dimanche 13 novembre 2016

L’homme qui fouettait les enfants - Ernest J. Gaines

Le procès venait de se terminer au tribunal de Bayonne, Louisiane. Il s’est avancé dans l’allée centrale le pistolet à la main, a crié haut et fort « Fils ! », et a tiré. Le prisonnier s’est écroulé, tué sur le coup. Ensuite le vieux Brady Sims a demandé au shérif de lui laisser deux heures. Après, il pourrait venir l’arrêter. Il est ressorti du tribunal, est monté dans son camion et a démarré sur les chapeaux de roue.

Le narrateur, jeune reporter du journal local revenu depuis peu dans sa ville natale après ses études, a assisté à toute la scène. Arrivé sur place après coup, son chef lui demande de rédiger un « article à résonance humaine » sur ce qui vient de se passer.  Pour mieux comprendre les faits, la serveuse d’un restaurant du coin lui conseille de se rendre au salon de coiffure de Felix. Les vieux qui y discutent toute la journée sauront lui dire pourquoi Brady, l’homme qui fouettait les enfants, a tué son propre fils.

Je retrouve toujours Ernest J. Gaines avec le même bonheur. Depuis « Une longue journée de novembre », depuis la magnifique « Autobiographie de Miss Jane Pittman », depuis son chef d’œuvre « Dites-leur que je suis un homme ». J’ai aussi lu son premier roman « Catherine Carmier », « D’amour et de poussière », « Colère en Louisianne », « Par la petite porte », « Quatre heures du matin », « Mozart est un joueur de blues » et « Au nom du fils ». En fait j’ai lu absolument tous ses livres. Né en 1933 sur une plantation de coton, il est pour moi l’écrivain noir du Sud profond le plus emblématique, celui qui parle le mieux de ce qu’il appelle « son monde », celui des afro-américains bien conscients du fait qu’ils vivent dans une région où l’égalité entre noirs et blancs n’existera jamais.

Qui aime bien châtie bien alors force est de reconnaître que cette novella ne restera pas comme son meilleur texte. La faute sans doute au décor choisi, à savoir ce salon de coiffure où l’histoire de Brady racontée par les habitués des lieux prend des airs de discussion de comptoir. Toute la verve de Gaines, sa maîtrise de l’oralité et la fluidité de ses dialogues s’y exercent mais la réflexion y perd en profondeur. Le parcours du tueur donne l’impression d’être survolé et la conclusion s’avère aussi inéluctable que prévisible. Dommage. Pour autant Gaines est et restera ce grand auteur américain pour lequel je garderai à jamais une admiration sans borne.

L’homme qui fouettait les enfants d’Ernest J. Gaines. Liana Levi, 2016. 110 pages. 12,00 euros.





38 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ! si je croise ce bouquin, je pourrais quand même me laisser tenter ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux lire ses autres livres aussi ;k)

      Supprimer
  2. Grâce à toi, j'ai découvert cet auteur avec ce beau titre qu'est "Dites-leur que je suis un homme", et "Au nom du fils" est dans ma PAL. Je note aussi "Autobiographie de Miss Pittman" qui visiblement t'a beaucoup plu..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, autobiographie est un roman splendide !

      Supprimer
  3. Je chercherai un livre de cet auteur, mais pas celui-ci

    RépondreSupprimer
  4. Au fait, Par quel livre me conseilles-tu de commencer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Autobiographie de Miss Jane Pittman" est parfait pour commencer selon moi.

      Supprimer
  5. Toujours à découvrir mais après tous ceux que tu cites, je ne sais plus par lequel commencer : je vois que dans ma LAL j'ai noté "Au nom du fils"...

    RépondreSupprimer
  6. Je vais découvrir cet auteur, obligé... C'est grâce à toi que je me suis offert "Dites-leur que je suis un homme", il m'attend ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Jérôme, veux-tu bien me dire comment ça se fait que je ne connais pas Ernest J. Gaines? Il est temps de remédier à ce manque. Merci pour la découverte. Je vais, pour commencer, mettre la main sur "Dites-leur que je suis un homme" et "Une longue journée de novembre".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour moi un auteur américain incontournable, indispensable même.

      Supprimer
  8. Oups!
    Il me semble avoir lu Autobiographie de ;.. mais il y a si longtemsp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as oublié l'histoire de la vieille (et centenaire) Miss Pittman ?

      Supprimer
  9. Et bien moi non plus je ne connaissais pas cet auteur que tu me donnes vraiment envie de rencontrer. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur important. Pour moi tout au moins.

      Supprimer
  10. je pense que je lirai de cet auteur ses livres qui t'ont complètement enchanté. Mais j'ai tant de retard dans mes lectures...

    RépondreSupprimer
  11. Un homme qui n'aime ni les chiens, ni les enfants...ne peut être entièrement mauvais ! (W.C. Fields)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi il n'y a que les chiens que je n'aime pas :)

      Supprimer
  12. Ecoute, je ne connaissais pas cet écrivain. Mais je retiens que pour le découvrir, je ferais bien de commencer par Dites-leur que je suis un homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait une excellente idée en effet ;)

      Supprimer
  13. Je n'oublie pas que tu m'as fait découvrir cet écrivain et que depuis j'étudie Dis-leur que je suis un homme avec mes terminales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en rappelle parfaitement, on avait même fait une lecture commune ;)

      Supprimer
  14. Bon, ne pousse pas de grands cris mais je n'ai toujours pas lu "Dites-leur que je suis un homme" (dans mon top LAL mais il a tendance à s'enfoncer sous les nouvelles tentations...).

    RépondreSupprimer
  15. Comme tu le sais,j'ai trouvé son plus beau roman il y a peu, donc il est là au chaud - et ton billet me dit qu'il faut que je l'ajoute à mon prochain programme de lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il le faudrait oui, il a tout pour te plaire ce roman.

      Supprimer
  16. Tu as lu plusieurs livres de cet auteur et du coup tu m'intrigues, il faudrait bien que je le découvre! Au premier abord j'ai eu du mal avec le titre, ça me laissait présager un roman qui me serait trop difficile à lire, mais après ton billet c'est différent, j'aurai au moins envie d'en lire un, peut-être "Dites-leur que je suis un homme"? Merci pour la découverte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu finiras bien par lire "Dites-leur que je suis un homme", pas possible autrement !

      Supprimer
  17. Jamais lu le bonhomme moi... Je sais ce qu'il me reste à faire...

    RépondreSupprimer
  18. Je ne connais pas cet auteur mais je ne crois pas que ce type de livre est fait pour moi...ça me fait peur dans mon petit coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça bouscule un peu mais ce sont des lectures nécessaires je trouve.

      Supprimer
  19. Je sens d'ici la chaleur du sud et la musique qui se dégage de ces pages ! Merci pour la découverte, il ne va se passer trop de temps avant que cet auteur rejoigne mes étagères !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !