mercredi 4 janvier 2017

Jamais je n’aurai 20 ans - Jaime Martin

Juillet 1936. Franco et les généraux putschistes lancent le coup d’état qui fera de l’Espagne une dictature militaire trois ans plus tard, après la capitulation des forces républicaines. Au début de la guerre civile, Isabella, la grand-mère de Jaime Martin, a tout juste 20 ans. Couturière illettrée, elle fréquente une bande de jeunes de son âge portés par les idéaux libertaires. Son futur époux, Jaime, s’est engagé dès le début du conflit dans une unité d’artillerie républicaine. Au moment où la dictature s’installe, tous deux vivent chichement (et dangereusement) grâce, entre autres, à la contrebande de tabac. Après la naissance de leurs deux premières filles (ils en auront trois), ils se lancent dans la récupération de bouteilles vides qu’ils revendent aux pharmacies et aux viticulteurs. Une petite entreprise qui prospère rapidement, même si le passé républicain du couple laisse planer sur leur quotidien un danger aussi insidieux que permanent.

Magnifique regard porté par l’auteur sur ses grands-parents et leur douloureuse histoire. Il met en lumière leur engagement politique, les épreuves auxquelles ils ont dû faire face et leur abnégation pour offrir à leurs enfants les meilleures conditions de vie possibles malgré une situation critique, sans pour autant en faire des héros, sans tomber dans l’exercice d’admiration. Le sujet est traité avec pudeur et délicatesse, en dehors de tout jugement, de tout parti pris. Jaime Martin dit la guerre avec une grande justesse, il dit la peur, l’horreur des combats et des exécutions sommaires, les privations, les humiliations, l’angoisse, les petits moments de bonheur, le pays écrasé par la botte fasciste, une jeunesse éprise de liberté dont les rêves ont été brisés.

La narration, respectant la chronologie des événements, reste d’une parfaite lisibilité grâce à un découpage et un dessin à la fois sobres et efficaces. « Jamais je n’aurai 20 ans » est un remarquable travail de mémoire utilisant l’histoire familiale pour offrir un témoignage à la portée universelle. Un très grand album.

Jamais je n’aurai 20 ans de Jaime Martin. Dupuis, 2016. 120 pages. 24,00 euros.



Toutes les BD de la semaine
 sont aujourd'hui chez Moka














49 commentaires:

  1. Quand tu conclus par "Un grand album", quelque chose me dit qu'il n'y a aucune raison d'hésiter (et d'attendre.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'hésitation à avoir. Selon moi du moins ;)

      Supprimer
  2. Je l'ai croisé en librairie celui-ci et il m'a fait de l'oeil. Tu confirmes !

    RépondreSupprimer
  3. Un auteur qui m'avait marqué sur "Toute la poussière du chemin". Et puis vu ton engouement pour cet album-là, why not !?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un auteur que je découvre en ce qui me concerne.

      Supprimer
  4. Comme Moka, comment résister à un "grand album" ?

    RépondreSupprimer
  5. Je veux, ça me plait, ton billet, les dessins et évidemment la thématique, bref ça me plait koa ;-)
    Merci pour la découverte jeune homme, je note
    et des bisous givrés

    RépondreSupprimer
  6. Je ne sais pas pourquoi, et c'est à tort, mais c'est toujours eu du mal avec les romans sur la guerre civile en Espagne ... peut-être commencer par une BD ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a pourtant de très grands romans sur le sujet.

      Supprimer
  7. Cela pourrait être très intéressant à lire !

    RépondreSupprimer
  8. Ça m'a l'air d'être une très bonne pioche cet album, tu commences bien l'année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle commence parfaitement cette année BD !

      Supprimer
  9. Il fait partie de la sélection d'un prix BD historique auquel je participe avec les 3èmes mais je n'ai pas encore pu mettre la main dessus. Il est tout le temps emprunté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu finiras par mettre la main dessus.

      Supprimer
  10. j'ai lu un roman et vu une série créée à partir de ce roman : "L'espionne à Tanger" qui semble raconter la guerre d'Espagne avec la même sensibilité mais sans le côté"romanesque" qui m'a glénée dans le roman comme dans la série

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là on est clairement dans la biographie.

      Supprimer
  11. Je l'avais déjà repérée, ton article ne fait que confirmer mon envie!

    RépondreSupprimer
  12. J'avais repéré cette BD dans l'opération Masse critique, j'en ai lu une autre très bien... mais tu me confirmes qu'elle devrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ? Tu as eu laquelle ?

      Supprimer
    2. J'ai eu Le porteur d'histoire et j'en ai été très contente !

      Supprimer
  13. Je ne peux pas m'empêcher de penser au roman "Pas pleurer" de Lydie Salvayre. Tu es très tentant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est celui avec lequel elle a eu le Goncourt, non ?

      Supprimer
  14. tu commences fort !
    si un jour je le croise en bibli !

    RépondreSupprimer
  15. Que du positif dans ton avis, ça donne très envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  16. Il m'avait fait de l'oeil aussi mais je crois que c'est le mix histoire familiale/témoignage qui me séduit le plus dans ce que tu dis.

    RépondreSupprimer
  17. Tu m'as sacrément donné envie de le lire celui- ci!

    RépondreSupprimer
  18. j'avais déjà noté le titre et ben je le renote :D
    Merci !!

    RépondreSupprimer
  19. Noté, j'aime ce genre de BD qui risque de m'en apprendre sur la période dont je ne suis pas du tout spécialiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une période qui m'intéresse depuis très longtemps.

      Supprimer
  20. Ah là voui, je note ! En plus, je trouve les auteurs de BD espagnols de plus en plus intéressants, ils ont vraiment des choses à raconter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une génération assez exceptionnelle en Espagne, c'est vrai.

      Supprimer
  21. Je connais très peu cette période de l'histoire. Très intéressée

    RépondreSupprimer
  22. Pourquoi n'existe t'il pas en livre ? Tu sembles si enthousiaste que je l'ai retenu à la bibli... en BD, je verrai

    RépondreSupprimer
  23. J'ai une folle envie de le découvrir. En fait, depuis que j'ai lu "pas pleurer" de Salvayre, j'ai vraiment envie d'en savoir davantage sur cette partie de l'histoire

    RépondreSupprimer
  24. Je salue le courage de ces auteurs qui osent nous livrer le témoignage de leur vie ou de ceux de leurs proches. Une histoire forcément émouvante, par le thème. Le temps passe, mais la mémoire reste... Un album à lire!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !