 mai, il débarque dans le port de Boma courant juin. Il rallie ensuite Matadi. C’est de là qu’il part à pied avec une caravane de 31 hommes pour Kinshasa où l’attend le navire dont il doit prendre les commandes. Une marche harassante de 19 jours dans des conditions extrêmes. Un avant goût de l’enfer qui l’attend lors de la remontée du fleuve en bateau. Animosité de ses compagnons belges qui ne voient en lui qu’un étranger chargé de faire un rapport accablant sur la façon dont ils exploitent les richesses du pays, chaleur insupportable, promiscuité, maladie et fièvre, hostilité d’une partie des autochtones… un voyage terrible dont il sortira à jamais marqué et qui lui servira de matériau de base pour la rédaction de son roman Au cœur des ténèbres publié en 1899.  

Un récit très documenté sur les sept mois passés par Conrad en Afrique. Après sa somptueuse trilogie consacrée à Marta Jane Cannary, Christian Perrissin prouve une fois de plus qu’il est à l’aise avec la biographie. L’écrivain anglais d’origine polonaise part en Afrique par nécessité économique mais aussi parce qu’il garde un souvenir émerveillé de sa lecture des œuvres de l’explorateur Henry Morton Stanley (célèbre pour avoir retrouvé Livingston sur les rives du lac Tanganyika en 1872). Le problème c’est que la réalité qu’il découvre est loin de la volonté philanthropique défendue notamment par la presse belge de l’époque. Les sauvages ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Les colons font preuve d’une cruauté abominable. Brutes sans scrupule cherchant à s’en mettre plein les poches, notamment grâce au commerce de l’ivoire, ils fouettent et assassinent avec une certaine délectation les noirs qu’ils recrutent dans les villages disséminés le long du fleuve. Point d’altruisme, juste l’exploitation inhumaine d’une main d’œuvre corvéable à merci. Une vision de cauchemar pour Conrad. On sent au fil des pages l’angoisse l’envahir devant la violence innommable qu’il découvre.

Les planches de Tom Tirabosco sont si évocatrices que l’on a parfois l’impression d’étouffer dans la moiteur de la forêt congolaise. Il lui aura fallu près de trois ans pour réaliser l’ensemble de l’album en utilisant la technique très particulière du monotype. Le résultat est tout simplement bluffant, charbonneux à souhait, totalement raccord avec l’inquiétude qui gagne l’écrivain au fil de son voyage.    

Un coup de projecteur sur une époque peu reluisante où, sous couvert d’émancipation, le colonialisme ne faisait qu’entretenir les immondes relents d’une forme de servitude supposée abolie depuis de nombreuses années. Un album d’une grande force qui souligne parfaitement le pessimisme sur la nature humaine qui caractérisera par la suite l’œuvre du romancier Conrad. Impressionnant !

Kongo de Tom Tirabosco et Christian Perrissin. Futuropolis, 2013. 175 pages. 24 euros. 


Tirabosco et Perrissin © Futuropolis 2013






32 commentaires:

  1. Allez ça c'est noté, je vais lire. Il est aussi question du périple africain de Conrad dans "Le rêve du Celte" de Vargas Llosa qui parle aussi forcément de ce salopard de Léopold II. C'est une histoire vraiment abominable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire terrible mais en même temps la position de Conrad est assez ambiguë. Il constate l'horreur mais à aucun moment il ne dénonce clairement le colonialisme. Et il n'est pas le dernier à maltraiter ses porteurs...

      Supprimer
  2. Un BD sombre dont les dessins m'attirent au premier coup d'oeil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une BD qui mérite vraient d'être lue^^

      Supprimer
  3. Je n'étais pas très tentée par cet album en fait. Le sujet ?? Du moins, sa présentation ne m'avait pas alléchée. Je suis mesurée mais j'irais feuilleter (parce que c'est toi ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Flatteuse^^
      Sincèrement, c'est un album extrêmement fort. Je vais devenir totalement fan des histoires troussées par Perrissin.

      Supprimer
  4. Je n'étais pas tentée non plus mais là tu m'intrigues !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne pense pas que les dessins me plairaient. Ce noir et blanc me paraît étouffant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est totalement étouffant mais en même temps c'est le but.

      Supprimer
  6. Je lirais bien cette BD parce que j'ai aimé ce que j'ai lu de Martha Jane Cannary,le tome 1 pour l'instant mais tu me donnes surtout envie de lire Conrad lui-même. Voilà longtemps que j'en avais l'envie mais je l'avais un peu oublié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De Conrad je n'ai lu que Typhon. Mais j'avoue qu'àprès cet album j'ai bien envie de découvrir Au cœur des ténèbres.

      Supprimer
  7. Déjà noté, faut vraiment que je revienne à la BD !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu y reviens par celle-là ce sera un bon choix selon moi^^

      Supprimer
  8. J'aime beaucoup les biographies en BD, et celle-ci me permettra de mieux connaître Joseph Conrad ainsi que le contexte colonial. Je pense que les planches me plairont aussi, en tout cas j'aime celle que tu as choisie. C'est donc noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis content de t'avoir donner envie de te pencher sur le cas de cet album^^

      Supprimer
  9. Intéressant, encore une fois ! je me demande si je vais arrêter de venir vous voir cher Jérôme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis j'essaie de trouve un truc vraiment mauvais pour la semaine prochaine^^

      Supprimer
  10. Hum... avec mon peplum je ne fais pas le poids. Ton histoire est bien plus émouvante que la mienne. Mais je ne sais pas si ça me convient. Je garde en mémoire cette couverture et si ma main l'effleure à la bibli...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a l'air bien ton peplum (mais c'est vrai que je préfère mon album^^).

      Supprimer
  11. Depuis le temps que je veux lire Conrad (qui a bien fait de changer de nom, tiens ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que s'il avait gardé son nom polonais il aurait eu du mal à le faire tenir sur la couverture de ses ouvrages.

      Supprimer
  12. Je n'ai jamais lu Conrad mais je suis tenté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il y a vraiment de belles choses dans sa bibliographie.

      Supprimer
  13. Du fait que j'ai lu et Au coeur des ténèbres et une biographie un peu trop hagiographique à mon goût de Léopold II, le roi qui a voulu doter la Belgique d'une colonie africaine, le sujet m'intéresse et ta BD me tenterait bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça me fait plaisir ! Il y avait longtemps que je ne t'avais pas tenté avec une BD il me semble.

      Supprimer
  14. Conrad... Qu'est-ce que j'ai pu l'étudier celui-là ! J'aimais bien cela dit et cette bio que tu présentes m'intrigues je dois dire... Notée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon coté je n'ai jamais étudié cet auteur mais j'ai bien l'intention de le découvrir davantage maintenant.

      Supprimer
  15. Hum, certainement une de mes prochaines lectures ! Le sujet m'intéresse et surtout Tirabosco qui m'a toujours ravie par son dessin inhabituel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est incroyable sa technique du monotype. J'ai lu une interview où il explique le procédé et j'avoue que je n'ai pas tout compris^^

      Supprimer
  16. Il est dans ma PAL... j'évite danc de lire ton avis avant lecture ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de voir ce que tu vas en penser !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !