mardi 1 novembre 2016

Puisque aujourd'hui c'est permis...

Parce que le rendez-vous inavouable de Stephie du mois de novembre coïncide cette année avec la Toussaint, je me suis permis un premier mardi spécial « gros seins ». Tous les livres présentés ci-dessous trônent fièrement sur les étagères de mes bibliothèques (tout en haut, pour échapper aux regards innocents). Ce n'est pas le billet le plus fin de ma carrière, je vous l’accorde, j’espère que vous m’autoriserez à être particulièrement lourd au moins une fois dans l’année, et si ce n’est pas le cas et bien tant pis, vous n’aurez qu’à revenir demain, je vous parlerai de Mickey^^


Un recueil d’histoires courtes qui vaut surtout pour le premier récit, celui de la Comtesse de Frivoli se lançant au cœur de la jungle africaine à la chasse au léopard et se retrouvant, pour son plus grand plaisir, aux mains d’une tribu d’excités. Excitées, les femmes (à fortes poitrines, cela va de soi) le sont toujours dans ce petit livre à l’humour potache et un peu gras où les membres vigoureux et turgescents se donnent sans compter pour assouvir les appétits insatiables de ces dames. Pas follement original mais plutôt bien réalisé.

Merci à Manika pour le cadeau !


Jungle Fever de Douglo. Dynamite, 2014. 50 pages. 9,00 euros.


C'est l'histoire d'une jeune femme qui, un matin, réalise qu'elle n'est plus amoureuse de son compagnon. Elle décide alors de lui écrire une lettre de rupture. Le texte sonne au départ comme une bafouille griffonnée à la va vite et collée sur le frigo mais peu à peu les mots révèlent une ironie mordante, des reproches en cascade et un constat d’échec sans appel.

Le dessin est chic, élégant, vraiment classe et sensuel. Mais l’album se lit bien trop vite et en dehors d’être graphiquement très réussi, il reste au final assez anecdotique.



Darling chéri de Walter Minus. Hachette Comics, 2016. 32 pages. 14,95 euros.


Les Loisirs d’Anna raconte les aventures d’une jeune secrétaire d’apparence toute timide qui, le week-end venu, se transforme en femme fatale assoiffée de sexe. Sa spécialité : offrir des moments de détente torrides à de jeunes salary men surmenés ou à des étudiants ayant sérieusement besoin d’être déniaisés. Sans contrepartie financière ou autre, juste pour aider son prochain. Duo, trio, partouze, la petite n’a pas froid aux yeux, c’est le moins que l’on puisse dire.

Du manga porno classique où les filles ont comme il se doit des poitrines phénoménales. Pas vraiment mon truc mais les amateurs du genre se régaleront.



Les Loisirs d’Anna T1, de Saigado. Taifu Comics, 2009. 220 pages. 8,95 euros.


Dans un monde futuriste à l'abandon, un virus incontrôlable transforme les hommes en mutants assoiffés de sang. Seul le sérum permet d'échapper à la maladie. La pulpeuse Druuna est prête à tout pour obtenir le précieux remède et sauver son amoureux Schastar, gravement atteint. Dans un environnement où le sexe et la violence sont rois, la jeune femme va devoir user de ses charmes pour parvenir à ses fins.

Un chef d'oeuvre de la BD érotique et de la SF. Le graphisme de l'italien Paolo Serpieri est tout simplement incroyable. J'ai découvert cette série au début des années 90, j'avais à peine 15 ans et Druuna a peuplé nombre de mes nuits (et à cause d'elle j'ai aussi tâché nombre de mes draps mais je préfère ne pas m'étendre sur le sujet...).





Druuna T2 de Paolo Serpieri. Dargaud, 1987. 64 pages. 14,50 euros (épuisé et réédité depuis par Glénat mais avec des couvertures bien moins attirantes je trouve)


Trois hommes et une femmes sortent d'un marais avec des scaphandres. Ils retirent leur attirail et se retrouvent entièrement nus, dans une jungle hostile. Ils sont semblent-ils les derniers être humains et les hommes font de la femme leur plus précieux trésor. Logique puisque celle qu'ils surnomment Eve est le dernier espoir de sauver l'espèce. Inspectant les alentours, ils découvrent les vestiges d'une civilisation disparue et finissent par se demander s'ils sont vraiment seuls...

Un classique de la BD érotique que je n'avais jusqu'alors pas eu la chance de découvrir, l'erreur est réparée. C'est étrange, glauque, excitant, mystique, très osé. Le dessin est incroyablement expressif, l'anatomie féminine exposée sous toutes ses coutures. A l'évidence Riverston est bien plus à l'aise pour représenter les femmes que les hommes. Bon, pour être honnête, je suis pas certain d'avoir tout compris, impression renforcée par le fait que l'histoire n'ait jamais été menée à son terme par l'auteur. Mais je dois reconnaître que j'ai vécu une expérience de lecture assez perturbante et rien que pour ça, ça valait la peine.




Nagarya de Riverstone. Dynamite, 2016. 150 pages. 24,95 euros.


Pas vraiment de conclusion à attendre pour clore ce billet, disons juste que les gros seins en couverture, c'est  vendeur (en ce qui me concerne du moins). Et qu'un peu de vulgarité ne fait jamais de mal (en ce qui me concerne du moins).




Tous les participants du premier mardi
sont à retrouver chez Stephie








34 commentaires:

  1. Je dois lire Nagarya. Je l'ai feuilletée et si j'aime beaucoup le corps de cette femme, je n'ai en effet pas l'impression que le scénario soit abouti :)
    Merci de t'être encore une fois dévoué pour le rendez-vous :)

    RépondreSupprimer
  2. Cela ne va pas être si facile de passer à Mickey après ça. Quoique, les oreilles, à bien y réfléchir, il y a peut-être un lien possible... A demain ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien j'ai réussi à relever le challenge ;)

      Supprimer
  3. Passer de Toussaint à Gros seins, il faut le faire, tu es d'humeur provocatrice ^^ Bon, pas pour moi, hein, la BD érotique, à part le dieu Manara, ce n'est pas trop mon truc ^^

    RépondreSupprimer
  4. Mouarf...! J'admire ton abnégation, c'est beau je trouve ! 😂

    RépondreSupprimer
  5. Ahahaha ce "mardi c'est permis", c'est quand même un gros prétexte pour justifier certaines lectures. J'avoue, ça passe bien comme ça.:-) Euh les dialogues de Druuna, c'est quand même du niveau Harlequin, hahaha !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne dis pas de mal de Druuna, c'est ma préférée :p

      Supprimer
  6. Ah que je suis ému par tous ces seins ! Nous sommes (les hommes et les lesbiennes ) attirés par les poitrines féminines, pourquoi? Souvenir des tétées de nos mamans ? Va savoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire je ne me pose pas trop la question :)

      Supprimer
  7. mdrrrrrr quel sacrifice tu as dû faire pour écrire ton billet mon pauvre! Mouaha ha ha ha ha ha
    Il a bien fallu que tu ressortes tes vieux livres de la poussière (ou de l'étagère du haut....), pour inspirer ta plume on s'entend.............. purée la Druuna elle est équipée pour veiller tard!!! :D))))
    Tu es un homme de sacrifice Jérôme, j'admire PTDR

    RépondreSupprimer
  8. Rho chez toi c'est bien la Tous Seins :O)
    Faudrait que je retrouve le titre d'une BD très érotique qui peuplait mes étagères d'adolescente... Mais je ne la retrouve pas...
    Bref
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu retrouves le titre de cette BD ça m'intéresse, hein ;)

      Supprimer
  9. ah oui effectivement tu t'es gâté en gros seins :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de mal à se faire du bien, non ?

      Supprimer
  10. Une belle sélection tu nous gates ! Les dessins du dernier ressemblent presque à des photos !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les peaux ont un grain proche de la photo, c'est vrai.

      Supprimer
  11. Mouhaha , j'avoue que tu t'es lâché ! J'avais un copain dans les années ...70 qui avait des tonnes de BD magnifiques, même les érotiques étaient superbes, je n'ai rien noté à cette époque j'aurais dû...ne serait-ce que pour t'en parler ! :) Demain c'est le jour des Morts, je crains le pire :) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tu aurais dû, c'est toujours intéressant ce genrede références^^

      Supprimer
  12. Normal de parler gros seins pour la Toussaint !

    RépondreSupprimer
  13. A part une BD, pas de BD porno sans gros seins donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est possible, si, il y a une BD américaine qui a pour titre "Omaha" où l'héroïne a une poitrine "normale".

      Supprimer
  14. Je participe rarement mais je rigole bien avec ce rendez-vous !

    RépondreSupprimer
  15. Comme je suis un peu lent, il m'a fallu un moment pour comprendre le lien entre tous ces seins et la...Toussaint !! ^^

    RépondreSupprimer
  16. Réponses
    1. Je vais le prendre comme un compliment...

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !