mardi 14 mars 2017

Phobie - Fanny Vandermeersch

Sophia a connu une scolarité brillante. Jusqu’au collège du moins. Tout avait pourtant bien commencé en 6ème mais peu à peu la machine s’est grippée. Notes en baisse, peur du regard des autres, difficulté à affronter la puberté et un corps qui change, impression d’être invisible pour tout le monde… la jeune fille perd ses moyens et se laisse ronger par l’angoisse. Elle se rend de plus en plus souvent à l’infirmerie, sèche les cours et finit par ne plus pouvoir passer les grilles de l’établissement. Un blocage total et incontrôlable qui la conduira jusqu’à une hospitalisation suite à une crise de panique.

Qu’il est intelligent ce petit roman ! Il aurait été tellement simple de jouer la carte de la dramatisation à outrance, de poser un décor misérabiliste et de dresser le portrait d’une gamine en échec scolaire maltraitée par ses proches et/ou harcelée par ses camarades de classe. Du glauque tire-larmes qui aurait forcément expliqué la phobie. Sauf que Sonia, comme beaucoup d’enfants touchés par ce trouble, a en apparence tout pour être heureuse. Elle a une vie équilibrée, des parents même pas divorcés et un niveau scolaire excellent. Fanny Vandermeersch décrit parfaitement l’enchaînement des événements. Un petit grain de sable dans l’engrenage, le malaise s’installe, l’enfant se referme sur lui-même et se réfugie dans le silence, il se coupe du monde et a honte d’avouer son mal être. Il s’enfonce peu à peu sans vraiment savoir pourquoi. Une chute aussi incontrôlable qu’incompréhensible.

 Les facteurs sont multiples, le premier restant un manque total de confiance en soi. La souffrance n’est pas éludée, la forme du journal intime renforce l’expression de la douleur de Sophia et de ses interrogations, mais le plus important est qu’après avoir touché le fond, elle soit capable de remonter vers la lumière. Sans résoudre le problème d’un coup de baguette magique mais en avançant fébrilement, pas à pas, soutenue par les siens et par une aide extérieure indispensable à sa reconstruction.

On sent que l’auteure connait son sujet, que l’environnement particulier du collège n’a aucun secret pour elle. Tout sonne juste dans ce texte, des réactions de Sophia à celles, pas franchement à la hauteur mais tellement réalistes, de ses parents. A lire et à faire lire, pour comprendre et discuter, pour ne plus laisser tant d’enfants en souffrance.

Phobie de Fanny Vandermeersch. Le Muscadier, 2017. 90 pages. 9,50 euros. A partir de 10 ans.


Une nouvelle pépite jeunesse que j'ai le plaisir de partager avec Noukette.













24 commentaires:

  1. Je suis Fanny sur FB et ce livre me tentait plutôt. Ravie de lire ton avis positif pour le coup...

    RépondreSupprimer
  2. Une souffrance trop facilement niée . C'est bien de trouver un livre qui l'a raconte.

    RépondreSupprimer
  3. Allez hop, noté, comme chaque mardi, ou presque.

    RépondreSupprimer
  4. En voilà un qui a toute sa place entre les mains de nos ados et sur les étagères de nos CDI...! Vivement le prochain roman de Fanny !

    RépondreSupprimer
  5. Je vais l'acheter, forcément ! Et le mettre aussi entre les mains des adultes de mon établissement car j'ai déjà entendu des propos stupides qui me hérissent le poil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il est parfait pour les adultes aussi.

      Supprimer
  6. Merci pour ce joli retour Jérôme, je suis très touchée. Merci pour les commentaires aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'avoir écrit un roman si intelligent.

      Supprimer
  7. Vu le thème, ça m'a tout l(air d'être un indispensable.

    RépondreSupprimer
  8. Très tentant comme chaque mardi ou presque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être même plus que certains autres mardis.

      Supprimer
  9. Un problème qui ne se confine pas qu'à l'adolescence, au milieu familial ou au collège malheureusement. Mais c'est bien que le sujet soit abordé dans ce contexte précis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bien oui, ce sujet difficile est trop souvent occulté.

      Supprimer
  10. Un sujet tellement important et bien traité si j'comprends bien. À lire et faire lire, tu as bien raison...
    Bon weekend Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Important, à lire et à faire lire, c'est exactement ça.

      Supprimer
  11. Ça fait plaisir de voir le sujet abordé sans dramatisation et sans exagération. C'est souvent le défaut des ouvrages abordant ce thème, je trouve. Ayant moi-même très mal vécu mes années de collège, je sais pas si j'aurais le courage de le lire, mais j'y jetterais au moins un œil pour prendre la température !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as l'air malheureusement bien placé pour juger de sa pertinence.

      Supprimer
  12. Tellement dur cette période ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas pour tous les enfants, heureusement, mais certains en souffrent vraiment c'est incontestable.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !