jeudi 21 mars 2013

La Cendrillon du canal de Liu Xinwu

Je n’avais pas lu de littérature chinoise depuis presque deux ans et le recueil de nouvelles A bicyclette qui m’avait fortement déçu. Il a fallu un billet de Natiora présentant un ouvrage de Liu Xinwu pour que j’ai enfin envie de m’y remettre.

Pour tout vous avouer, j’ai commencé ce livre pendant l’accouchement de ma femme. Je savais que ça allait être long et que mon champ d’action serait relativement limité durant plusieurs heures alors j’avais prévu un peu d’occupation. Je n’ignore pas que le papa peut soutenir la future mère pendant le travail, qu’il peut l’aider à trouver les positions les plus confortables au moment des contractions et qu’il peut même lui faire un massage pour la soulager mais je ne m’en sentais pas capable (il faut dire que j’avais séché les cours sur la place des papas au moment de l'accouchement proposés par les sages femmes et que du coup je manquais sérieusement de références). Alors oui, pendant que ma femme souffrait le martyre dans une baignoire de la maternité, je lisais un livre. Du moins j’essayais parce qu’entre ses cris de douleur et les allées et venues incessantes du personnel médical, difficile de se concentrer (oui, je sais, je suis horrible, mais c’est la pure vérité, lynchez-moi sur la place publique si le cœur vous en dit, j’assume). Bref, j’ai dû tout reprendre à zéro la semaine dernière tant mes conditions de lecture lors de ma première tentative n’avaient pas été idéales…    

Deux nouvelles dans ce recueil. La première est celle que j’ai préférée. A Shanghai, on suit la jeune Caimei, défigurée par une horrible tumeur qu’elle ne peut soigner faute d’argent et qui va perdre son emploi de servante dans une famille cossue. Commencent pour elle des heures d’errance au cours desquelles elle croisera quelques personnages chaleureux cherchant à lui venir en aide. Une bien jolie réflexion sur la trajectoire de ces petites gens venus de la campagne pour faire fortune en ville et qui se retrouvent le plus souvent dans une misère noire et une promiscuité difficilement supportable : « Sanglots de gens de la campagne venus à la ville. Ces pleurs recelaient d’indicibles et d’innombrables souffrances, mélange de situations compliquées, de combats, de revers, de désarrois, de doutes, mêlés à d’infinies espérances… »  Avec comme petite note positive la solidarité et l’altruisme des personnes originaires de la même région.  

Le second texte se déroule à Pékin. Une femme reconnaît dans le chauffeur taxi qui l’amène à l’aéroport un homme qu’elle a follement aimé vingt ans plus tôt. Elle n’ose lui parler et se souvient avec nostalgie de leur première étreinte : « cela avait été beau, très beau, car tout était parti du cœur, tout avait été si harmonieux, une telle complicité les liait ; tout avait été parfait sur tous les points… Marée haute graduelle, ondes successives, déferlement de vagues, secousses telluriques, ébranlement céleste… Tout le monde n’a pas la chance d’avoir connu une telle première nuit… ». Mais les années ont passé et leurs chemins se sont séparés. Elle s’est mariée à un américain et est devenue riche alors qu'il est resté un homme du peuple. Le temps du trajet, elle se demande ce qu’elle serait devenue si elle était restée avec lui…

Deux portraits de femmes touchants, teinté d’une veine humaniste typique de la littérature chinoise. Voila en tout cas un auteur que j’aurais le plaisir de retrouver d’ici peu avec Poussière et sueur, un court roman qui vient tout juste d’atterrir sur ma pal. Merci Natiora !   

La Cendrillon du canal de Liu Xinwu. Folio, 2012. 115 pages. 2,00 euros. 

22 commentaires:

  1. Ma foi, lire est mieux que s'évanouir et gêner le bon déroulement de l'accouchement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord. Et puis le principal est d'être présent, même dans le rôle du spectateur attentif.

      Supprimer
  2. T'aurais pu faire pire, genre prétexter qu'il fallait s'occuper des deux autres enfants ou t'isoler en écoutant de la musique :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impensable de ne pas être présent. Et puis concernant la musique, si tu n'amènes pas tes propres CD, il faut se taper la radio, ce qui n'est pas l'idéal...

      Supprimer
  3. Je suis ravie de t'avoir réconcilié avec la littérature chinoise, du moins pour cette fois :) Ce que tu en dis me rappelle Poussière et sueur, on voit le contraste entre les gens de la ville et les gens de la campagne. Ces nouvelles m'ont aussi l'air très touchantes, je me laisserais bien tenter.
    Quant à la partie de ton billet consacré à l'accouchement ma foi, j'ai honte mais tu m'as fait rire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Poussière et sueur m'attends sur le haut de ma pal, je vais vite m'y plonger.

      Supprimer
  4. Conclusion : il ne sert à rien d'apporter de la lecture pendant un accouchement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors il faut aussi apporter des boules quies.

      Supprimer
  5. Hi hi, moi aussi, j'ai bien ri !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le coup ce n'était pas si drôle que ça (surtout pour ma femme...).

      Supprimer
  6. Pareil, pendant mon accouchement, je lisais mais impossible de me concentrer avec le personnel !!! Pfft
    Moi aussi, ça fait un bail que je n'ai pas lu de livre chinois. Tu me donnes envie de m'y remettre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant si je te donne envie de t'y remettre, cette une littérature de qualité.

      Supprimer
  7. Toujours avoir un livre en toute circonstance... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça. Une devise à ne pas oublier.

      Supprimer
  8. Bonsoir Jérôme, ta femme lit ton blog ? Le premier paragraphe est croustillant de drôleries... hum...
    Sinon, j'aimerais bien lire la seconde histoire, la première est triste. Livre noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il lui arrive régulièrement d'y jeter un oeil. Après, on est ensemble depuis bientôt 19 ans, elle me connaît par coeur et m'a déjà pardonné bien des frasques...

      Supprimer
  9. Cocasse comme contexte de lecture. J'espère que tu n'as pas fait la lecture à haute voix à ta femme, parce que la tumeur, l'amour déçu, etc, bonjour l'ambiance en plein accouchement ;-) A part ça, moyennement tentée par ces deux nouvelles, même si je me dis depuis longtemps qu'il faudrait que je découvre la littérature chinoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je n'ai pas osé la lecture à voix haute. De toute façon le public n'aurait pas été très réceptif^^

      Supprimer
  10. Pas trop tentée par ces nouvelles non plus. Plus que le côté comique, ce qui me marque dans ton anecdote, c'est le souvenir auquel il me renvoie : la peur panique que m'ont causé, lors de la visite de la clinique avant l'accouchement, les cris d'une femme qui devait apparemment accoucher sans péridurale. Lors du mien, je me suis, heureusement, surtout ennuyée : mon ex n'avait pas pris de livre, je n'ai donc pas osé sortir le mien.

    RépondreSupprimer
  11. Les cris ce n'est heureusement pas automatique^^ Mais là, avec le déclenchement "artificiel" les contractions étaient beaucoup plus fortes que lors d'un accouchement naturel.

    RépondreSupprimer
  12. Tss, tss, tss... comment dis-tu déjà ? Tu manquais "sérieusement de références"... au bout de la 3e ?
    Bah, je reste sur mon quant-à-soi concernant la littérature japonaise à laquelle je suis visiblement hermétique ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nul n'est parfait que veux tu (et surout pas moi^^).

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !