mercredi 18 décembre 2013

Le silence de Lounès - Baru et Pierre Place

Saint-Nazaire aujourd‘hui. Les chantiers navals. La contestation sociale qui explose. Les ouvriers face aux CRS. Nouredine le kabyle et Gianni le fils d’immigrés italiens jouent les leaders syndicaux. Ces deux-là sont les meilleurs amis du monde. Ils ont grandi ensemble dans cette ville qu’ils connaissent comme leur poche. Gianni a même épousé Samia, la sœur de Nouredine.

Algérie, 1957. La sale guerre. Lounès, le père de Nouredine, est resté planqué pendant le conflit. Son fils devenu adulte ne lui pardonnera jamais sa lâcheté : « Putain, Gianni, tu te rends pas compte que ton père, lui, il a aidé le F.L.N., et le mien il a rien fait. Tout son pays se battait, et lui, il a pas remué le petit doigt. […] On leur a foutu une branlée, on les a mis dehors, et lui, la seule chose qu’il se dépêche de faire, c’est de venir ici continuer à faire l’esclave, et nous à vivre à plat ventre. »

Un récit à double entrée, bourré de flashbacks, qui demande beaucoup d’attention pour ne pas perdre le fil. On navigue constamment entre Saint-Nazaire et l’Algérie des années 50, on suit sans temps mort les protagonistes de l’enfance à l’âge adulte et tout s’enchaîne avec une fluidité qu’il n’est pas évident de déceler à la première lecture. Une narration exigeante mais qui vaut la peine d’être décortiquée avec soin parce qu’au final le scénario de Baru tient sacrément la route.

Pour ce qui est du dessin, je ne connaissais pas du tout Pierre Place mais je trouve son travail bluffant. Aussi à l’aise pour croquer un bistrot ou les grues des chantiers navals que pour ressusciter la lumière de l’Algérie en guerre, il propose de grandes cases où tout est réalisé en couleurs directes, c’est magnifique.

Un album sur la filiation, la transmission, les non-dits et les silences. Un album plein de fureur, de colère et de rage qui met en scène le monde ouvrier et les immigrés sans illusions. Il est ici question de guerres perdues et d’espoirs déçus, d’une forme de reproduction générationnelle de l’échec. C’est beau et tragique, c’est triste et pessimiste, ça remue. Une atmosphère rugueuse, un propos engagé, comme d’habitude avec Baru. Et comme d’habitude, ça me parle et ça me plait.

Le silence de Lounès de Baru et Pierre Place. Casterman, 2013. 144 pages. 20 euros.






32 commentaires:

  1. Je ne suis pas très BD mais comme celle-ci évoque l'Algérie, ça m'intéresse ! Je la lirai sans aucun doute si je tombe dessus à la médiathèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sûr qu'elle arrive tout de suite à la médiathèque mais si tu sais te montrer patiente, ils devraient finir par l'avoir.

      Supprimer
  2. L'angle est complétement différent de la BD que j'ai présentée hier sur le même sujet et ça m'intéresse. je note donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça n'a rien à voir en effet mais c'est une autre approche.

      Supprimer
  3. Oulà, ça me semble bien compliqué comme lecture. Pas tentée en cette période de l'année. Mais c'est signé Baru et tu ne déconseilles pas. J'irais voir par curiosité ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ça demande une certaine attention, voire même une relecture dans la foulée, ce serait presque l'idéal.

      Supprimer
  4. Intéressant ! Le thème me parle donc je regarderai à la bibli si je la trouve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle arrivera à la bibli un jour, Baru, c'est une valeur sûre.

      Supprimer
  5. Très tentante en effet... mais besoin de légèreté en cette fin d'année. J'y reviendrai certainement :D

    Merci Jérôme ;)

    RépondreSupprimer
  6. Eh ben tu sais quoi, ça pourrait me plaire... Pas fan de Baru c'est vrai mais là il n'est pas au dessin et je suis plutôt tentée en fait. A voir...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Han, comment oses-tu ? Baru au dessin c'est vachement bien, c'est top même !!!!

      Supprimer
  7. Le sujet de l'Algérie est un sujet que je croise beaucoup en ce moment, et qui m'intrigue, par la force des choses. Je retiens la référence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet encore tellement peu étudié à l'école...

      Supprimer
  8. J'aime bien lire des choses sur l'Algérie et cette bande-dessinée à l'air particulièrement bien faite. Je la note donc

    RépondreSupprimer
  9. Le thème fait partie de ceux qui me tentent.

    RépondreSupprimer
  10. Pas tellement tentée par le sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est une histoire qui te parle peu.

      Supprimer
  11. Je l'avais repérée. Je veux la lire !

    RépondreSupprimer
  12. c'est vrai que le dessin semble parlant.
    Mais le sujet me semble bien rude en effet
    Luocine

    RépondreSupprimer
  13. Je peine à lire des BD, mais je persiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'en lis jamais je ne te conseillerais pas celle-là, ce serait une entrée en matière un peu difficile.

      Supprimer
  14. ? J'ai eu un message d'erreur, pas sûre que mon commentaire soit passé... Je te remercie donc de partager cette bd avec moi, je vais la découvrir au plus vite! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu vas aimer, Baru est un de mes auteurs chouchous.

      Supprimer
  15. Je trouve ton billet superbe +++.
    Tu me rassures, à "avouer" (;-)) avoir trouvé l'album ardu.
    J'ose à peine dire que j'ai dû le lire 3 fois (non, en fait, en vrai, c'est 4 fois)... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du compliment ;)
      Oui c'est ardu mais j'ai aimé cette complexité de la narration.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !