jeudi 4 juin 2015

Le premier Dieu - Emanuel Carnevali

Une mère morphinomane, un père et un frère violents, les pensions sordides où il fut très tôt placé… Emanuel Carnevali, né à Florence en 1897, eut une triste enfance avant son départ pour l’Amérique à l’âge de 16 ans. Il débarqua seul à New-York et vécut dans un dénuement extrême, enchaînant des petits boulots de serveurs qu’il était incapable de conserver et naviguant de meublés crasseux en logis insalubres, sans jamais rien posséder d’autre que ses quelques vêtements. C’est à Chicago qu’il trouva un certain équilibre, se maria et commença à être reconnu en tant que poète. Mais frappé d’encéphalite en 1920, il retourna en Italie pour enchainer les séjours en maisons de santé jusqu’à sa mort, le 11 janvier 1942.

Comme presque toujours lorsque j’attends beaucoup d’un ouvrage, c’est la déception qui prédomine au final. Il avait pourtant tout pour me plaire Carnevali avec sa vie chaotique comme c’est pas permis : la misère, l’exil, la rage au ventre, la poésie chevillée au corps, la mort à 45 ans des suites d’une longue maladie dans la solitude d’un sanatorium, que d’arguments pour me faire grimper aux rideaux ! Sauf que j’ai d’autres références en la matière. L’italien qui bouffe de la vache enragée aux États-Unis dans la première moitié du 20ème siècle, c’est pour moi John Fante qui l’incarne le mieux. D’ailleurs entre les deux, il n’y a pas photo tant Fante est intouchable. Et l’éditeur qui annonce que « Carnevali allie la puissance évocatrice de la poésie de Bukowski avec le sens du familier que l'on trouve par exemple chez Philip Larkin ». Euh… je ne connais pas Larkin mais pour le reste, on est à des années lumière de Bukowski. Où sont l’humour, l’autodérision, l’écriture qui marche droit au but, sans la moindre fioriture, comme si elle suivait une voie ferrée traversant l’enfer ? Pas chez Carnevali en tout cas. Il est bien trop geignard, il se prend trop au sérieux, il disserte trop sur des petits rien sans intérêt.

J’ai dû lutter pour voir le bout de ce recueil regroupant l’ensemble des ses écrits en prose, la plupart totalement autobiographiques. Tellement de longueurs et de précisions inutiles. C’est dommage car certains passages sont d’une grande beauté et portés par un souffle littéraire remarquable (par exemple lorsqu’il décrit les charmes de Venise), mais noyés dans la masse, ils ne parviennent pas à sortir véritablement du lot. Une déception donc. Je suis néanmoins ravi d’avoir découvert une figure importante de la poésie italienne que je ne connaissais pas du tout.

Le premier Dieu d’Emanuel Carnevali. La Baconnière, 2015. 320 pages. 18,00 euros.

Les avis de Nahe et Syl










22 commentaires:

  1. Je préfère aussi de loin l'autodérision à la geignardise ;-) Je passe mon tour !

    RépondreSupprimer
  2. Ravie également d'avoir lu ce livre pour la même raison que toi. J'ai aimé certains passages, puis d'autres moins. Inégal.
    J'ai vu Fante dans l'exil mais c'est tout. Vrai que les mots de Fante c'est autre chose. On ne peut pas trouver Carnevali sympa, alors que Fante, malgré toutes les noirceurs, les bassesses, il nous embarque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et Fante prend les choses difficile plus à la légère avec une écriture bien plus accrocheuse. Incomparable !

      Supprimer
  3. j'aurais eu la même envie , mais j'ai trop de livres passionnants qui m'attendent merci de ne pas dire que du bien des livres ça aide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas trouver tous les livres formidables non plus, et heureusement !

      Supprimer
  4. Tout n'est donc pas à jeter : tu as découvert la poésie italienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert un personnage surtout. Et c'est déjà pas mal, c'est vrai.

      Supprimer
  5. Je passe sans regrets, je ne connais pas ce monsieur mais j'en resterai à ton billet ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ne te plairais pas, j'en suis persuadé.

      Supprimer
  6. en voilà un qui en viendra pas grossir ma PAL !

    RépondreSupprimer
  7. Pas la peine de noter ce livre, en revanche tu m'as donné envie de découvrir Fante.

    RépondreSupprimer
  8. un petit fiasco alors? Je passe mon tour aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, pas un fiasco, mais je m'attendais à beaucoup, beaucoup mieux.

      Supprimer
  9. Je pense que je vais passer mon chemin pour celui-ci ^^

    RépondreSupprimer
  10. Je vais également passer mon chemin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à convaincre avec ce titre ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !