mercredi 19 février 2014

Annie Sullivan et Helen Keller - Joseph Lambert

Incroyables destins que ceux d’Helen Keller et d’Annie Sullivan. La première est née en 1880 dans l’Alabama. A 19 mois, elle a contracté une maladie inconnue qui l’a rendue aveugle et sourde. La seconde est née en 1866. A cinq ans, cette fille d’immigrée irlandais fut victime d’une infection oculaire et perdit presque la vue.  Abandonnée par son père, elle fut recueillie avec son petit frère dans un hospice. En 1880 elle entra à l’institut Perkins, une institution chargée de fournir assistance et éducation aux personnes aveugles ou malvoyantes. A 20 ans, sortie diplômée de l’institut et major de sa promotion, elle accepta un poste de préceptrice auprès d’Helen Keller.

L’album raconte comment Annie a pu domestiquer et éduquer Helen, une gamine
sauvage et incontrôlable ne supportant aucune contrariété et aucun contact. De leurs luttes épiques, du combat quotidien mené par la préceptrice pour inculquer à son élève les règles de vie les plus élémentaires et la maîtrise du langage, va naître une relation quasi fusionnelle. Le face à face entre ces deux écorchées vives est parfaitement rendu. Les flash back dans la jeunesse d’Annie permettent de comprendre pourquoi cette jeune femme tient tant à réussir l’éducation d’Helen. Son acharnement sans faille apparaît à certains moments effrayant mais l’auteur montre à quel point le chemin menant la petite fille aveugle et sourde vers le savoir fut long et douloureux.

Niveau dessin, j’avoue que je ne suis pas fan du trait de Joseph Lambert. Son gaufrier de 15 ou 16 cases par planches est hyper répétitif mais il était je pense nécessaire pour détailler longuement chaque scène-clé de l’album. De toute façon, le lecteur n’est pas là pour prendre une claque visuelle. Il est là pour découvrir comment les liens se tissent, comment l’obstination sans faille et la certitude dans les méthodes pédagogiques déployées par Annie ont porté leurs fruits.

Une double biographie poignante et maîtrisée qui ne se laisse à aucun moment déborder par un trop plein d’émotion. Il aurait pourtant été facile de tomber dans le larmoyant mais Joseph Lambert évite ce piège avec brio.

Un album offert par Valérie dans le cadre du loto BD de Loula. Un choix pertinent, je me suis régalé.
Et une lecture commune que j’ai le plaisir de partager avec Sandrine.


Annie Sullivan et Helen Keller de Joseph Lambert. ça et là, 2013. 94 pages. 22 euros.

Les avis de Valérie et Yvan.






38 commentaires:

  1. J'avoue avoir eu peur au début de tomber dans le pathos mais pas du tout et puis tu as dit les mots qu'il me fallait pour m'embarquer dans cette histoire "les liens se tissent" voilà tout ce que j'aime !

    Bonne journée Jérôme :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une histoire qui devrait te plaire, j'en suis persuadé !

      Supprimer
  2. On m'a prêté le roman. Un de mes prochains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais même pas qu'il existait un roman.

      Supprimer
  3. Je suis contente que tu aies aimé. Comme toi, je ne suis pas grande fan des dessins, trop classiques, sauf quand ils mettent en scène les signes. J'ai beaucoup aimé Annie Sullivan, elle m'a touchée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, c'est une histoire très compliquée à mettre en images, je tire mon chapeau à l'auteur qui a su relever le défi.

      Supprimer
  4. J'ai lu le livre paru chez folio, très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que je me penche un jour ou l'autre sur ce livre.

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas le terme de gaufrier appliqué à la BD ! Quant au sujet, je pense qu'il m'intéresserait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une technique assez courante mais perso je l'apprécie moyennement.

      Supprimer
  6. j'avais lu cette histoire sous forme de roman jeunesse quand j'étais petite, j'avais adoré!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui me concerne je n'avais jamais entendu parler de cette histoire.

      Supprimer
  7. L'histoire m'intéresse, je suis moins fan de la planche que tu montres et de ce système de gaufrier qui a tendance à vite me lasser mais je lirai cette BD, c'est certain !

    RépondreSupprimer
  8. Tu sais bien décrire l'ambiance du livre. Que vous êtes doués dans l'écriture (toi, Moka, Noukette,...).
    Bref, ... Les dessins, comme toi, j'ai moins accroché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as su très bien parler de cet album, on refait une lecture commune quand tu veux ;)

      Supprimer
  9. Je pense le recevoir. Je ne lis pas ton billet sauf ta conclusion. Tu as aimé, ça m'enchante pour plus tard.

    RépondreSupprimer
  10. Quand j'étais au collège, j'avais lu la vie d'Helen Keller... bouleversant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelque chose de bouleversant dans cette histoire, tu as raison.

      Supprimer
  11. Moi non plus je ne suis pas fan du dessin a priori, et il me semble avoir lu il y a trèèèèès longtemps un livre sur cette histoire. A la limite, si je le trouve en bibli...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le trouves en bibli, n'hésite pas.

      Supprimer
  12. Il est dans ma LAL. J'avais adoré l'histoire d'Helen Keller plus jeune, lue et relue, et je compte même le relire un jour, alors cette BD, tu penses si elle m'intéresse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que tout le monde connais cette histoire, je me demande pourquoi je n'en avais jamais entendu parler.

      Supprimer
  13. Très curieuse de lire cet album !

    Tu peux aussi voir le film Miracle en Alabama qui traite du sujet, il est assez exceptionnel ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas non plus qu'il existait un film. Je vis dans une grotte, ou quoi ?

      Supprimer
  14. J'avais été marquée par le film aussi et les bagarres épiques entre Ann Bancroft et Patty Duke.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bagarres entre Annie et Helen sont en effet épiques et très bien rendues dans l'album d'ailleurs).

      Supprimer
  15. Moi aussi j'ai lu et été beaucoup marquée par le roman quand je suis entrée au collège. Les dessins ne semblent effectivement pas folichons, je pense donc faire l'impasse sur la BD et plutôt tenter de faire découvrir le roman à mon loustic quand il aura l'âge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que je trouve les références de ce roman jeunesse.

      Supprimer
  16. Je ne sais pas combien de fois j'ai lu le livre L'histoire d'Helen Keller toute petite. Ca a été un peu déterminant dans mon choix de carrière aussi, même si je ne suis pas du tout en clientèle sourde aveugle! Du coup, je suis curieuse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de raison qu'il ne te plaise pas cet album.

      Supprimer
  17. Comme tu le dis, ça n'est pas une claque visuelle mais j'ai été bluffé par la manière dont l'auteur réussissait à rendre l'absence de sons et de lumières dans la vie quotidienne. De manière inexplicable, on réussit à se mettre dans la peau de cette petite fille plongée dans un silence obscur. Un super album !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la technique trouvée pour faire passer le ressenti des personnages est très impressionnante.

      Supprimer
  18. Je suis en train de lire cette BD et je suis plutôt d'accord avec toi. Le dessin ne m'accroche pas non plus mais l'histoire (connue quand j'étais gamine) mérite d'être lue même (et surtout ?) en BD!
    Merci pour cet avis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clairement, elle mérite d'être lue cette BD !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !