mardi 8 mars 2016

Dans le désordre - Marion Brunet

Le groupe
La bande
La famille
Le nœud
La meute
Ils sont là.

Ils sont sept. Sept parcours, sept destins, sept histoires, sept caractères réunis par la même envie de vivre autrement, à la marge. Vivre libre, ensemble, loin des carcans. La rage au ventre, ils débattent, s’engagent, manifestent. Face aux CRS, dans les effluves des gaz lacrymogènes, ils tissent des liens indéfectibles. Investissant une maison « abandonnée », ils mettent en œuvre dans leur squat une organisation collective permettant à chacun de s’épanouir. Et au milieu de ce terreau libertaire va pousser la plus belle des histoires d’amour. Entre Jeanne et Basile, c’est le coup de foudre, l’attirance incontrôlable, cet autre que l’on ne pensait jamais trouver et qui pourtant est bien là, bras, cœur et corps grand ouverts. Une relation fusionnelle, incandescente, intense, que l’on pense éternelle. Parce que demain ne leur a jamais paru aussi beau. Parce que « demain est une promesse »…

Marion Brunet ne donne aucune leçon avec ce roman engagé. Elle présente juste une façon d’envisager l’existence, certes marginale, mais qui en vaut bien d’autres. L’aventure humaine relatée ici conte le cheminement d’une bande d’amis unie par la colère et l’incompréhension face à un monde dont ils ne partagent pas les valeurs. Ils sont beaux ces enfants de la révolte. Attachants, sensibles, agaçants aussi parfois, tellement riches de leurs espoirs, de leur lucidité désenchantée, persuadés qu’ils ne changeront jamais les choses, car le pouvoir restera toujours à la force brute de l’état policier, mais incapables de rentrer dans le moule formaté que la société leur propose.

Le texte est porté par une écriture pleine de souffle, rythmée, percutante. Sans envolées lyriques malvenues mais avec un réalisme et une chaleur qui illuminent chaque page. Et puis cette fin tragiquement belle, qui vous empoigne et vous serre le cœur, vous laisse groggy et désemparé avant d’insuffler une petite dose d’optimisme qui redonne espoir. Un roman magnifique, qu’il serait stupide de réserver à un lectorat adolescent tant son propos est universel et ses qualités littéraires évidentes.

Dans le désordre de Marion Brunet. Sarbacane, 2016. 250 pages. A partir de 14 ans.


Une pépite que je partage évidemment avec Noukette.















29 commentaires:

  1. Erf ce billet ... Comment passer à côté de tes mots, de ce livre, de cette histoire, de cette plume ... Bon je m'y colle quoi !
    Bisous jeune homme <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lu et vraiment ce livre est un bijou ... merci pour divine découverte... Je vais le faire voyager maintenant ;-)

      Supprimer
    2. Il ne pouvait que te plaire.

      Supprimer
  2. ahah voilà qui pourrait bien plaire à la maison :-)

    RépondreSupprimer
  3. Trop trop de livres à noter !!! Stop ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne va pas s'arrêter en si bon chemin.

      Supprimer
  4. Un roman engagé à faire lire aux ados ? N'est-ce pas un peu dangereux ;-)

    RépondreSupprimer
  5. beau billet plein de souffle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mais c'est le roman qui veut ça.

      Supprimer
  6. Je me suis régalée ! Impossible de lâcher ce roman une fois commencé, j'ai été emportée dans le tourbillon... Et quelle plume ! Il va falloir qu'on relise du Marion Brunet très vite ! ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Hmmm oui, pourquoi pas si je n'avais pas déjà (aaargh) livres de retard. J'ai un challenge Jérôme moi !^^

    RépondreSupprimer
  8. Comment ne pas être tenté après ça ?...

    RépondreSupprimer
  9. C'est tellement vrai, les "enfants de la révolte" sont souvent si beaux, si vrais, si authentiques.
    Une belle pépite jeunesse encore une fois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle-ci est certifiée 100% pépite !

      Supprimer
  10. Je note .. tellement envie de "ce vivre autrement "

    RépondreSupprimer
  11. Lorsque j'ai découvert Frangine, je n'ai pas eu le sentiment de lire de la littérature adolescente. Marion Brunet a cet art de s'adresser à tout le monde avec des mots simples, écorchés et des phrases bien construites. Elle va direct droit au cœur et cela me plaît.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà très envie de la relire, ce sera sans doute avec "Frangine".

      Supprimer
  12. Je note, j'aime beaucoup Marion Brunet !

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !