mercredi 14 mai 2014

Les temps mauvais : Madrid 1936 – 1939 - Carlos Giménez

« De 1936 à 1939, eut lieu en Espagne ce que certains historiens, versés en littérature, ont appelé « la dernière guerre romantique ». Pour ceux qui l’ont vécue, ce fut simplement la guerre. »

Madrid, de 1936 à 1939. Suite au putsch militaire de Franco, la ville est assiégée et les républicains tentent de résister au fascistes. Carlos Gimenez raconte la guerre civile à travers le quotidien d’une famille qui l’a vécue « de plein fouet ». Mr Marcelino, le père, est un socialiste modéré. Entouré de sa femme et de ses trois enfants, travaillant dans un atelier de confection, il va endurer les privations et vivre au milieu de l’horreur et du chaos. Arrestations et exécutions arbitraires, bombardements, famine, maladie, promiscuité, insécurité permanente, rien ne sera épargné aux madrilènes pendant trois ans, jusqu’à la défaite.

Cette intégrale regroupant quatre albums inédits en France se compose d’historiettes de quelques pages. Des tranches de vie  sidérantes de réalisme qui ne glorifient personne mais cherchent à montrer un conflit vécu à hauteur d’homme par une population terrorisée.

Dans un dossier très complet en fin d’ouvrage, l’auteur explique sa démarche : « Je voulais raconter la guerre du point de vue de ceux qui l’ont subie, ceux qui recevaient les bombes et ont connu la terreur, la faim, l’angoisse et la misère. Je voulais raconter la guerre en minuscules, la guerre du quotidien, celle des coulisses, celle de ceux dont on ne parle pas dans les journaux, ni dans les manuels d’histoire. »

Impossible selon moi d’avaler ce pavé d’une traite, il est préférable de procéder par étapes pour éviter l’indigestion et profiter au maximum de la richesse de l’ensemble.

Le dessin en noir et blanc serait davantage adapté à un registre humoristique mais plus on avance dans le recueil et plus on se dit qu’il colle parfaitement au propos. D’ailleurs, un trait plus réaliste aurait sans doute rendu les événements relatés à la limite du supportable.

Il faut aimer le genre, il faut aimer le sujet, il faut accepter d’être sacrément bousculé par l’atrocité du conflit. Mais il faut aussi reconnaître que c’est de la très grande BD historique, une somme d’une rare qualité que j’ai trouvé absolument passionnante.

Les temps mauvais : Madrid 1936 – 1939 de Carlos Giménez. Fluide Glacial, 2013. 240 pages. 35,00 euros.


Un album lu dans le cadre de l’opération « La BD fait son festival » organisée par Priceminister. Et puisqu’il me faut donner une note à ces « Temps mauvais », je leur accorde un 18/20 bien mérité.
















22 commentaires:

  1. Quelques planches ont paru dans mon quotidien, donc je sais que ça mérite le détour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve aussi que c'est une BD qui mérite que l'on s'attarde sur son cas.

      Supprimer
  2. La planche que tu montres ne me donne pas envie. J'ai du mal avec le noir et blanc quand les dessins sont fouillés et qu'il y a beaucoup de texte. Le thème me plait mais effectivement, je devrai le lire étape par étape, gare à l'indigestion sinon. Intéressant en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très facile le lire par petits bouts, c'est un avantage.

      Supprimer
  3. Malgré ton bel enthousiasme, je crains que ce pavé ne soit pas fait pour moi... Peur moi aussi de frôler l'indigestion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme tout, il ne faut pas trop en manger d'un seul coup ;)

      Supprimer
  4. Je veux bien essayer de le prendre dans les mains, après cela me fait penser à " La grande guerre de Charlie ", auquel cas, j'ai abandonné ma lecture, indigestion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas lu "La grande guerre de Charlie" mais je crois que ça me plairait.

      Supprimer
  5. Actuellement, j'ai envie de sujets plus légers. Mais ce passage de la guerre me semble intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé le propos passionnant. Dur mais passionnant.

      Supprimer
  6. Graphiquement, cela ne me parle pas du tout...
    Je ne sais pas si je me sens capable d'apprécier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas certain que ça te convienne en effet.

      Supprimer
  7. je paaaasse et j'en suis ravie! si tu voyais ma PAL (pas de BD, c'est vrai, celle-là est riquiqui)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finis déjà de lire "Le vent dans les saules", même si tu n'aimes pas (pffff....).

      Supprimer
  8. On dirait que tu n'as pas beaucoup de succès avec ce titre qui parait bien intéressant dans le contenu. Pour le dessin je demande à tester en bibliothèque peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est spécial et pas forcément enthousiasmant au départ, je peux le comprendre.

      Supprimer
  9. le dessin est vraiment indigeste , je crois que je suis incapable de m'y faire malgré l'intérêt du sujet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je l'aime bien le dessin., le noir et blanc surtout.

      Supprimer
  10. J'ai lu pas mal sur les combats du XXe siècle ces derniers temps, c'est pourquoi je recherche des histoires plus légères en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là ce n'est pas léger, je ne te dirais pas le contraire.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !