mercredi 11 janvier 2017

Sweet Tooth T1 - Jeff Lemire

Depuis sept ans la terre est ravagée par un virus inconnu ayant fait disparaitre la quasi-totalité de la population. Les enfants nés après le début de l’épidémie semblent immunisés. Ce sont des enfants hybrides, mi-humains, mi-animaux. Gus est l’un d’eux.  Enfant cerf, il n’a jamais quitté les bois. Son père le lui a toujours interdit car, « en dehors des bois, il y a le feu et l’enfer ». A la mort de ce dernier Gus est capturé par des chasseurs. Secouru par le mystérieux Jepperd, il se résigne à désobéir aux recommandations paternelles et à suivre son sauveur jusqu’à la réserve, un endroit où, théoriquement, il sera en sécurité.

Encore du post apocalyptique, encore une pandémie destructrice et des enfants livrés à eux-mêmes. Je ne suis ni fan ni spécialiste du genre mais je suis en train de lire « Dans la forêt » qui aborde le même thème et ma fille m’avait traîné au cinéma l’an dernier pour voir la « Cinquième vague », à peu près dans le même créneau. Sans compter le fait que Gus m’a, par bien des aspects (naïveté et découverte du monde dans toute sa sauvagerie et sa complexité), rappelé Le garçon de Marcus Malte. Bref, il y avait un vrai risque de saturation avec ce Comics que Mo a eu la gentillesse de déposer au pied de mon sapin il y a 15 jours. Et pourtant je me suis régalé de bout en bout.

Je retrouve dans cette série des thèmes récurrents chez l’auteur de Jack Joseph, à savoir le difficile rapport au père, la religion, la construction de l’identité, le sentiment d’abandon lié à la perte d’un proche, la violence et même le hockey sur glace. La dimension post apocalyptique est ici un prétexte pour aborder la question de la culpabilité, du passage de l’innocence à « l’expérience », de l’ignorance à la prise de conscience. Jepperd est le guide de Gus, son protecteur, celui sans lequel le garçon ne pourrait affronter le monde des hommes et leur méchanceté primaire. Mais ce n’est évidemment pas si simple. Chaque épisode de la série (il y en a onze dans ce premier tome) pousse plus loin l’ambivalence des rapports humains et souligne l’ampleur des désillusions, même si une infime trace de lumière continue de vaciller dans les ténèbres sans jamais s’éteindre totalement.

Graphiquement c’est brut de décoffrage, le trait est aiguisé comme une lame et le cadrage sans faille tient le lecteur en haleine, jouant sur l’alternance entre des séquences pied au plancher et d’autres presque contemplatives. Et j’aime toujours autant cette représentation de la violence sans complaisance ni esthétisation excessive qui est un peu la marque de fabrique du dessinateur.

Il y a quelque chose de poignant et d’unique dans ce récit au départ des plus classiques. Lemire s’empare du sujet avec une maîtrise, une puissance et un angle d’attaque qui lui donne une véritable originalité. Un tour de force absolument épatant qui m’a laissé pantelant au moment de tourner la dernière page. Le troisième et dernier tome vient tout juste de sortir, mon banquier ne va pas remercier Mo de m’avoir fait découvrir une série aussi addictive parce qu’il est évident que je vais me jeter sur la suite sans plus attendre.

Sweet Tooth T1 de Jeff Lemire (traduction Benjamin Rivière). Urban Comics , 2015. 280 pages. 22,50 euros .

Mo a déjà lu toute la série, la veinarde. Son avis ici.



46 commentaires:

  1. Je vais la suggérer à l'achat auprès de la bibliothécaire de ma ville ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je savais qu'il y avait gros risques. Le côté religieux imposé par le discours du père, le fait que ce soit un récit post-apo aussi. Tant pis... risques à courir, c'est Jeff Lemire aux commandes. Au pire, tu n'aurais pas aimé.
    Ravie de te lire sur cette série en tout cas.
    Il y a des clins d'oeil à ses autres séries aussi (et notamment ici quand on se pose quelques cases durant dans la chambre de Jimmy, le hockeyeur d'Essex). Puis le thème de la paternité puis puis... :)
    Un récit qui monte en puissance.
    Merci d'avoir accepté de découvrir cet univers ;)

    RépondreSupprimer
  3. Pas fan du post-apo non plus mais ce que tu en dis éveille ma curiosité, malgré un dessin qui ne me séduit pas de prime abord...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dessin est très particulier, je le reconnais.

      Supprimer
  4. le terme post-apocalyptique me fait fuir....

    RépondreSupprimer
  5. Vu vu vu, punaise, tu enfonces le clou ! Faut que j'aille au moins la feuilleter :-p
    Bisous jeune homme

    RépondreSupprimer
  6. Tu l'as dit : encore une pandémie, encore du post-apocalyptique.

    RépondreSupprimer
  7. Alors autant je ne lis jamais de comics, autant là je suis plus que séduite par l'univers et les personnages décrits ! Vendu !

    RépondreSupprimer
  8. Malgré toutes tes remarques intéressantes, je passe...

    RépondreSupprimer
  9. Je ne l'aurais pas lu a priori mais maintenant je suis curieuse :)

    RépondreSupprimer
  10. Une bien jolie chronique, mais le sujet ne me botte pas vraiment...

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de lire l'avis de Mo' et vous semblez sur la même longueur d'onde.

    RépondreSupprimer
  12. Je l'ai vue plusieurs fois affichée dans ma librairie de bd mais quelque chose me retenait...mais j'aurais quand même bien envie de découvrir ces personnages.

    RépondreSupprimer
  13. Cette trilogie a l'air vraiment intéressante !! Je viens de chez Mo. Il faut que je regarde si ma bibli la possède.

    RépondreSupprimer
  14. Je note le titre dans un petit coin, à voir si je le croise ! Merci !!

    RépondreSupprimer
  15. Je me sens très réticente ! Je n'aime pas trop l'idée du personnage mi-homme mi-animal...

    RépondreSupprimer
  16. Les récits d'apprentissage, histoires de passages de l'innocence à l'expérience, je n'ai jamais été très fan, mais je ne doute pas une seconde que cette série soit addictive une fois qu'on a mis le nez dedans.

    RépondreSupprimer
  17. Comme je disais chez Mo, depuis que j'ai vu les images dans le groupe, je me disais que ça me disait de quoi... et oui, en effet, je l'ai. En anglais. Depuis des années. Soupir, soupir, soupir. Je le lirai, donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un conseil : ne le laisse plus traîner !

      Supprimer
  18. Pas fan du genre non plus... mais tentant quand même !

    RépondreSupprimer
  19. Entre Mo et toi, on peut dire qu'il y a complot pour cette curieuse tentation !

    RépondreSupprimer
  20. je crois que j'avais déjà noté (oui chez Mo sans doute !)

    RépondreSupprimer
  21. Une série addictive qui traite de thèmes que je ne me lasse pas de découvrir. Tu as des titres en référence qui piquent encore plus ma curiosité, "Dans la forêt" et "Le garçon". Et si y'a même le hockey sur glace ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le hockey c'est que dans celui-là, hein !

      Supprimer
  22. Bonjour,
    Je disais à Mo' que les couvertures des albums étaient belles. Je l'ai noté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles sont superbes les couvertures, je suis bien d'accord.

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !