vendredi 16 janvier 2015

Entre frères de sang - Ernst Haffner

Incroyable destin que celui de ce livre ayant connu un immense succès en Allemagne au moment de sa publication en 1932 avant d’être interdit et brûlé par les nazis lors d’autodafés puis de tomber dans l’oubli après 1945. De son auteur, on ne sait presque rien, à part qu’il a été journaliste, sans doute travailleur social, et qu’il a vécu à Berlin entre 1925 et 1933.

Les frères de sang, c’est le récit des aventures d’une bande de garçons dans le Berlin des années 30. Des gamins des rues frappés par la crise économique ou dont les familles avaient été détruites par la première guerre mondiale. Placés par l’assistance publique dans des institutions destinées aux mineurs, ne supportant pas les brimades d’un système cherchant à les briser, ces enfants en fuite se réfugiaient le plus souvent dans les grandes villes. Se regroupant en bandes, ils vivotaient entre petits trafics et prostitution, toujours en quête d’un repas chaud et d’un toit pour la nuit. De jeunes voyous solidaires dans la souffrance, s’abrutissant au mauvais schnaps dans les bouges des quartiers populaires. Ceux qui se faisaient arrêter par la police passaient par la case prison avant de retourner en foyer et de s’en échapper à nouveau.

Ce roman dit la misère sans misérabilisme. Il tient du témoignage, même si c'est clairement une fiction. Haffner dénonce la brutalité de l’assistance publique. Il décrit la violence permanente de la rue, le froid, la faim, le désespoir. Son texte est d’un grand réalisme, douloureux sans être dénué d’espoir. Surtout, on sent la proximité de l’auteur avec ses personnages, sa compassion jamais larmoyante, sa sincérité totale.

Un livre important pour découvrir le sort d’innombrables jeunes gens qui, dans l’Allemagne en crise de l’entre-deux-guerres, essayèrent de survivre tant bien que mal avant sans doute (même si le roman ne nous le dit pas) d’être emportés par le tourbillon du nazisme.

Entre frères de sang d’Ernst Haffner. Presses de la cité, 2014. 270 pages. 20,00 euros.

26 commentaires:

  1. Je l'avais remarqué, je le lirai.

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman me semble vraiment très intéressant et c'est une excellente chose qu'il ait été republié.

    RépondreSupprimer
  3. Quand Jerôme met la main sur une vieille pépite, ça fait mal! ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle-là, je suis bien content de l'avoir dénichée ;)

      Supprimer
  4. Ce livre me tentait beaucoup dans la rentrée littéraire 2014 :) Il faudra que je le lise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est passé un peu inaperçu, malheureusement.

      Supprimer
  5. Voilà qui me dit plus, plus, et plus encore ... Il semble y avoir un côté "bas-fonds" qui me plait beaucoup. Comme dans Dostoïevski ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais lu Dostoïevski alors je ne pourrais pas te dire ;)

      Supprimer
  6. Je l'avais noté. C'est un thème qui m'intéresse.

    RépondreSupprimer
  7. Ah flûte, déjà lu. Je l'avais aperçu dans ta dernière mise à jour PALesque et comme je l'ai aussi dans ma PAL, j'allais te le proposer en LC. Bon, tu fais bien de ne pas m'attendre remarque, vu que ça aurait pu nous mener à 2025.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si j'aurais pu attendre jusque là !

      Supprimer
  8. je n'avais jamais entendu parler de ce livre, merci pour le conseil :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en avais jamais entendu parler avant non plus.

      Supprimer
  9. Il me tente beaucoup de livre. Je trouve très intéressants les ouvrages traitant du quotidien des allemands à cette époque. Cela permet de resituer les choses dans un contexte, de comprendre comment certains en exploitant la misère et les peurs de tout un peuple ont pu bouleverser le monde. Cela permet également de sortir d'une image très noire des allemands et de leur redonner une humanité. Et c'est finalement là, le plus effrayant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout, on referme le livre en se demandant ce que ces gamins vont devenir pendant la seconde guerre mondiale.

      Supprimer
  10. alors déjà j'adore la couverture ( oui je suis une femme futile). Je ne sais pas elle appelle la rébellion, le côté mauvais garçon ;) Puis ce que tu en dis me tente énormément alors c'est noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais la couverture compte toujours beaucoup, tu as bien raison d'y prêter attention ;)

      Supprimer
  11. Le coté allemand permet d'avoir une autre vision ... J'avais beaucoup aimé la série "war generation" qui traitait de la 2de guerre et d'une groupe de 4 amis allemand. Connais tu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non je ne connais pas du tout mais je ne demande qu'à découvrir !

      Supprimer
    2. Au fait c'est une série Arte

      Supprimer
    3. J'ai vu (j'ai fait quelques recherches ;) )

      Supprimer
  12. J'ai un faible pour ces romans qui dépeignent la misère pour la force et la colère qu'ils dégagent le plus souvent. Et ce n'est pas courant d'en trouver sur l'Allemagne ( bon ... je n'ai pas cherché non plus ... à part "Les Camarades" d' Erich Maria Remarque mais je ne suis pas sûre que ce soit du même genre, il va falloir que je sorte de ma pal celui-là ) et sur l'entre-deux-guerres ce doit être particulièrement intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il te plairait. Moi en tout cas je l'ai trouvé passionnant !

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !