mardi 13 décembre 2016

Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire - Gilles Abier

« Je n’ai pas la force de quitter mon lit. Aucune envie de me lever. J’aimerais dormir toute la journée, un mois entier, une année. Que tout s’arrête. Que ça revienne comme avant. Je suis prêt à me contenter de l’ordinaire. Être un gamin quelconque, un brin malingre, pas trop idiot, qui vise la périphérie. À quoi bon vouloir se tenir au centre, au-dessus de la mêlée ? C’est bien une vie rangée. On est moins déçu quand on rêve de ce qu’on peut atteindre. »

Elias est persuadé qu’il lui arrivera un jour un truc extraordinaire. En attendant il s’invente des histoires : dompteur de tigre du Bengale, chanteur de R&B, créateur de jeux vidéo à succès, champion de judo, pâtissier de génie ou illustrateur dont les galeries d’art s’arrachent les œuvres. En vrai il est maigrichon et pâlot, à 13 ans il en paraît 9. En vrai il habite avec sa mère et son beau-père et ce n’est pas la joie. En vrai, il va devoir arrêter de ne vivre que dans sa tête et regarder la réalité en face. Sauf que depuis peu, il rêve qu’il est un oiseau. Et il constate à chaque réveil que son corps se transforme en celui d’un corbeau. Pour de vrai…

Ah, Gilles Abier ! Plonger dans un de ses romans est décidément une expérience à part, une expérience dont il est difficile de se remettre. Depuis « La piscine était vide » j’admire sans réserve sa capacité à dire les maux de l’enfance avec une distance, une retenue et une finesse qui ne cesse de me surprendre. Il s’amuse à semer des petits cailloux comme autant d’indices sur le chemin du lecteur avant de brouiller les pistes, il se garde d’annoncer les choses « frontalement » pour mieux rester dans la suggestion, il sait merveilleusement ménager ses effets et cultive un art de la chute qui me laisse à chaque fois sans voix. Ici, il oscille entre rêve et réalité, joue sur le registre de la folie et de l’hallucination, flirte avec le fantastique pour revenir à un pragmatisme qui fait froid dans le dos et nous cloue sur place dans les dernières pages.

Je n’ai pas envie d’en dire plus, c’est un roman qui se vit plutôt qu’il se raconte, c’est une plongée aussi intime que touchante dans le quotidien d’un garçon perdant peu à peu pied, perdant peu à peu le contrôle de lui-même. Du grand art.

Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire de Gilles Abier. La joie de lire, 2016. 156 pages. 14,00 euros. A partir de 11-12 ans.


Une pépite jeunesse que partage une fois encore avec Noukette.


28 commentaires:

  1. Encore un auteur qu'il me faut découvrir à tout prix. J'ignore si je dois t'en vouloir ou t'en remercier!

    RépondreSupprimer
  2. C'est faux! Je le connais! J'ai lu "Un nuage dans le ventre", publié chez Actes Sud Junior. Et c'est à cause de ce roman que je me suis procurée presque tous les titres de cette collection! Fiou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui pousse à la consommation, je te le confirme ;)

      Supprimer
  3. Merci les copains, je note pour un petit garçon a qui cette histoire là devrait bien plaire ....
    Moult bises

    RépondreSupprimer
  4. comme je l'ai dit chez Noukette, j'ai peur de ce qui va arriver à cet enfant.

    RépondreSupprimer
  5. Un roman qui se vit, c'est noté ! D'autant que j'aime beaucoup le titre.

    RépondreSupprimer
  6. un des livres que je veux lire ! merci pour la chronique!

    RépondreSupprimer
  7. Tentant comme chaque mardi ou presque !

    RépondreSupprimer
  8. Tu donnes envie de le lire et en même temps, tu inquiètes, surtout si l'auteur maîtrise l'art de la chute !

    RépondreSupprimer
  9. J'avais envie de continuer le titre par "je lirai ma PAL actuelle avant 2020", hahaha !

    RépondreSupprimer
  10. Il est fort ce Gilles Abier, j'applaudis des deux mains !

    RépondreSupprimer
  11. J'aime ces auteurs qui arrivent à nous transmettre les maux de l'enfance. Une histoire touchante que celle de ce petit garçon. Une vraie petite pépite on dirait bien!

    RépondreSupprimer
  12. J'avais aussi été happée par "la piscine", et par son bouquin autour du lien à la mère. En plus c'est un gars très sympathique !

    RépondreSupprimer
  13. J'ai découvert Gilles Abier cette année, je comprends pourquoi tu l'apprécies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il te reste beaucoup de ses titres à lire alors ;)

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !