lundi 6 mars 2017

Une famille explosive - Yan Ge

« Un foyer reste un foyer et une famille une famille. Tout en concorde, en harmonie, avec ses nettoyages de printemps réguliers ».

Et chez les Xue, le nettoyage s’annonce sévère. Alors que la matriarche s’apprête à fêter ses 80 ans, les événements s’accélèrent. Le fils cadet, patron de l’usine de pâte de piments familiale, a installé sa maîtresse au-dessus de l’appartement de sa mère. Accro au sexe, il multiplie les aventures extraconjugales et va évidemment finir par se faire prendre les doigts dans le pot de confiture. La grande sœur, présentatrice télé, s’apprête à divorcer mais veut cacher la vérité à sa mère jusqu’à la fête d'anniversaire. Quant à l’aîné, professeur à l’université, il n’est toujours pas marié la quarantaine passée et craint les réprimandes maternelles. Car l’octogénaire n’a pas sa langue dans sa poche et terrorise les siens. Il faut dire qu’elle est assise sur un magot conséquent et que personne n’ose lui tenir tête au risque d’être déshérité.

Bienvenue au bal des faux-culs ! Une chronique familiale épicée dans une région de Chine (le Sichuan) réputée pour sa cuisine relevée. Il est d’ailleurs beaucoup question de gastronomie, car c’est souvent autour de la table que se nouent les drames et les intrigues. Le fils cadet est de loin le plus pathétique. Macho, queutard invétéré, alcoolique, d’une vulgarité crasse, c’est LE beauf dans toute sa splendeur. D’ailleurs, naïvement, je ne pensais pas que de tels personnages pouvaient exister en Chine.

Un roman où on lave son linge sale en famille, où chacun règle ses comptes en se cachant derrière une hypocrisie à toute épreuve. De la grand-mère chef de clan à la belle-fille plus intéressée par l’argent de son mari que  par ses infidélités à répétition, il y n’y en a pas un pour rattraper l’autre.

Amateurs de raffinement à la chinoise et d’ambiances tout en délicatesse et en retenue, passez votre chemin. On donne ici dans l’ironie, le mauvais goût et l’ordurier, dans l’excès et le mauvais esprit. Un humour vache et moqueur et une plume outrancière qui, assurément, ne plairont pas à tout le mode. Personnellement, et même si ce n’est pas le roman du siècle,  j’ai passé un savoureux moment auprès de cette famille on ne peut plus dysfonctionnelle.

Une famille explosive de Yan Ge (traduit du chinois par Alexis Brossolet). Presses de la cité, 2017. 320 pages. 20,00 euros.






28 commentaires:

  1. J'ai relu le début de ta chronique parce que oui, me suis bien demandé si on avait affaire à une famille occidentale ou non. Jamais vu tel tableau familial en Chine. Ça m'intrigue beaucoup en somme
    Je note ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je non plus je ne pensais pas que des familles chinoises pouvaient être aussi "occidentales".

      Supprimer
  2. Pareil que Mo, ton billet est drôlement intriguant ;-)
    On note donc !

    RépondreSupprimer
  3. Le mauvais goût : au moins, on est prévenu.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime les histoires de famille, même si c'est de mauvais goût ça me tente bien :)

    RépondreSupprimer
  5. les Chinois n'ont vraiment rien à voir avec les Japonais, ils sont dans l’excès très souvent. J'aimerais bien que ce roman croise ma route je vais le noter pour le suggérer à ma médiathèque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait une bonne suggestion d'achat je trouve.

      Supprimer
  6. je sais pas pourquoi mais le livre m'attire vraiment beaucoup ^^ le côté fou et déjanté, un peu bordélique et sans-gêne du propos me plait.

    RépondreSupprimer
  7. Pas sûre qu'il soit pour moi. En même temps, parfois, on a des surprises ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas toujours de bonnes surprises cela dit :)

      Supprimer
  8. Ce que j'aime chez vous, c'est une espèce d'honnêteté dans la manière de dire les choses.

    Par exemple, ce billet est à la fois très précis quant à votre avis mais tourné de telle manière qu'il ouvre, grâce à vos commentaires, des ouvertures vers la curiosité.

    Chapeau ! :-)

    Amélie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment Amélie, je suis très touché parce que modestement, j'essaie (presque) toujours de procéder de la sorte pour exprimer mon ressenti.

      Supprimer
  9. M'étonne pas que tu y ai trouvé ton compte, c'est tout ce que tu aimes ! ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Ironie, mauvais goût... c'est pour moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as les mêmes goûts que moi en fait :)

      Supprimer
  11. Je rejoins Noukette : c'est ton plat préféré ce genre d'histoires ! pas sûr que ça me tente. Mais j'ai bien aimé lire ton billet ! j'en resterai là.

    RépondreSupprimer
  12. Pfff... Trop pour moi... Ça me fait penser à un roman coréen que j'ai lu il y a peu, "Une famille à l'ancienne" (absolument pas à l'ancienne). J'ai l'impression que c'est presque la même saga familiale mais version chinoise et plus épicée. Si en plus on y parle bouffe, ça me convient parfaitement ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, on y parle énormément bouffe, je suis sûr que tu adorerais !

      Supprimer
  13. Pouahhhhhh "l'ordurier" moi j'aime trop de temps en temps!!!

    Et que dire des familles disjonctées!!! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait beaucoup d'arguments favorables pour que tu t'y plonges ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !