mercredi 8 mars 2017

Et il foula la terre avec légèreté - Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau

Envoyé par sa compagnie étudier la faisabilité d’une extraction de pétrole au large de la Norvège, Ethan le parisien se retrouve sur les îles Lofoten, près du cercle polaire. Sur place il découvre un univers sauvage et préservé, à mille lieux du fourmillement, du bruit et de la folie de la vie urbaine. Au contact de la population locale, il comprend à quel point le projet qui l’a amené là risque de profondément modifier l’écosystème et  briser l’harmonie d’un des derniers paradis terrestres. Sa mission arrivant à son terme, le jeune homme n’est pas certain de vouloir retrouver la civilisation, il prend conscience qu’un changement de vie est possible, il suffit de le vouloir…

Pour Ethan, c’est une géographie intime qui se bouleverse. L’acclimatation tourne à la fascination, l’objet de sa mission devient secondaire par rapport à la découverte d’un environnement et d’une population dont le rapport au monde s’imprègne d’une vision profondément respectueuse de la nature, de son rythme et de ses richesses. Sans naïveté ni angélisme, en mettant en perspective les différents points de vue, Ethan se remet en question et s’ouvre des perspectives jusqu’alors insoupçonnables.

Un album engagé, inspiré par la vie et l’œuvre du philosophe Arne Naess, fondateur du mouvement de l’écologie profonde. Il y est question de décroissance, de progrès au service de la société de consommation, d’un rejet de la modernité qui ne nie pas pour autant les bienfaits de la technologie. Ni jargon ni discours lourdement politique mais plutôt un voyage intérieur conjuguant moments contemplatifs et bienveillance à l’égard des insulaires.

Les aquarelles de Laurent Bonneau retranscrivent à merveille les silences et la beauté crépusculaire de paysages imposant leur force tranquille et leur sérénité à l’homme. Le rythme est lent, il ne se passe pas grand-chose mais le charme opère. C’est une lecture que j’ai trouvée apaisante, d’où se dégage une certaine forme de poésie. J’ai apprécié cette façon intelligente de pousser la réflexion en laissant une place à la contradiction, autrement dit sans vouloir à tout prix imposer un point de vue que l’on estime indiscutable.



Et il foula la terre avec légèreté de Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau. Futuropolis, 2017. 176 pages. 27,00 euros.


Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Noukette.










44 commentaires:

  1. Vous êtes emballés tous les deux et ça me plaît bien !

    RépondreSupprimer
  2. j'arrive de chez Noukette déjà très alléchée, tu accentues!

    RépondreSupprimer
  3. Purée, je le veux! (je veux aussi les Lofoten et les aurores boréales, mais bon, on se calme)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien en voir une un jour d'aurore boréale...

      Supprimer
  4. Même BD chez moi ;-)
    De beaux souvenirs pour moi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as la chance d'être allée sur place, j'espère que cela m'arrivera aussi.

      Supprimer
  5. Tout pour me plaire, voilà qui est hyper noté !! ;)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai vraiment beaucoup aimé ce voyage, ça fait un bien fou...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bien fou, oui, qui nous sort de la routine quotidienne.

      Supprimer
  7. En lisant le billet de Noukette, je me suis dis que cette BD n'était pas pour moi mais peut être que je vais changer d'avis. La question de la décroissance me parle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La décroissance est abordée de façon assez superficielle quand même...

      Supprimer
  8. L'article de Noukette et maintenant le tien (avec encore de sublimes planches)... Je boue de pouvoir la feuilleter au moins pour découvrir ses sublimes paysages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les paysages sont somptueux, c'est rien de le dire.

      Supprimer
  9. Me plait bcp ce que vous en dites <3
    Bisous jeune homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour toi le calme et le contemplatif^^

      Supprimer
  10. Vous avez le même point de vue Noukette et toi. Alors, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  11. Comme je disais chez Noukette, je rêve d'aller observer les aurores boréales un jour. Cet album, avec son ambiance, est un joli avant-gout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, ça ne remplace pas la réalité mais ça permet de se projeter un peu ;)

      Supprimer
  12. L'image que tu as donnée en exemple est superbe.

    RépondreSupprimer
  13. Un sujet pour le moins intéressant... qui mériterait en tout cas que je revienne à la BD ;-)

    RépondreSupprimer
  14. Je ne suis pas trop contrées froides dans mes explorations livresques (et terrestres d'ailleurs) mais il y a un certain charme qui se dégage des planches qui ne me laisse pas indifférente. Et puis, ça me plaît beaucoup ce que tu dis de l'album dans ta dernière phrase : "pousser la réflexion en laissant une place à la contradiction". Faudra que je vois ça de plus près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que tu te laisses embarquer pour une virée livresque en Islande, je suis sûr que tu apprécierais.

      Supprimer
  15. les planches sont très belles !

    RépondreSupprimer
  16. Avec deux avis aussi positifs (et d'aussi beaux paysages !), pas d'hésitation, je le note !

    RépondreSupprimer
  17. Ahhhhhhhhhhh ça c'est une merveille de nature sauvage et de paysages enchanteurs comme je les aime! <3

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !