dimanche 5 mars 2017

Jolly Jumper ne répond plus - Bouzard

Jolly Jumper fait la gueule. Et Lucky Luke se demande bien pourquoi. Voila l’album résumé en deux phrases. Du moins son point de départ. Que dire de plus ?

Ça fait drôle de voir Lucky Luke torse nu et hirsute dès la première case.
Ça fait drôle de voir Lucky Luke porter une chemise rouge et un foulard jaune (normalement c’est l’inverse).
Ça fait drôle de voir Lucky Luke marcher plus vite que son ombre.
Ça fait drôle de voir Jolly Jumper mutique.
Ça fait drôle de voir Lucky Luke en colère essayer de descendre ce même Jolly Jumper.
Ça fait drôle de voir Lucky Luke en petite forme.
Ça fait drôle de voir le Dalton Averell (vous savez, le plus grand et le plus neuneu) en obèse demandant à ce qu’on lui pose un anneau gastrique.

Pour dire les chose autrement, ça fait drôle de voir un auteur s’emparer d’un personnage aussi mythique et se permettre autant de libertés, de décalages, de pas de coté par rapport à la version originale. Mathieu Bonhomme avait déjà apporté quelques variations dans « L'homme qui tua Lucky Luke » mais Bouzard va plus loin. Il garde l’univers de base, convoque quelques personnages secondaires emblématiques (Ma Dalton ou Phil Defer), mais il jette tous les ingrédients ensemble dans la marmite et les remue sans ménagement.

Ainsi le flegmatique cow-boy solitaire et sûr de lui devient un angoissé du bulbe inquiet de ne pas comprendre ce que lui reproche sa chère moitié, inquiet de voir que son jean lui fait de gosses fesses, inquiet de ne pas trouver un bon plan pour mener sa mission à bien, bref un pauvre homme pétri d’incertitudes (et au QI assez limité aussi, il faut bien le reconnaître).

Bouzard se lâche, donc. Égal à lui-même oserais-je dire. Et pour un fan de Lucky Luke comme moi (j’ai tout lu, sauf les albums scénarisés par Laurent Gerra, il y a des limites quand même) le choc est violent. Heureusement je suis bon client avec l’humour absurde, les jeux de mots pourris (les Dalton daltoniens, fallait le trouver) et ce graphisme très relâché (pour ne pas dire plus) qui m’a rappelé le Jack Palmer de Pétillon.

Bref, gros kiffe en ce qui me concerne pour ce Lucky Luke à la mode Bouzard qui, je ne n’en doute pas une seconde, filera la nausée à certains puristes de la première heure amoureux du duo Morris/Goscinny.

Un grand merci à la très chère personne qui a pensé à moi après l’avoir lu et me l’a gentiment offert, avec en bonus dans l’enveloppe un présent inestimable. Comprenne qui pourra…

Jolly Jumper ne répond plus de Bouzard. Lucky Comics, 2017. 48 pages. 14,00 euros.






26 commentaires:

  1. Comment dire? Il me le faut! (Laurent Gerra, quoi? Même pas en rêve)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas une fan du cow boy, c'est peut-être pour cela que j'ai adoré le voir aussi bousculé !

    RépondreSupprimer
  3. Comme cette BD m'a bien faite rigoler ;-) évidemment ça manque de classe, mais punaise comme c'est bien bon de temps en temps !
    Je t'embrasse chouchou :-p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais non, ça ne manque pas de classe du tout je trouve !

      Supprimer
  4. Voilà qui m'intrigue, moi qui ai appris à lire avec Astérix et Lucky Luke - comme quoi la BD, ça peut rendre accro à la lecture.
    Autant, je n'ai pas lu les albums parus au-delà, disons... bah ne disons rien, justement ! Autant, celui-ci, si l'occasion se présente, j'y jetterai un coup d'oeil curieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que la BD peut rendre accro à la lecture. J'en suis moi aussi la preuve !

      Supprimer
  5. Une sorte de Lucky Luke transposé dans le monde moderne des problèmes superficielles on dirait. Je n'ai jamais été une grosse fan de Lucky Luke même si j'ai dû lire tous les albums mais cette version décalée pourrait bien me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadé qu'elle te plairait cette version.

      Supprimer
  6. Je n'avais pas connaissance de l'existence de cet album.Ton article a éveillé ma curiosité. Je pense donc que j'y jetterai un coup d’œil à l'occasion. Merci pour le tuyau. Au plaisir de te relire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi de t'avoir découvrir une telle curiosité.

      Supprimer
  7. Je n'ai pas lu de LL depuis au moins quinze ans mais cette version me fait marrer (poor lonesome cowboy) et je pourrais bien me laisser tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en tout cas l'occasion de le découvrir sous un jour très différent !

      Supprimer
  8. Pas lu, mais je me demande si mon fils ne l'a pas dans sa bibliothèque, le titre me dit quelque chose. Un Lucky Luke différent à ce point, ça peut me perturber !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que si on est un puriste de la série, cet album peut fortement déranger^^

      Supprimer
  9. J'avais vu quelques planches à l'occasion d'une expo en 2016 et bondiou, ça m'avait mis l'eau à la bouche. J'ai scruté les sorties et finalement totalement oublié que Bouzard avait taillé un costard (sur mesure ? ^^) à Lucky Luke. A l'occasion, j'y viendrais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas s'il lui taille un costard. Disons qu'il appréhende le personnage différemment. Très différemment...

      Supprimer
  10. Voilà qui a l'air drôlement barré et déjanté, c'est bon ça !

    RépondreSupprimer
  11. Ah mais ça l'air TELLEMENT BON et drôle!
    Je ne les ai pas beaucoup lus mais en revanche, je n'ai manqué aucun des épisodes télé! :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les épisodes télé sont très fidèles aux albums remarque.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !