jeudi 5 janvier 2017

Le garçon - Marcus Malte

Le garçon est un héros sans nom ni voix. Un enfant sauvage élevé par sa mère au fin fond de la Provence, près de l’étang de Berre. A la mort de sa génitrice, il quitte sa terre natale et découvre pour la première fois ses semblables. Livré à lui-même, ne connaissant rien des usages du monde, le garçon parcourt avec innocence le début du 20ème siècle, d’un hameau perdu aux champs de foire, d’une vie de bohème aux grands boulevards parisiens, des tranchées de la Grande Guerre au bagne de Cayenne et à l’Amazonie.

En chemin il découvre l’âpreté d’une vie de rien, la bonhommie d’un lutteur invincible, la bienveillance d’un notable et la passion brûlante de sa fille, la douleur de la perte, l’horreur de la guerre. Au fil des pages affleure l’éveil d’une conscience, conscience d’une âme pure appréhendant le monde « civilisé » dans toute son horreur et sa complexité.

Pfff, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ? Le garçon m’a laissé sur le cul. A la fois conte cruel et roman d’apprentissage, ce récit hypnotique est porté par le désenchantement, traversé par une mélancolie poétique doublée d’une profonde réflexion sur l’humanité. C’est un récit fleuve qui ne cesse de gagner en puissance, à l’écriture tantôt lyrique, tantôt nerveuse,  toujours tenue. Une écriture en demi-ton, « à l’oreille », d’une sonorité délicieusement musicale, si caractéristique de Marcus Malte.

Il lui aura fallu cinq ans pour venir à bout de ce roman-monde plein de souffle à la trame narrative ample, ambitieuse, loin, si loin du minimalisme ambiant et des geignardises nombrilistes de la littérature française actuelle. Mon plus gros coup de cœur de la rentrée littéraire, sans discussion possible. Je l’ai lu début août. Cinq mois plus tard, pas besoin de le rouvrir pour rédiger ce billet, je m’en souviens comme si c’était hier. C’est pour moi la marque des grands livres, des rares livres qui marquent de façon indélébile une vie de lecteur.

PS : Pour tout vous dire et au risque de spolier, si j’ai tout aimé dans ce roman, j’ai particulièrement apprécié sa conclusion. Le retour à l’état originel, animal. Le retour à la solitude, celle qui nous habite à la naissance et face à laquelle on se retrouve au moment de fermer les yeux pour la dernière fois. Entre les deux, les rencontres, l’amitié l’amour, les conflits, les bons et les mauvais moments passés dans la communauté des hommes. Mais au final le garçon est seul, il quitte cette humanité qu’il a eu tant de mal à atteindre, à apprivoiser, à comprendre. Parti de la sauvagerie, il y retourne sans regret, apaisé et serein. J’ai adoré cette façon imparable d’achever une si belle histoire.

Le garçon de Marcus Malte. Zulma, 2016. 544 pages. 23,50 euros.


Une lecture commune prévue de longue date et partagée avec la douce Moka. Après Blast et Confiteor, j'ai la chance de découvrir à ses cotés un troisième titre inoubliable. Et je sais d'avance que l'on ne s'arrêtera pas à trois.





67 commentaires:

  1. Marcus Malte... j'adore. Du coup je ne sais pas pourquoi du tout je ne l'ai pas encore lu alors qu'il est dans ma pile!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai vu en bouquinerie. J'ai hésité. Mal m'en a pris. Il ne cesse de me faire de l'oeil et tu en rajoutes une méchante couche avec ce PS. Il va rejoindre ma pal dans ma long, crois-moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aurais raison d'en faire une priorité ;)

      Supprimer
  3. J'ai eu beaucoup de mal aussi à parler de ce roman qui est d'une richesse incroyable. Quelle œuvre !

    RépondreSupprimer
  4. Il est arrivé dans ma PAL, il y a quelques jours...
    À force de lire à son propos des billets dithyrambiques et vibrants, je pense qu'il sera ma prochaine lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de savoir ce que tu vas en penser !

      Supprimer
  5. Il est à la bibli, mais j'hésite...

    RépondreSupprimer
  6. je n'ai pas du tout accroché à son style dans ses romans précédents, j'ai abandonné (sauf pour une nouvelle) donc non malgré le sujet et le PS que je trouve génial !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là pour le coup c'est un roman très différents de ses précédents, tant sur le fond que sur la forme.

      Supprimer
  7. Oui je sais je sais, il faut ! D'autant que ce jeune homme habite ma ville hein et que je ne l'ai jamais lu, ce scandale ;-)
    Une de mes (nombreuses) résolutions de la nouvelle année héhé
    Bisous jeune homme de mon cœur <3

    RépondreSupprimer
  8. un livre qui ne m'attire pas du tout, mais entre Noukette, Moka et toi, je vais bien entendu succomber !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est encore meilleur de succomber pour un livre qui n'attire pas ;)

      Supprimer
  9. Quel sujet ! Je suis tentée ton avis enthousiaste.

    RépondreSupprimer
  10. Tu transmets fort bien ton enthousiasme ! Qu'on le dise à tous : il faut lire ce très beau roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec toi, tout le monde devrait lire ce magnifique roman !

      Supprimer
  11. Pourquoi d'autres lectrices qui d'habitude suivent tes avis hésitent? je sais il suffirait que je le lise pour me faire une idée par moi-même mais voilà c'est un gros pavé alors moi aussi j'hésite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, c'est un pavé qui se lit tout seul.

      Supprimer
  12. ENFIN !!!! J'ai pas de mots pour ce roman tellement il m'a transportée mais je suis plus que ravie de lire les tiens sur cette merveille ! Sublime !

    RépondreSupprimer
  13. Bien d'accord avec vous cher Jérôme !!!! Ce qui m'a plu aussi c'est qu'à aucun moment le Garçon ne parle ni ne pense... On ne le voit qu'aux travers des autres comme si au final pour exister, les "autres" sont nécessaires...Bref j'ai adoré !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et on le voit évoluer en fonction des autres aussi, c'est ce qui est fascinant je trouve.

      Supprimer
  14. Très belle chronique qui reflète largement toutes mes sensations à la lecture de ce livre unique. Je suis d'accord, cette fin est sublime et contribue à ancrer ce livre dans les mémoires, pour longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tellement difficile de terminer un roman de façon inoubliable.

      Supprimer
  15. Tu confirmes mon envie de le lire, il faut que je vois si je peux le réserver à la bibli...

    RépondreSupprimer
  16. Mais en plus, vous choisissez des pavés !

    RépondreSupprimer
  17. <3 <3 <3 Le garçon <3 Baaaah chu d'accord avec toi !

    RépondreSupprimer
  18. Entièrement d'accord avec toi, c'est le meilleur livre de la rentrée littéraire et de loin. Cela faiisait un moment que je n'avais pas lu un roman aussi réussi.

    RépondreSupprimer
  19. J'avais peur d'un récit totalement désenchanté ou blasé sur l'humanité et ce besoin de s'en éloigner ( un peu dans le genre : pour vivre heureux vivons seul). Ce que tu en dis me convainc même si j'aime trop les gens pour suivre l'exemple de ce garçon ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un roman qui donne de leçon en tout cas.

      Supprimer
  20. Argl mais pourquoi parler de la fin .... mauvais garçon 😋
    Marcus Malte sera au QDP cette année alors je pense me le faire dédicacer et le lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais donc ça, c'est une parfaite idée :)

      Supprimer
  21. Il est noté celui-là, merci de me le remettre en mémoire. Tu as vraiment l'air sous le charme (même si je n'ai pas lu le PS pour ne pas être spoliée !)

    RépondreSupprimer
  22. C'est toujours un plaisir de te retrouver pour une LC, mais quand elle se fait autour d'une oeuvre comme celle-ci, elle a d'autant plus le goût d'inoubliable. <3

    Notre prochain pavé sera le Lemaître?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Anima, ce sera d'une autre envergure que le Lemaître quand même !!!! Enfin, je dis ça, je dis rien ! ;)

      Supprimer
    2. Anima est sans doute plus impressionnant mais je veux absolument lire Lemaître !!!!!!

      Supprimer
  23. Je vais le lire celui-ci, c'est sûr !

    RépondreSupprimer
  24. Magnifique billet ! Comme il donne envie ! Je lirai donc ce livre. Je ne sais pas quand mais je sais que je le lirai. Merci.

    RépondreSupprimer
  25. Bien défini : une lecture qui te laisse sur le cul

    RépondreSupprimer
  26. Un titre déjà noté, mais j'avais bien envie de lire les mots que tu lui attribues... et je ne suis pas déçue, j'ai encore plus envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  27. Décidément, il a l'air incontournable, celui-là !
    Mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour ton billet ? Tu attendais Moka ? (simple curiosité ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'attendais oui. Une promesse est une promesse ;)

      Supprimer
  28. Aaah là je ne sais plus. J'avais noté ce titre parce que j'aime beaucoup Marcus Malte, son univers et sa plume m'ont séduite une fois du moins, et je vois que tout le monde s'enthousiasme pour ce roman, mais en te lisant (jusqu'à présent, je n'avais pas trop lu de résumé ni de critiques), je ne sais pas si l'intrigue et les thématiques vont être ma tasse de thé... J'hésite, j'hésite... "Mélancolie poétique" ça fait peur quand même... haha !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas s'arrêter à la mélancolie poétique, c'est tellement plus que ça.

      Supprimer
  29. Pzs encore lu Malte mais c'est prévu :-)

    RépondreSupprimer
  30. Après avoir lu ton billet je ne peux que le remonter dans ma PAL ! seb tu t'en souviens si fortement après 5 mois effectivement c'est une promesse de roman fort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je m'en souviendrai tout aussi bien dans 5 mois.

      Supprimer
  31. Celui-ci dans ce cas-là je me le note quelque part, obligée. Je suis certaine que je serai touchée par l’âme de ce garçon, petit héros sauvage qui découvre la vie et qui à son contact désenchante, comme beaucoup d’humains...
    Merci pour la belle découverte ;-)

    RépondreSupprimer
  32. Cette année, il me faut absolument découvrir cet auteur!

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !