samedi 24 janvier 2015

La parole contraire - Erri de Luca

« Si mon opinion est un délit, je continuerai à le commettre. »

Poursuivi en justice pour avoir soutenu le mouvement NO TAV qui s'oppose à la construction de la ligne à grande vitesse du val de Suse devant permettre de relier Lyon à Turin, Erri de Luca a rédigé pour sa défense un pamphlet de 40 pages sur la liberté d’expression et la responsabilité de l’écrivain. Un texte publié par tous ses éditeurs dans le monde à la veille de son procès. Il risque cinq ans de prison pour « incitation au sabotage ».

« Un écrivain possède une petite voix publique. Il peut s’en servir pour faire quelque chose de plus que la promotion de ses œuvres. Son domaine est la parole, il a donc le devoir de protéger le droit de tous à exprimer leur propre voix. Parmi eux, je place au premier rang les muets, les sans voix, les détenus, les diffamés, les analphabètes et les nouveaux résidents qui connaissent peu ou mal la langue. […] Telle est la raison sociale d’un écrivain, en dehors de celle de communiquer : être le porte-parole de celui qui est sans écoute. »

Tout tient dans cette affirmation. A la responsabilité pénale, De Luca oppose sa responsabilité d’écrivain. Ce projet ferroviaire est une aberration environnementale. Par exemple, le percement et la pulvérisation de gisements d’amiante va disperser dans l’air des milliards de fibres toxiques. Depuis des années, l’auteur de Montedidio participe à la lutte menée par les habitants de la vallée. Dans une interview, il a déclaré : « La TAV (ligne à grande vitesse) doit être sabotée. Voila pourquoi les cisailles étaient utiles : elles servent à couper les grillages. Pas question de terrorisme […] elles sont nécessaires pour faire comprendre que la TAV est une entreprise nuisible et inutile […] les discussions du gouvernement ont échoué, les négociations ont échoué : le sabotage est la seule alternative. »

La question est : y-a-t-il eu, à travers ces déclarations, incitation publique à commettre un délit ? Pour la défense, la réponse est non : « Pour parler d’incitation à la violence, il faut démontrer le rapport direct entre les mots et les actions commises. » Or, il est, dans ce cas précis, impossible de démontrer ce rapport tant il y a eu de faits et de délits commis sur le chantier par des militants NO TAV avant et après la publication de l’interview.

Pour étayer son propos, De Luca convoque les figures ayant marqué sa vie de lecteur et sa vie tout court, Orwel et Pasolini en tête. Il réclame aussi le droit d’utiliser les mots dans un sens qui n’est pas celui que leur attribue la justice : « Les procureurs exigent que le verbe "saboter" ait un seul sens. Au nom de la langue italienne et de la raison, je refuse la limitation de sens. Il suffisait de consulter le dictionnaire pour archiver la plainte. »

Je ne connais pas suffisamment le dossier pour me prononcer sur le fond de la question mais je dois bien reconnaître que la défense de l’auteur par lui-même est brillamment menée et que la lecture de ces quelques pages est une magnifique incitation à la réflexion.


La parole contraire d’Erri de Luca. Gallimard, 2015. 42 pages. 8,00 euros.


Un billet qui signe ma contribution mensuelle au projet non-fiction de Marilyne.




40 commentaires:

  1. Mais je ne connaissais absolument pas cette histoire là! Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a plein de projets aberrants qui voient le jour juste pour le profit de quelques uns au détriment de la santé de tous. Je lirai ce livre en espérant que j'apprécie plus la plume d'Erri de Luca que lors de ma première fois avec lui !!!! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'aimes pas la plume d'Erri de Luca ? Mais comment est-ce possible ?

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas mais cette lecture doit être vraiment intéressante !

    RépondreSupprimer
  4. Un sujet passionnant.
    Quel talent Erri De Luca et quel grand homme !

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup cet auteur , mais je ne connais pas du tout le projet contre lequel il lutte. Je vais surtout recroiser ce livre à ma médiathèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il finira par arriver jusqu'à ta médiathèque.

      Supprimer
  6. Simple mais engagé. Un auteur comme je les aime!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est toujours très humble et très simple, c'est vrai.

      Supprimer
  7. Je n'ai pas particulièrement été enthousiasmée par l'écrivain à travers Montedidio mais cette lecture pourrait me l'éclairer sous un autre jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que tu lises "Le poids du papillon", c'est un texte somptueux !
      (et très court, idéal pour ta pal...)

      Supprimer
  8. au -delà du cas ici soulevé je trouve intéressant de se souvenir qu'un auteur n'est pas seulement le créateur d'un livre mais une personne qui peut, par sa parole, influer sur le monde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce qu'il dit et je suis tout à fait d'accord avec ça.

      Supprimer
  9. c'est diablement intéressant et qui plus est j'aime beaucoup cet écrivain... m'en vais aller voir de plus près...
    merci et un joli dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'étonne pas que tu aimes De Luca, tu es une femme de goût ;)

      Supprimer
  10. J'ai lu un article l'autre jour, et je suis perplexe aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est incroyable qu'il risque une telle peine.

      Supprimer
  11. Je ne savais pas qu'il risquait autant. J'admire son courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait front avec beaucoup de dignité je trouve.

      Supprimer
  12. J'ai eut du mal avec les 2 précédents romans de cet auteur, alors j'hésite beaucoup à le lire, même après ton billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là il n'est pas du tout dans un texte de fiction, tu apprécierais peut-être davantage.

      Supprimer
  13. J'aime beaucoup cet auteur qui a souvent une écriture autobiographique. Je ne savais pas qu'il avait sorti ce livre. Intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient tout juste de sortir, juste avant le procès.

      Supprimer
  14. J'ai aussi découvert que le vocabulaire utilisé dans le monde du droit est très précis et que chaque définition a son importance. C'est pour ça que je suis fascinée par ce milieu et que je jubile des subtilités provoquées par l'usage différent des mots de deux mondes qui s'affrontent. Il faut que je trouve ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun joue sur les mots, c'est certain.

      Supprimer
  15. J'aime beaucoup cet auteur de j'aime l'idée que un auteur s'investisse dans la société au sens large ou pas ! Je l'ai noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu aimes beaucoup de Luca et j'espère bien que tu liras ce texte !

      Supprimer
  16. c'est assez ardu, non? J'aime bien l'auteur découvert il y a peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas ardu du tout, c'est limpide au contraire.

      Supprimer
  17. Le procès a lieu le 28 janvier, il risque réellement la prison, il a décidé de ne pas faire appel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il dit dans le texte qu'il ne fera pas appel, quoi qu'il arrive, même en cas de prison ferme. Le procès a été reporté en mars semble-t-il.

      Supprimer
  18. Ca m'intéresse beaucoup beaucoup comme sujet, et j'aime vraiment la façon dont il écrit : je te pique ton lien pour RL 2015 ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui tu as bien fait, j'ai oublié de l'ajouter au challenge !

      Supprimer
  19. Tu m'intrigues. Même si le sujet ne me tente pas a priori, la réflexion sur le rôle de l'écrivain et de ses mots m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réflexion est très joliment menée en tout cas.

      Supprimer
  20. C'est très intéressant ce pont finalement entre l'écriture et la politique peut-on dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un pont qui a toujours existé il me semble, même s'il est beaucoup moins présent de nos jours.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !