mercredi 14 décembre 2016

Le crime qui est le tien - Philippe Berthet et Zidrou

« L’ignorance est un luxe. On ne le découvre – hélas ! – que quand la vie vous crache ses quatre vérités au visage. »

Accusé du meurtre de sa femme volage et recherché par toutes les polices du pays depuis près de trente ans, Greg vit reclus dans une ferme au fin fond du bush australien où il élève des moutons. Apprenant que son frère atteint d’un cancer a reconnu le crime sur son lit de mort, le berger quitte son troupeau et retourne dans sa ville natale. Accueilli par le shérif qui n’a eu de cesse de le traquer, il découvre des habitants s’excusant du bout des lèvres d’avoir fait de lui un paria. Depuis que le vrai coupable est connu, la belle-sœur et la nièce de Greg, considérées comme des proches du « monstre », vivent un véritable enfer. Il faut dire que la victime avait été retrouvée lardée de soixante-sept coups de ciseaux à bois, à tel point que son corps avait « plus de blessures que de chair intacte ». Au fil des jours, Greg trouve son statut d’innocent de plus en plus pesant. Hanté par la présence permanente de sa femme défunte, conscient qu’il lui sera impossible de retrouver sa place parmi les hommes après tant d’années de solitude et détenteur d’une vérité qu’il est le seul à connaître, il lui semble préférable de disparaître à nouveau…

Un album où l’on convoque les fantômes, les secrets de famille et la lâcheté ordinaire, où l’ambiance délétère d’une petite localité de Nouvelle-Galles du Sud devient davantage poisseuse à chaque page. Le bal des faux-culs et le poids de non-dits entraînent chacun vers sa perte. Avec une mécanique narrative sans faille, Zidrou amène ses personnages au bord du gouffre, aussi lentement que sûrement, tout en proposant une réflexion complexe et profonde sur la notion de culpabilité.

Graphiquement, dans cette Australie des années 60 aux faux airs de Texas, la brutalité affleure en permanence sous le calme apparent. Une atmosphère parfaitement retranscrite par le trait élégant et les couleurs lumineuses d’un Berthet en très grande forme. Un récit noir à l’esthétique Old School qui démontre s’il en était encore besoin que chacun de nous possède une face cachée, une part sombre qu’il serait préférable de ne jamais mettre en pleine lumière. « Les hommes, ils font ce qu’ils peuvent les hommes ! ». Pour le meilleur et pour le pire.

Le crime qui est le tien de Philippe Berthet et Zidrou. Dargaud, 2015. 64 pages. 15,00 euros.



Toutes les BD de la semaine sont aujourd'hui chez Noukette













36 commentaires:

  1. Intéressant cet album visiblement. Je vais regarder ça de plus près ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne doute pas que tu vas le regarder de plus près maintenant qu'il est arrivé chez toi ;)

      Supprimer
  2. Un bon souvenir cet album ! Un scénario bien ficelé !

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai lu mais je suis beaucoup moins enthousiaste que toi... Le dessin ne m'a pas convaincue et je suis restée très en retrait de l'histoire.

    RépondreSupprimer
  4. Le dessin ne me plait pas du tout au premier coup d'oeil... Je ne sais pas si je pourrais apprécier la BD quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis Berthet depuis 30 ans, c'est un de mes dessinateurs préférés, découvert avec sa série "Le privé d'Hollywood.

      Supprimer
  5. je crois que je préférerai cette histoire e roman qu'en BD

    RépondreSupprimer
  6. Il m'attend, il faut toujours avoir un peu de Zidrou sous le coude pour les moments de disette ;-)

    RépondreSupprimer
  7. J'ai eu peur avec la couv' mais tu me tentes bien quand même :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La couv est bien plus effrayante que l'histoire.

      Supprimer
  8. Aïe ! Zidrou, Australie... Bon, je pourrais sortir la carte du "les secrets de famille, c'est pas mon truc" mais j'aime bien l'exploration de la notion de culpabilité. A voir.:-)

    RépondreSupprimer
  9. Uhhhhhhh <3 Zidrou koa ! Pas lu encore mais il va falloir, ce que tu en dis me plait bcp !
    Bisous jeune homme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi tu es une fan absolue du monsieur ;)

      Supprimer
  10. J'aime bien Zidrou mais le graphisme de cette BD me tente peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un dessin un peu daté mais je l'adore.

      Supprimer
  11. Je ne suis pas attirée par le sujet mais comme c'est Zidrou, je l'emprunterai sans doute si je le trouve à la médiathèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait une bonne façon de procéder ;)

      Supprimer
  12. j'ai bien envie de tenter! surtout s'il y a du Zidrou dedans!

    RépondreSupprimer
  13. ok encore un truc à noter. Zidrou n'arrête jamais dis donc!!

    RépondreSupprimer
  14. Voilà une histoire à perdre haleine, un récit noir qui pourrait bien satisfaire ma soif de ce genre d’histoire. Enfin, pas toujours mais une fois de temps en temps j’aime bien m’y plonger. Paradoxalement c'est "rafraîchissant"! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que c'est l'occasion de radicalement changer d'univers.

      Supprimer
  15. J'avais été agréablement surprise par son album Perico. Alors si après Hautière il fricote avec Zidrou, je signe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un troisième volume de cette collection doit sortir fin janvier.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !