vendredi 9 janvier 2015

L’incendie - Antoine Choplin et Hubert Mingarelli

Pavle vit à Belgrade et Jovan en Argentine. S’étant revus après plusieurs années de silence, ils entament une correspondance. Au fil des lettres, le passé affleure, douloureux. La guerre en ex-Yougoslavie les a marqués au fer rouge. Un événement, surtout, a bouleversé leur existence et continue de les hanter…

Une couverture affichant Antoine Choplin et Hubert Mingarelli, avouez que ça fait rêver ! Je ne sais pas comment ils ont fonctionné autour de ce texte mais je suppose que chacun a endossé le rôle de l’un des protagonistes. Les lettres sont au départ plutôt insignifiantes, simples échanges de bons procédés après des retrouvailles appréciées. Mais peu à peu le ton change, les sujets abordés deviennent plus graves, les confidences plus intimes. Et tout les ramène dans cette maison où ils sont entrés un jour d’hiver, pendant la guerre. Ils étaient trois soldats. A l’intérieur, ils on trouvé une femme, seule. Une femme qui sera en quelque sorte l’étincelle mettant le feu aux poudres…

Pas simple comme exercice, l’épistolaire. J’ai aimé ici les silences, la difficulté à trouver les mots, à se livrer, à exprimer la honte et la culpabilité. J'ai aimé l'écriture discrète et sensible du duo Choplin/Mingarelli, même si, je le répète, je ne sais pas qui a écrit quoi. J’ai aimé l’interaction entre Pavle et Jovan, pleine de retenue et de non-dits jusqu’aux révélations crevant un abcès depuis trop longtemps enfoui. Et puis j’ai aimé la fin qui laisse une pincée d’espoir au cœur du chaos.

L’incendie d’Antoine Choplin et Hubert Mingarelli. La fosse aux ours, 2015. 80 pages. 13,00 euros.

Extraits :

« Chacun agit comme il peut pour vivre et s’arranger, et sans doute avons-nous fait de notre mieux jusqu’à aujourd’hui. »

« Regarder le monde comme il est, ce n’est pas si facile mais surtout, je me dis que ce n’est qu’une occupation parmi toutes celles qu’on peut avoir. Je trouve que c’est bien aussi de regarder le monde comme il pourrait être, ou comme on voudrait qu’il soit. Et c’est bien aussi de ne rien regarder du tout. […] Je t’écris ça parce que c’est ma façon à moi de me tenir debout, et j’ai envie que tu le saches. »

Une lecture commune que j'ai le plaisir de partager avec Noukette et Valérie et un billet qui signe ma première participation au challenge de la rentrée d'hiver 2015.






34 commentaires:

  1. Je suis en train de le terminer et comme toi je me suis demandé comment ils s'étaient débrouillés tous les deux, mais le résultat est à la hauteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne te sens pas super enthousiaste...

    RépondreSupprimer
  3. Ah je vois que tu relèves l'espoir, tout de même. J'ai vraiment aimé ce court roman, tout en retenue. Mais je crois que c'est exactement ce qu'il faut, un peu de retenue dans ce qu'on raconte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est pas simple que ça de rester dans la retenue.

      Supprimer
  4. Je note ce titre, très envie de le lire, malgré ton petit bémol

    RépondreSupprimer
  5. Une idée sympa effectivement .J'ai eu l'occasion il y a quelques années avant qu'Antoine Choplin soit connu pour ses écrits de rencontrer Mingarelli ( j'avais été conquise par sa chaleur humaine et sa simplicité) en visite dans une toute petite bibliothèque de village et le médiateur qui l’interviewait était Antoine Choplin.Voilà l'élève à la hauteur du maître. Il me faut ce livre.merci de me le faire découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une jolie anecdote. Et ça explique beaucoup de choses ;)

      Supprimer
  6. Le non-dit, j'aime beaucoup en général, il m'intrigue ce tout petit livre

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connais que Choplin, dont j'ai beaucoup aimé tout ce que j'ai lu jusqu'à présent (La nuit tombée, Le héron de Guernica et Les gouffres). Ton commentaire laisse penser que l'on retrouve dans ce titre ce qui fait la force de ses romans (même si c'est ici une écriture à 4 mains) : la discrétion et la sensibilité..
    Donc, je suis TRÈS tentée !!

    RépondreSupprimer
  8. Comme Inganmic, je ne connais que Choplin et je note ce petit roman épistolaire qui a tout pour me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il faut que tu découvres Mingarelli !

      Supprimer
  9. J'aime assez l'épistolaire mais non, non, pour l'instant mon bouclier anti-PAL est activé.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le ferai céder ce bouclier, je m'y engage solennellement !

      Supprimer
  10. Je le lirai ... si j'avais su qu'il en sortait un nouveau, je l'aurais déjà englouti, mais je n'ai pas eu trop la tête à regarder ce qui sortait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certain que tu vas le lire. Et je me rappelle que l'on avait lu "Les gouffres" ensemble ;)

      Supprimer
  11. Je ne connais aucune des deux plumes citées ici. J'ai honte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune raison d'avoir honte. Mais tu rates quelque chose par contre ;)

      Supprimer
  12. Je découvre Mingarelli, très envie de poursuivre la découverte du coup, même si comme toi je suis un peu frustrée de ne pas savoir ce qu'il a écrit ici. Quant à Choplin, j'adore, ça se confirme... Un beau duo, une histoire qui laisse entrevoir un rayon d'espoir, tu as raison. Tout à fait ce dont j'avais besoin...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mingarelli, tu vas le découvrir bientôt, promis juré ;)

      Supprimer
  13. Oh très tentant ! J'ai lu Les gouffres de Choplin l'an dernier... et je reviendrais bien vers cet auteur avec L'incendie ! ;) Merci pour ta chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Gouffres, j'avais beaucoup aimé aussi. Comme tous ses autres livres d'ailleurs !

      Supprimer
  14. C'est marrant mon précédent commentaire disait que je ne te sentais pas très enthousiaste, et après l'avoir lu, c'est moi qui ne le suis pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ça. Ils te doivent une revanche ces deux-là, mais individuellement ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !