mercredi 21 mars 2012

Thermae Romae 1 et 2

Yamazaki © Casterman 2012
A Rome, en l’an 128 de notre ère, sous le règne de l’empereur Hadrien, Lucius Modestus est un architecte sans grand talent. Spécialisé dans la conception et la construction de thermes, ses projets sont systématiquement refusés car son employeur considère que ses idées sont d’un autre âge. Déprimé, il se rend avec un ami dans un bain public et se retrouve aspiré par un trou au fond du bassin. Transporté dans l’espace et le temps, Lucius se réveille de nos jours au milieu d’un sentô (bain public japonais). De retour dans son époque, il va s’employer à reproduire les innovations découvertes dans le japon du XXIe siècle, ce qui fera de lui une célébrité et le mènera à côtoyer l’empereur en personne.

Au cours de chaque chapitre, Lucius voyage dans le temps et découvre un nouveau procédé technique qu’il met en application dès son retour à Rome. Présentées comme cela, les choses pourraient rapidement paraître très répétitives. C’était d’ailleurs ma grande crainte au début du premier volume. Mais finalement l’écueil est surmonté avec brio car l’auteur propose une vraie progression de l’intrigue. Au fil des chapitres, on voit évoluer l’état d’esprit de l’empereur ou encore la jalousie soulevée chez ses confrères par l’insolente réussite de Lucius. Surtout, ce dernier n’est pas présenté comme un simple technicien sans âme. Il doit faire face à un douloureux divorce et on le voit même tenter de régler ses problèmes d'érection ! Mélanger la petite et la grande histoire n’est pas d’une folle originalité mais la recette reste efficace. Grâce aux va-et-vient de Lucius entre son époque et la nôtre, l’auteur confronte les pratiques thermales de deux civilisations vouant aux bains publics un amour irraisonné. Entre chaque chapitre, des commentaires et des photographies enrichissent le propos et éclairent davantage encore la problématique venant d’être traitée. Pour les pointilleux, il faut bien reconnaître que la Rome antique de Mari Yamasaki est plus fantasmée qu’historiquement irréprochable, mais de mon point de vue, peu importe. De toute façon, quand on imagine qu’un architecte de l’an 128 peut voyager dans le temps, on peut se permettre quelques largesses quand à la véracité historique !

Graphiquement, le trait est réaliste et assez précis, notamment dans la reproduction des bâtiments, des vêtements et des objets de la vie courante.

Voila donc un manga plein de fraîcheur (normal, me direz-vous !), à la fois léger et instructif, qui m’a beaucoup séduit. La série, terminée au Japon, compte en tout six tomes. Le troisième sortira chez nous en juin et je serai avec plaisir au rendez-vous.


Thermae Romae T1 et T2 de Mari Yamazaki, Casterman, 2012. 190 pages. 7,50 euros.


Yamazaki © Casterman 2012
 
 
 




Ce billet signe ma seconde participation aux 10 jours japonais de Choco




38 commentaires:

  1. Un thème qui me semble original, je retiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile en effet de faire plus original !

      Supprimer
    2. J'ai fait plus que retenir : à force de les voir partout, j'ai craqué. Sans doute pour le sèche-cheveux de la couverture ^^

      Supprimer
    3. C'est bon de craquer parfois. J'ai hâte de lire ce que tu en as pensé.

      Supprimer
  2. Tiens, quelle idée originale de mêler Japon et Rome antique ! Merci de ta participation et pour ce titre que je note, je suis très intéressée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadé de lire ton avis sur ce titre un jour ou l'autre :)

      Supprimer
  3. Les mangas ne sont pas faits pour moi. Je note le trou du bain... je vais mettre un filtre à ma douche.
    En effet une histoire originale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut faire attention, un accident spatio-temporel est vite arrivé !

      Supprimer
  4. La couverture avait attiré mon regard en librairie...mais je ne suis pas passé à l'achat. Surpris du réalisme mais pas séduit par le sujet de la Rome antique et du mélanges des genres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la Rome Antique et le traitement un peu barré du sujet te laissent de marbre, tu peux en effet passer ton chemin sans regret.

      Supprimer
  5. Désolée,Je ne réponds pas, j'essaie de déposer un commentaire...Je n'ai pas vu "laisser un commentaire..."
    Bon, cete BD m'a l'air fort originale dans son idée de départ! Après, on dirait que les dessins sont bien manga quand meme . Si je le vosi à la bibli, je tente!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les dessins, pas de doute on est bien dans un manga. N'hésite pas quand à y jeter un oeil si tu tombes dessus^^

      Supprimer
  6. C'est marrant, ton billet apparaît à deux dates différentes.
    Pour le moment je n'ai lu que le premier tome mais je suis séduite. Comme toi, je craignais la répétitivité des voyages dans le temps, mais je trouve qu'elle s'en sort bien. Il faudra voir ce que ça donne sur la longueur. Qu'est-ce qui fait que tu trouves qu'elle donne une vision de Rome fantasmée? Bien sûr, les personnages ont une personnalité très moderne et, du fait de l'introduction d'idées japonaises par Lucius, il y a des anachronismes mais, pour une fois, moi qui suis d'ordinaire une chieuse pour tout ce qui est historique, je n'ai pas été choquée!

    J'ai assisté à une conférence que donnait l'auteur avec une autre managaka au Salon du livre. Elle m'a fascinée : c'est une très belle femme, qui a beaucoup de classe, visiblement très intelligente et dotée d'une forte personnalité, et qui ne doit pas avoir froid aux yeux. Elle a par exemple raconté que, comme elle était fascinée par la culture occidentale, sa mère lui a conseillé d'aller voir sur place, et que c'est ainsi qu'elle s'est retrouvée seule à Paris à 14 ans! Ce qui lui a donné l'envie d'étudier les Beaux Arts. Comme elle le dit dans le manga, elle a vécu 11 ans en Italie (et est mariée à un italien) où elle a essayé de percer comme artiste peintre. Comme ça ne marchait définitivement pas, elle a suivi le conseil d'un ami et a essayé de se mettre au manga pour enfin gagner de l'argent.
    Elle dit qu'elle trouve que les japonais mettent l'empire romain sur un pied d'estale et en ont une image rigide qui n'est pas très attrayante. Elle a voulu en donner une image moins guindée, en mettant l'accent sur la vie quotidienne, pour inciter ses compatriotes à avoir envie de mieux connaître la Rome antique. Et les bains lui ont semblé être ce qui rapprochait le plus les deux cultures.
    Elle dit avoir lu et relu les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar pendant qu'elle faisait le manga (ça m'a amusée car j'ai justement envie de relire Yourcenar, en ce moment, et ce roman en particulier) et, quand on lui a demandé de citer des dessinateurs de BDs occidentaux qui l'ont marquée, elle a dit avoir tous les Murena chez elle et admire beaucoup les dessins de... Manara, par lequel elle dit avoir peut-être été influencée!
    Voilà... c'était mon pavé du jour! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je dis "fantasmée", je pense à quelques situations. Pas certain qu'à cette époque les femmes demandaient le divorcce en laissant un mot sur la table par exemple. De même, je trouve que la facilité avec laquelle Lucius applique ces idées nouvelles sur ses chantiers est amenée trop simplement. Il revient du Japon et hop, un quart de page plus loin il a contruit de nouveaux thermes d'une incroyable modernité.
      Dernier point, l'absence totale d'esclaves, tant sur les chantiers que chez Lucius ou dans la demeure de l'empereur. Il me semble que l'auteur fantasme tellement sur l'humanisme romain qu'elle en vient à nier les aspect les moins "reluisant" de la société romaine antique. Mais bon je chipote et comme en plus je suis loin d'être un spécialiste de la question, je ne suis pas certain de voir les choses avec justesse^^

      Supprimer
    2. A y est, j'ai fini le deuxième tome. Je suis d'accord avec toi : moi aussi j'ai eu l'impression que les thermes se construisaient d'un claquement de doigts et j'aurais aimé que ce soit un peu plus crédible. Mais peut-être aurait-ce nui au rythme du manga?
      Je n'avais pas tiqué sur le fait qu'on ne voit pas les esclaves, du fait qu'il en est souvent question, mais, en y réfléchissant, c'est vrai que tu n'as pas tort. Euh... on en voit tout de même quelques-uns dans les bains, non?

      Supprimer
    3. Oui, on doit bien voir quelques esclaves ici ou là mais c'est quand même très discret. Me reste plus qu'à attendre un éventuel billet de ta part pour voir en détal ce que tu en as pensé^^

      Supprimer
    4. C'est vrai qu'effectivement ça manque d'esclave. Je n'y avais pas fait attention au départ, parce qu'il semblait pauvre donc ça pouvait s'expliquer comme ça mais c'est vrai qu'une fois qu'il a la faveur de l'Empereur, il est peu logique qu'il n'ait pas des esclaves pour le seconder. En même temps, ne pas parler de ses esclaves, ça évite de tomber dans le travers que l'on trouve chez certains romanciers où le héros est nécessairement l'ami de ses esclaves, ce qui n'est pas non plus mieux niveau réalisme historique.

      Supprimer
    5. Tu as raison, la relation héros/esclave est parfois ridicule mais là, je trouve que l'absence d'esclave est difficile à comprendre.

      Supprimer
  7. Les dessins ne m'enthousiasment pas mais l'histoire elle-même, si. Rien que pour elle, je lirais bien toute la série!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que même si l'on n'est pas amateur de manga, on peut trouver son compte avec ce titre.

      Supprimer
  8. Je ne connais pas du tout, mais un manga en 6 tomes... je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est plutôt une bonne nouvelle de savoir que cette série ne va pas compter 40 tomes. En même temps je pense que le sujet ne s'y prête pas.

      Supprimer
  9. Un thème super original, je prends! Le thermalisme au Japon et dans la Rome antique, c'est suffisamment barré comme idée, pour que ça me branche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ce mélange particulier des genres fait tout le charme (ou pas !) de ce titre.

      Supprimer
  10. Voilà qui est original, où l'auteur est-il allé pêcher une idée pareille ? Intéressant en tous cas ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se demande des fois où il vont checrher tout ça !

      Supprimer
  11. Le côté répétitif m'a un peu plus marqué que toi néanmoins, je trouve que c'est une bonne série qui commence !
    Merci à Marie pour le résumé de sa rencontre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis curieux de voir en détail ce que tu en as pensé.

      Supprimer
  12. Comme Noukette, je suis ébahi par tous les étranges mélanges que les mangas nous offrent!! C'est d'ailleurs très curieux parce que je viens tout juste de mettre en ligne un billet sur ma relation avec les mangas, et je traite un peu de ces mélanges de genres, que je trouve souvent trop osés (http://www.lepigeonographe.com/luneau/chroniques/les-mangas-et-moi-un-lent-apprivoisement-130.html)
    Par contre, comme tu en parles, j'avoue que tu me donnes le goût d'essayer celui-ci! Et si la série ne comporte que six tomes, c'est aussi un énorme plus en sa faveur!! Merci pour cette belle découverte... malgré son incongruité! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les sujets abordés dans certains mangas peuvent fortement bousculer nos habitudes de lecture très occidentales. Mais c'est aussi le charme de cette production japonaise très très hétéroclite.

      Supprimer
  13. une période que j'aime beaucoup... Ta critique me donne envie. Ca me permettrait d'enfin lire un manga !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'es pas fan de manga, ce titre est idéal pour te lancer dans le genre.

      Supprimer
  14. Six tomes me semble être raisonnable pour un manga. Les chroniques que j'ai lues pour le moment sont plutôt positives. En y associant la tienne, je dirais que cette série est prometteuse. J'ai rarement l'occasion de me plonger dans cette période de l'Histoire mais j'avais bien aimé mon précédent voyage en compagnie de "Murena". Pourquoi ne pas tenter donc ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est quand même très loin de Murena^^
      Je sais que tu es de moins en moins manga mais ce titre est peut-être le plus à même de te replonger en douceur dans la BD japonaise.

      Supprimer
  15. Je suis en train de préparer une commande : tu le mettrais en lycée ? Merci de ton aide ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un CDI de lycée ? Sans aucun problème !

      Supprimer
  16. Super ! Merci de ton extrême rapidité ! Je boucle ma commande alors ! Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de quoi. Reste plus qu'à espérer que tes élèves vont apprécier. Tu peux déjà être sûr d'une chose, ils vont être surpris par le sujet abordé !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !