jeudi 22 mai 2014

On ne va pas se raconter d'histoires - David Thomas

65 textes en 150 pages. Des tout petits riens, des instantanés, des polaroïds. Beaucoup d’histoires de couples qui vacillent, mais pas que. Les narrateurs sont des hommes et des femmes qui savent manier l’ironie et ont la répartie cinglante. Des hommes et des femmes désabusés, lucides, d’une sincérité qui ne laisse aucune place à l’orgueil mal placé. C’est un régal absolu, c’est parfois absurde, souvent cruel, toujours très drôle. Et la légèreté de façade cache des réflexions bien plus profondes qu’il n’y parait.

L’exercice est incroyablement difficile. Parvenir à une telle épure et à une telle efficacité en termes d’écriture et de narration relève du tour de force. Et puis l’art de la chute est ici maîtrisé à la perfection. Mes histoires préférées ? Celle du gars seul qui, pour son anniversaire, s’achète un cadeau, le planque dans la maison et quelques jours plus tard s’enfile une bouteille de whisky. « Et une fois que je ne sais plus comment je m’appelle ni s’il fait jour ou nuit, je cherche mon cadeau. Cette année, je l’ai retrouvé. C’était un papillon épinglé dans une boîte. Je ne sais pas ce qui m’a pris de m’offrir un truc pareil. » J’ai aimé aussi celle du gars discret et silencieux, celui qu’on ne remarque jamais mais qui s’explose les oreilles chaque soir avec du hard rock (sans doute parce qu’il m’a rappelé quelqu’un…) ou encore ce dîner guindé où de l’apéritif au digestif, la discussion glisse de « Ah, moi je suis plutôt parc à l’anglaise, les jardins à la française m’ennuie… » à « Comment tu veux que je te branle ? ». Je pourrais en citer des tas d’autres tant les pépites se suivent à chaque page.

Un énorme coup de cœur, donc. Ce recueil, c’est la micro-fiction comme je l’aime, tellement, tellement plus irrévérencieuse que ce que fait Delerm par exemple.  

On ne va pas se raconter d'histoires de David Thomas. Stock, 2014. 150 pages. 14,00 euros.

Un recueil que je m’empresse d’ajouter au challenge « Nos pépites de l’année » chez Galéa et une lecture commune que je partage une fois de plus avec une Noukette tout aussi emballée que moi.

Les avis de Krol et Moka




Allez, trois petits textes en cadeau :

Un autre homme
« Je ne regrette pas de t’avoir rencontré. Je ne regrette pas les enfants, d’avoir renoncé à bien des choses pour les élever, d’avoir quitté ma ville que j’aimais tant pour que tu aies ce boulot qui te plaisait tant. Je ne regrette pas ces vacances en Bretagne, même si, comme tu le sais, je déteste la Bretagne. Je ne regrette pas d’avoir fait pendant toutes ces années des dîners pour tes amis que je trouve un peu cons-cons, pas bien méchants, mais pas bien futes-futes non plus. Je ne regrette pas que tu m’aies trompée pendant six mois avec cette petite idiote, je ne t’en veux même pas, elle était très jolie et je l’étais nettement moins que lorsque que l’on s’est rencontrés. Je ne regrette pas que tu ne te sois jamais intéressé aux mêmes choses que moi, que tu n’aies jamais pu supporter ma sœur ou que tu m’emmènes pour mes anniversaires dans des villes ou des pays que tu rêvais de découvrir. Je ne regrette rien, mais dire que j’ai passé quinze ans avec toi, et qu’il a juste fallu que je rencontre un autre homme pour comprendre enfin que tu ne vaux rien. »

Volonté
« Ça y est ? Tu as pensé toutes tes horreurs, ça va mieux ? Je sais ce que tu t’imagines, et si je ne dis rien c’est parce qu’il n’y a rien à dire. C’est la faute au temps, c’est la faute au quotidien, c’est la faute au désir, c’est la faute au travail, c’est la faute à pas de chance, y a toujours une bonne raison. Toutes les raisons sont bonnes pour en avoir marre, pour céder, pour renoncer. Toutes et aucune. C’est une question de volonté. C’est tout. On a la volonté ou on ne l’a pas. Et toi, tu ne l’as plus. Tu n’as pas perdu ton désir pour moi, tu n’as pas perdu ton amour pour moi, tu n’as perdu que ta volonté. Je t’aime d’une façon beaucoup plus forte et plus intelligente qu’il y a douze ans. Mais cet amour-là, il t’ennuie. Et ça, ce n’est pas ma faute. »

Boule de pétanque

« Ça a commencé par des regards en biais, puis des soupirs, puis des gestes secs et enfin, pour que la parole se joigne aux actes, des insultes. Ensuite on s’est envoyé à la gueule tout ce qu’on avait sous la main, d’abord des torchons, après des bouteilles d’eau vides, puis pleines, et les choses sont devenues vraiment sérieuses avec des objets plus durs, à l’image des colères et des ressentiments. On est passés aux casseroles, appareils photo, ordinateurs portables, chaises… et hier ça a été une boule de pétanque demi-dure en acier et inox de 700 grammes et 78 millimètres de diamètre. Une boule de tireur, faite pour les carreaux. Ça a brisé net mon poignet. Et notre couple. »    






48 commentaires:

  1. Un régal absolu et un coup de cœur? Comment résister? Je le note, ce livre, bien sûr!

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas ce que j'ai envie de lire en ce moment, mais je le note pour plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. Belle idée d'avoir fourni des échantillons!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’était un peu indispensable pour montrer l'esprit du recueil.

      Supprimer
  4. Ça décape ce matin les extraits chez Noukette et chez toi ..

    RépondreSupprimer
  5. Il y a un truc qui me gêne ... n'est-ce pas plombant à la longue ces histoires de couple qui finissent mal ? (oui, je suis en peine période de "j'aienviedycroireencoooooore".)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que des histoires de couples qui finissent même si les extraits que j'ai mis pourraient le laisser penser. Rien de plombant selon moi dans ce recueil.

      Supprimer
  6. C'est exactement ce que j'attends d'une lecture, je le note Monsieur le fournisseur!!!! plus efficace que mon libraire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles d'un compliment ! Je le prend avec plaisir.

      Supprimer
  7. Je suis fan de David Thomas, j'ai aussi beaucoup aimé celui-ci !

    RépondreSupprimer
  8. 150 pages qui ont l'air décapantes.

    RépondreSupprimer
  9. Rhhooo comme je suis contente d'avoir livre ce livre avec toi !! Un vrai bonbon, je l'ai dégusté tout doucement pour faire durer le plaisir, c'est dire...!
    Et puis je trouve ça chouette qu'on ait choisi des textes différents, en tout, ça fait 6 textes à découvrir entre ton billet et le mien, espérons que ça donne envie de découvrir les 59 autres ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on n'a pas donner envie de découvrir ce recueil, on ne peut pas faire plus !

      Supprimer
  10. Vous vous êtes concertés pour les textes ?
    J'ai noté et je pense le lire bientôt. Enfin... je ne vais pas le laisser croupir dans ma LAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a fait exprès de ne pas citer les mêmes, deux fois plus de plaisir comme ça ! ;-)

      Supprimer
  11. Ne m'en veux pas, je passe. Signalons pour ceux qui sont intéressée qu'il est dans la sélection masse critique de demain (sauf si je n'avais pas les yeux en face des trous).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est évidemment pas pour toi Valérie. Trop court, bien trop court ;)

      Supprimer
  12. C'est assez incisif en effet ;-) Très bien écrit mais je ne suis pas sûre que ces histoires soient pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi de voir. Mais incisives et très bien écrites, elles le sont, ces histoires.

      Supprimer
  13. ok j aime bien ce que tu donnes en exemple, mais ça m'agace que tu compares à Philippe Delerm..
    Franchement pourquoi?
    On peut aimer un écrivain sans dénigrer un autre qui a plus de succès , c'est tellement bizarre le succès.
    je te laisse une citation de saint François d'Assise qui m'a fait beaucoup réfléchir:
    "Il faut renoncer à comparer les hommes entre eux. La comparaison écrase . En valorisant les uns, elle désespère les autres.
    seule la reconnaissance des différences donne à chacun une chance d'exister."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voulais pas dénigrer Delerm avec ma dernière phrase, j'adore Delerm (la preuve, j'en ai parlé ici : http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2011/12/ecrire-est-une-enfance-calendrier-de.html et ici : http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2011/01/le-trottoir-au-soleil.html).
      En fait je voulais juste dire que si Thomas utilise le même genre d'écrit que Delerm (la micro nouvelle) il n'est pas du tout dans le même registre, rien de plus. Mais j'aime les deux !

      Supprimer
  14. Celui-ci, si je le croise, je prends !

    RépondreSupprimer
  15. Réponses
    1. Il faut le noter. Doublement même ;)

      Supprimer
  16. J'aime le décapage et connais quelques problèmes avec Delerme... je note et renote ce livre

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de le cocher sur Masse critique (avec un autre...), les textes que vous citez Noukette et toi sont jubilatoires, ça donne envie de lire les autres...

    RépondreSupprimer
  18. Pas très nouvelles, comme tu le sais, mais là, ça semble valoir le détour quand même. En tout cas, plutôt tentée, je dois dire, tu l'as bien vendu.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire, je tenais à bien le vendre celui-là ;)

      Supprimer
  19. J'ai de la peine à résister aux coups de coeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, il n'y a aucune raison d'y résister.

      Supprimer
  20. Merci Jérôme, un livre de plus sur ma PAL, ta chronique donne très envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux s'il finit sur ta pal, il le mérite.

      Supprimer
  21. J'adore vos billets complémentaires à Noukette et toi (surtout dans le choix des extraits), je note et pourtant, tu sais bien que les nouvelles, ce n'est pas mon truc...mais là les extraits séduisent d'eux même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, ce ne sont même pas des nouvelles, ce sont des instantanées, des tout petits riens. Je pense que cette écriture pourrait te plaire, vraiment.

      Supprimer
    2. J'aime l'idée des instantanés....;-)

      Supprimer
  22. J'ai déjà été emballée par un recueil de cet homme, un titre improbable parlant de pluie et de buffles (je crois); j'avais coché celui-ci chez Babel mais ce sera de la poésie Doucey, ce qui est très bien aussi. Passons voir chez la libraire si Monsieur Thomas est en vitrine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même s'il n'est pas en vitrine, j'espère bien qu'il sera quand même présent à l'intérieur de la librairie !

      Supprimer
  23. Voilà ! C'est lu et j'ai adoré ! Je te laisse le lien de ma chronique : http://wp.me/p3voHc-LO

    C'est vraiment une très belle découverte qui risque de faire partie des coups de coeur 2014.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !