jeudi 29 mai 2014

Petits arrangements avec nos cœurs - Camille de Peretti

J’accepte très rarement de recevoir un roman envoyé directement par l’auteur car je n’aime pas installer une trop grande proximité et me sentir redevable de quoi que ce soit. Pourquoi avoir fait une exception avec ce roman alors ? Parce que Camille de Peretti a su s’y prendre et que je suis faible. Elle m’a contacté avec un mail très personnalisé prouvant qu’elle avait lu certains billets du blog, notamment celui sur le livre de Daphné duMaurier ou j’affirmais être allergique aux écrivains à particule. Elle s’est engouffrée dans la brèche, me disant que « même si un réflexe de votre passé ouvrier vous interdit de lire un auteur à particule (mais c'était avant de découvrir Daphné Du Maurier), je souhaiterai vous envoyer mon livre » et ajoutant un argument imparable : « Je prends le risque que vous détestiez mon écriture, mais je suis curieuse, moi aussi. » J’avoue, j’ai aimé cette façon de procéder, cette petite pointe d’humour, cette absence de prétention que l’on trouve souvent chez les écrivains persuadés d’avoir pondu un chef d’œuvre dont on doit absolument parler. Bref, je me répète, elle a su s’y prendre et je suis faible. Et puis c'est bien connu, un homme a vite fait de jeter ses principes aux orties quand on sait s’y prendre…

Lorsque j’ai reçu le livre, j’y ai trouvé une gentille dédicace avec cette phrase pleine de lucidité : « j’ai bien peur de tendre le livre pour me faire battre ». Lucide parce qu’un roman mettant en scène une héroïne à particule amoureuse d’un trader, il y a des chances pour que ça m’agace au plus haut point. Pour autant, je me suis lancé sans à priori (promis !) et sans la moindre inquiétude, me disant qu’après tout, si vraiment ça ne passait pas, je ne me priverais pas de le dire.

L’histoire en deux mots ? Camille, 25 ans, retrouve le garçon de son premier baiser d’adolescente. Stanislas est devenu trader à Londres. Il est beau, riche et musclé, ils vont s’aimer et vivre grand train. Mais l’usure du quotidien va rapidement les rattraper et peu à peu les tourtereaux vont s’éloigner l’un de l’autre. Dans un dernier sursaut, ils vont tenter le tout pour le tout et entreprendre une traversée des États-Unis en voiture. Un road trip qui, loin de les rapprocher, va souligner de façon évidente la fin de leur histoire.

Premier constat, le name dropping permanent me gave toujours autant. C’est plus fort que moi, je ne vois pas l’intérêt de cette mode consistant à citer à tout bout de champ des noms de marques ou de personnalités. Deuxième constat, des amoureux transis qui se vouvoient, je n’arrive pas à m’y faire. Ça donne un coté précieux qui me hérisse le poil (et pas dans le bon sens). Troisième constat, pas moyen que je m’attache à une héroïne qui déclare : « Les choses qui m’impressionnent chez un homme sont rarement celles qu’il croit. L’argent, oui. […] La hargne, la persévérance, l’ambition, oui. C’est beau, des dents qui rayent le parquet. La rapidité d’esprit, oui. » Euh, c’est exactement tout le contraire de moi ça (même la rapidité d’esprit…).

Finalement Camille de Peretti avait raison de penser que son livre n’était pas pour moi. L’histoire d’amour qui vire en eau de boudin de ces pauvres petits enfants riches m’a laissé totalement de marbre. Par contre je n’ai pas détesté son écriture, loin de là, et je dois reconnaître qu'il y a quelques très jolis passages. Je ne doute par ailleurs pas un instant qu’elle ait mis beaucoup d’elle-même dans ce texte loin d’être désagréable à lire. C’est juste que ce genre d’autofiction (ben oui, la narratrice s’appelle Camille de Peretti et est écrivain) ne sera jamais à mon goût. Mais merci quand même pour la découverte de votre plume, chère Camille, le lecteur curieux que je suis ne regrette absolument pas d'avoir accepté votre proposition.

Petits arrangements avec nos cœurs de Camille de Peretti. Stock, 2014. 230 pages. 18,50 euros.


Une lecture commune que je partage avec L'irrégulière, Moka et Noukette.






44 commentaires:

  1. Je passe ...
    Je n'aime pas non plus ce genre de roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est quitte ou double avec un roman comme celui-là.

      Supprimer
    2. Quitte ou double, c'est ça : où on adore, où ça ne passe pas.

      Supprimer
  2. Je ne fais pas partie des sélectionné(e)s pour recevoir ce titre mais dès qu'un Peretti sort je me laisse souvent tenter.. Je savais pertinemment que tu n'aimerais pas. Moi, mon côté amoureuse blasée l'a emporté sur tout le reste. Et puis, je la suis depuis son premier roman et j'ai toujours été sensible à ses mots et ses histoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, un roman pour toi et pas pour moi. Il en faut pour tous les goûts ;)

      Supprimer
  3. Jamais lu cet auteur...
    Mais ton billet est fort élégant, je trouve;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée d'avoir fait un billet élégant ;)

      Supprimer
  4. Hâte de pouvoir confronter mon avis aux vôtres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande dans quel camp tu vas te placer...

      Supprimer
  5. Je pensais bien en effet qu'il ne te plairait pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais aussi de gros doutes avant de le commencer. Mais je ne regrette pas une seconde de l'avoir lu.

      Supprimer
  6. Ce n'est pas pour moi non plus... mais tu as su le dire avec les formes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé, du moins, de le dire avec les formes.

      Supprimer
  7. Curieux, cette envie d'être "impressionnée" par un homme. Ça a un petit côté Tarzan et Jane, non? Moi, je préfère être "troublée"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Troublé c'est bien. J'aime beaucoup être troublé (par une femme en ce qui me concerne...).

      Supprimer
  8. Finalement, tu es joueur... Je n'aurais pas pensé que tu te lancerais dans une telle lecture, effectivement très éloignée de ce que tu aimes d'habitude. J'ai les mêmes bémols que toi, exprimés différemment certes, mais dans l'ensemble je suis plus que d'accord... Reste que j'ai très envie de découvrir ses précédents romans, affaire à suivre donc... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis joueur, c'est pas faux. Mais je ne crois que je lirai ses romans précédents.

      Supprimer
  9. Quel billet sympathique. Même si tu n'as pas aimé, et tu as évoqué des arguments qui me parlent... je pense que l'auteure ne pourra en être meurtrie. Ce roman n'est pas pour moi non plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voulais surtout pas meurtrir l'auteure tout en exprimant mon ressenti avec honnêteté. Ce n'est pas simple...

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup ton billet d'une honnêteté totale... J'ai ressenti quelques bémols comme toi et j'ai accepté ce titre parce que j'avais aimé à contrario "nous sommes cruels" et que j'avais rencontré l'auteure "pour de vrai" en dédicace, elle est d'une grande humilité, sympathique et souriante (tu as eu raison d'être faible il y a de quoi). ;) J'espère qu'elle écrira de nouveau et que cette fois-ci elle déploiera plus sa plume (comme elle le fait enfin en fin de livre)... mon avis est qu'elle en est capable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle me semble en effet éminemment sympathique, et très simple, ce que j'apprécie beaucoup.

      Supprimer
  11. J'aime ton honnêteté ! Mais les amoureux qui se vouvoient, ça existe... ça peut être par jeu, par respect... et ça n'est pas plus ridicule que d'autres pratiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quant au name dropping, oui, beurk, pareil ! on va finir par avoir des bouquins comme les films à gros budget avec des marques qui apparaissent partout...

      Supprimer
    2. Le vouvoiement et le name dropping, je bloque, rien à faire. Mais ce sont des détails finalement.

      Supprimer
  12. moi j'ai bien ri en lisant ce billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pas vraiment le but mais peu importe (et tant mieux même !).

      Supprimer
  13. Pile poil comme le commentaire de Keisha.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pourrais donc être élégant... voila une qualité que je ne me connaissais pas.

      Supprimer
  14. Je n'ai lu que Thornytorinx...la fille au dessus de la cuvette, loin des particules nobiliaires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois que je lirai Thornytorinx...

      Supprimer
  15. Je ne connais pas du tout cet auteur, mais je trouve que son attitude est le signe d'une grande ouverture d'esprit, ce qui est rare de nos jours. J'irai feuilleter ses ouvrages à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, j'ai beaucoup aimé la simplicité avec laquelle elle m'a contacté.

      Supprimer
  16. Je ne suis pas séduit non plus par ce type d’autofiction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un genre avec lequel j'ai beaucoup de mal.

      Supprimer
  17. Il y a bien longtemps que j'ai envie de découvrir cette auteur dont j'ai d’ailleurs un livre dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais beaucoup découvrir ton avis masculin sur un de ses romans, tiens.

      Supprimer
  18. J'ai un titre de cette romancière dans lequel elle revisite les liaisons dangereuses, j'espère que ce sera mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là ce n'est pas bien ou pas bien, disons qu'il faut juste aimer ce genre de récit.

      Supprimer
  19. Tu es une gentille personne Jérôme, parce que je savais d'avance que ce livre ne te hérisserait pas dans le bon sens du poil...moi aussi je fuis l'auto-fiction (et les privilégiés qui se regardent avoir mal), donc je ne peux que te comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je suis gentil dans le fond ;)

      Supprimer
  20. Elle se décrit très bien elle-même dans Nous sommes cruels: "insupportable mais supportée".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paradoxalement ce n'est pas une fille que je trouverais insupportable (je parle de la narratrice). Elle a plein de défauts mais je comprends beaucoup de ses réactions finalement.

      Supprimer
  21. C'est vrai que la description du personnage masculin est à mille lieues de toi ... pas détesté cette histoire de jeunes gens friqués (après tout, tant mieux pour eux), c'est davantage le côté pessimiste de l'amour (les histoires d'amour finissent mal ...) qui m'a lassée. La première partie était plus attachante pour moi. Et la plume est belle, oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas détesté non plus mais c'est tellement loin de mon univers que je ne me suis pas vraiment senti concerné par cette histoire.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !