dimanche 24 mars 2013

Knockemstiff - Donald Ray Pollock

Pollock © Libretto 2013
Donald Ray Pollock m’avait littéralement troué le c.. l’an dernier avec son premier roman, Le diable toutle temps. Une énorme claque à laquelle je ne m’attendais pas du tout. A la fois totalement barré et parfaitement maîtrisé, dévastateur, sans aucune retenue. Pas un bouquin pour les petites natures, quoi.

A découvrir aujourd’hui ces nouvelles publiées avant le roman, je me dis que le bonhomme sait aussi y faire avec la forme courte. Ce que j’apprécie chez lui, c’est qu’il ne faut pas trois plombes avant de savoir où on met les pieds. Laissez-lui cinq lignes et il vous plante le décor de façon magistrale. Exemple avec la première phrase de la nouvelle intitulée Dynamite Hole : « Je descendais juste des Mitchell Flats avec trois pointes de flèches dans ma poche et un serpent copperhead mort qui me pendait autour du cou comme un châle de vieille bonne femme, quand j’ai surpris un gars nommé Truman Mackey en train de baiser sa petite sœur dans Dynamite Hole. »   

Bienvenue à Knockemstiff, Ohio. Le trou de balle de l’Amérique. Une population 100% blanche, désœuvrée, décérébrée, accro à toutes les sortes d’opiacées imaginables et qui vit dans des caravanes où des mobil-homes. On y croise un père ravi de voir son fils casser la gueule à un autre gamin sous ses yeux, une nièce qui joue les racoleuses pour sa tante et drogue le premier clampin venu afin que la tata ait un homme à poil dans son lit en se réveillant le matin ou encore une nana qui adore à ce point le poisson pané qu’elle en garde toujours quelques bâtonnets au fond de son sac à main. Tous ces gens vivent en vase clos. Impensable pour eux de sortir des limites du comté pour aller « découvrir le monde. » Et quand ils tentent leur chance c’est pour être pris en stop par un camionneur aux intentions pas très catholiques. Dix-huit nouvelles pour autant de cas totalement irrécupérables. Y a pas à dire, elle est pas jolie-jolie la vie au fin fond de l’Ohio !

Attention, cette prose au vitriol est dangereuse : ça pique, ça gratte, c’est hautement abrasif et furieusement décomplexé. Vous serez prévenu, lire une nouvelle de D. Ray Pollock, c’est un peu comme s’exfolier au papier de verre. Spéciale comme pratique mais perso, c’est tout ce que j’aime...

Un grand merci à Valérie qui m’a signalé que ce titre faisait partie de la sélection de la dernière opération Masse critique de Babelio. Sans elle je crois que je serais passé à coté et j’aurais vraiment raté quelque chose !

Knockemstiff, de Donald Ray Pollock. Libretto, 2013. 346 pages. 9,10 euros. 



30 commentaires:

  1. Pa tentée par le papier de verre....

    RépondreSupprimer
  2. Le fameux recueil... Je souris en relisant la citation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tu as lu ces quelques lignes hier^^

      Supprimer
  3. je me souviens du film délivrance avec ce fameux duel banjo guitare
    http://www.wat.tv/video/delivrance-duel-banjo-guitare-zcex_2ey2j_.html

    pas sûre que je lirai ce livre(je cherche plutôt du remontant en ce moment) et je me demande pourquoi ce grand pays peut avoir une telle population
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une communauté digne des hilbillies, ces cul-terreux originaires des Appalaches totalement incultes et viscéralement attachés à leurs terres.

      Supprimer
  4. Mmmh... Pas forcément ce vers quoi je me tournerais, mais à essayer. La forme courte a l'avantage de faire découvrir un auteur sans s'embarquer dans 500 pages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mieux c'est de prendre 10 minutes en librairie pour lire la 1ère nouvelle. Tu sais tout de suite si ça va te plaire ou pas !

      Supprimer
  5. Hum... j'ai un peau délicate moi ! Pas mon truc, l'exfoliation au papier de verre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute bien que ce recueil n'est pas pour toi. Une lecture que je te déconseille fortement !

      Supprimer
  6. C'est tout à fait ce qui me convient ! Après le diable tout le temps je resigne !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, content de convertir au moins une lectrice !

      Supprimer
  7. Ce billet est abrasif ! Très tentant, du coup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, Pollock mérite vraiment d'être lu !

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Oui, c'est une thématique récurrente dans ce recueil.

      Supprimer
  9. Ouah !!! Rien que la lecture de la première phrase de "Dynamite hole", et je commande les 18 feuilles de papier de verre, l'exfoliation, j'aime ! et "le diable tout le temps", j'avais adoré aussi l'abrasion quasi apocalyptique ,le côté Nick Cave qui aurait épousé Patty Smith.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ALors là, laisse-moi te dire que j'attends la publicaton de ton billet avec la plus grande impatience !

      Supprimer
  10. J'ai déjà noté Le diable tout le temps, que tu avais classé dans tes coups de coeur lors du bilan de l'année 2012. Je suis certaine d'aime la prose corrosive de cet auteur. Je note aussi ce recueil du coup ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux commencer par Le diable tout le temps, tu eras tout de suite dans le bain.

      Supprimer
  11. pas encore eu le temps de lire le premier que se profile un second, ouhhh le rythme des éditeurs est dur à suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais en fait celui-ci était paru en grand format avant le roman. Aujourd'hui c'est la réédition en poche.

      Supprimer
  12. S’exfolier au papier de verre, rien que ça... Mais j'ai bien envie de tenter l’expérience moi, c'est que je suis habituée aux pratiques extrêmes avec mes lectures inavouables maintenant... et puis ça me changera ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux déjà lire Le diable tout le temps, j'ai cru comprendre qu'il était dans ta pal...

      Supprimer
  13. Déjà le prénom de l'auteur situe bien... Si on ajoute le titre du recueil, on a tout compris. Allez, je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention à toi, ça va gratter sévère !

      Supprimer
    2. Moins longtemps qu'en français, il n'a que 206 pages en anglais.

      Supprimer
    3. C'est peut-être un format plus grand.

      Supprimer
  14. Bon bah celui-là aussi je le veux.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !