mardi 15 avril 2014

Charlie - François David

Luce a 13 ans. Une gamine comme les autres, à une chose près : son meilleur ami fait la manche assis sur un carton, devant un magasin. Il s’appelle Charlie et chaque jour elle le rejoint pour passer de longues heures à ses cotés. Une amitié forte, incroyable même. Si ses parents, compréhensifs, ne lui mettent pas de bâtons dans les roues, le regard porté par les autres n’est pas aussi bienveillant, loin de là. Mais Luce s’en contrefiche, ce qui compte pour elle, c’est d’être avec Charlie : « Avant Charlie, il n’y avait personne […] dans ma vie. Un jour, il a été là, avec ses deux cartons, et, pour moi,  à l’instant, plus rien n’a été pareil. »

Une histoire difficile à croire. Comment une jeune fille peut s’attacher à ce point à un SDF ? Comment ses parents peuvent la laisser faire avec autant de facilité alors qu’ils ne savent rien de cet homme ? Et pourtant cette histoire est vraie. En fin d’ouvrage, une interview de la « véritable » Luce (qui se prénomme en réalité Laure) menée par l’auteur lui-même permet d’éclairer chaque point du récit et remet l’ensemble en perspective. Et Laure le reconnaît sans peine : « J’imagine que tout n’est pas si évident à comprendre et il me semble que je m’en apercevais déjà à l’époque dans certains regards croisés avec des personnes qui passaient devant le magasin. […] Il y avait tellement de choses qui nous séparaient. Nous avons, il me semble, lui et moi, su faire abstraction de ces différences pour que notre histoire soit une vraie rencontre d’amitié et de partage. »

Compréhensible ou pas, peu importe. Cette relation amicale incongrue dégage des ondes positives. L’attention aux autres, une forme d’altruisme sans contrepartie, la prédominance de l’être sur le paraître, voila ce dont il est question ici. Et puis j’ai beaucoup aimé la fin qui évite, comme je le craignais, de tourner au neuneu ou de laisser le lecteur en plan en montrant Charlie et Luce au même point qu’à la première page.

Encore un texte engagé des éditions Le Muscadier. Engagé mais intelligent et sans gros sabots. Comme d’habitude, quoi.

Charlie de François David. Le Muscadier, 2014. 68 pages. 6,90 euros. A partir de 9 ans.

Une lecture commune que je partage comme chaque mardi avec Noukette mais aussi cette semaine avec Stephie. Plus on est de fous...

42 commentaires:

  1. Comme toi, malgré quelques petites invraisemblances selon moi, je suis en accord avec les valeurs véhiculées par ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques passages "too much", je suis d'accord.

      Supprimer
  2. Pour une fois, je l'ai déjà lu. Je l'ai trouvé trop court et pas assez marquant. Un peu déçue. L'histoire est originale mais il me manque quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Court, je suis d'accord. Après j'ai quand même trouvé l'histoire assez marquante.

      Supprimer
  3. Ça me fait penser à "No et moi" ...

    RépondreSupprimer
  4. De belles valeurs dans ce roman, ou,i qui auraient mérité d'être un peu plus développées peut-être... Une collection et un éditeur à suivre en tous cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un éditeur que j'apprécie vraiment beaucoup.

      Supprimer
  5. "Comment il s'appelle, ce roman ?" me disais-je. Et dans les commentaires, Leiloona qui évoque "No et moi". Voilà ce que je cherchais ! Merci Leiloona !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a l'air connu ce roman, va falloir que je me penche sur son cas...

      Supprimer
  6. Il va me plaire, et peut-être aussi aux enfants que j'accompagne, ceux en marge.

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi le sujet m'évoque No et moi qui ne m'a pas convaincue... Le sujet véhicule sûrement des idées louables mais... il faut voir... si un jour je le trouve à la médiathèque. J'ai déjà lu cet auteur jeunesse et il me semble que c'était pas mal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur a déjà publié beaucoup de choses en jeunesse. Et comme tu dis, il faut voir ;)

      Supprimer
  8. Intéressant pour ma petite-fille

    RépondreSupprimer
  9. Ton billet me rappelle également No et moi que j'avais aimé et que ma nièce de 15 ans a vraiment apprécié. Même si ces rencontres sont trop rares dans notre société peureuse face à l'inconnu, ces livres apportent une note positive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve que ce roman diffuse un message très positif.

      Supprimer
  10. Un joli sujet pour lire et en parler avec les enfants ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça peut en effet être l'occasion de discuter d'un sujet pas simple à aborder.

      Supprimer
  11. oui , bon, je ne suis pas trop convaincue ! trop de bons sentiments , la réalité est autrement plus complexe , à ce que je vois en tout cas
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais là pour le coup c'est une histoire vraie...

      Supprimer
  12. Je viens de relire mon avis. Non, vraiment, je peux pas, ce genre de livre.
    Du sensationnalisme doublé de politiquement correct.
    Ca ne te choque pas, ça, Jérôme, toi qui as des filles de cet âge ?
    "Charlie avait de plein de poils partout, de la barbe, de la moustache, des cheveux, sans qu'on puisse savoir où ça finissait et où ça commençait. J'adorais l'embrasser tous les jours sur son pelage roux qui lui mangeait le visage, sauf le nez, sauf les lèvres."
    J'ai cru qu'elle parlait d'un clébard, je me suis dit que je n'avais rien compris...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Politiquement correct à la rigueur mais sensationnaliste, je vois pas... Que les parents laissent les choses se passer ainsi, ça ne me choque pas vraiment .Surtout qu'elle explique dans l'interview que c'était dans "leur mode de fonctionnement".
      Maintenant moi, personnellement, jamais je ne laisserais faire un truc pareil. Pas parce que Charlie est un SDF mais parce que c'est un parfait inconnu !

      Supprimer
    2. Oui, j'avais peur que tu te méprennes sur ce que je disais : ne pas laisser sa fille traîner comme ça... pas parce que c'est un SDF, non, parce que c'est un homme.

      Supprimer
    3. J'avais très bien compris ce que tu voulais dire, t'inquiète ;)

      Supprimer
  13. Je dois être faible en ce moment... Je note tout, j'achète, j'emprunte... mais c'était après une bonne préiode sans...^^

    RépondreSupprimer
  14. Ce livre m'intrigue. A voir s'il est plutôt révoltant ou touchant. Je prends note, en tout cas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi il n'a strictement rien de révoltant. Il interpelle, c'est tout (et c'est déjà pas mal).

      Supprimer
  15. je ne sais pas quoi en penser, j'ai aussi lu l'avis de NOukette (presqu'aussi enthousiaste que toi), mais je m'inquiète de la vraisemblance.... je crains soit trop de bons sentiments soit trop de glauque...et je me demandais à partir de quel âge un enfant peut-il être confronté à cette réalité (littéraire) là?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais qu'il peut être lu à partir de 9-10 ans. Ce n'est pas du tout de la littérature choquante.

      Supprimer
  16. Quelle belle histoire, porteuse d'espoir et de tolérance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'ai trouvé de plus intéressant dans ce roman.

      Supprimer
  17. Ton billet me fait penser à No et moi. J'avais beaucoup aimé ... Je repartirai bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde me cite ce titre en référence, il va falloir que je le lise.

      Supprimer
  18. Je ne lis pas les titres jeunesse du Muscadier mais ceux de la collection Le Choc des idées, et j'adore définitivement ! C'est une maison qui mérite d'être découverte et reconnue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis davantage attiré par leur collection jeunesse mais je ne doute pas que le reste du catalogue soit de qualité.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !