mardi 8 décembre 2015

La peur au placard - Perrine Leblan

Sur sa fiche de rentrée, à la ligne « objectifs de cette année », Elsa à écrit « comprendre pourquoi ». Bien sûr la prof a tiqué et lui a demandé des éclaircissements. Des éclaircissements qu’elle n’a évidemment pas pu fournir. Comment expliquer en effet que son activité préférée en classe est d’observer en cachette la fille du premier rang. Pourquoi cette attirance, ce besoin irrépressible de tourner son regard vers elle ? Elsa est incapable de le dire de « mettre des mots sur cette chose. Lui donner, du même coup, une réalité ». Et quand les gros lourdauds du collège embêtent Chloé, une nouvelle élève dont le look et l’attitude lui valent d’être étiquetée comme lesbienne, Elsa est mal à l’aise, très mal à l’aise même...

Un joli portrait d’ado qui se cherche. Elsa ne se sent à sa place nulle part. Elle est perdue, elle souffre et ne peut se confier à personne. Face à la bêtise, à la violence, au harcèlement dont ses camarades vont faire preuve envers Chloé, elle n’ose s’interposer. Entre peur, honte et mensonge à soi-même, Elsa s’enfonce peu à peu dans l’obscurité. Heureusement Phil, l’ami homo de sa mère, est là pour l’écouter et lui faire partager se propre expérience. Heureusement Chloé est une fille forte qui deviendra un exemple à suivre. Heureusement, il est des épreuves que l’on parvient à surmonter lorsque l’on se décide à y faire face.

J’ai beaucoup aimé ce court roman qui ne met le couvercle sur aucun des problèmes auxquels sont souvent confrontés les jeunes en plein questionnement face à leur identité sexuelle. C’est peut-être parfois un peu pédagogique et un poil caricatural mais le message de tolérance passe sans trop enfoncer des portes déjà grandes ouvertes, c'est l'essentiel. Beaucoup d’empathie et beaucoup d’espoir au final (« j’ai eu la surprise de trouver, tapie dans un recoin de mon ventre, la certitude que tout irait bien – en dépit de tout ce qui irait de travers ») c'est ce que je retiendrais en priorité de ce texte.

La peur au placard de Perrine Leblan. Oskar, 2015. 78 pages. 7,00 euros. A partir de 12 ans.

Une lecture commune que je partage une fois de plus avec Noukette.









18 commentaires:

  1. J'adore les romans ados car j'adore les ados. C'est tellement fort cette période de la vie ! Merci de donner des conseils pour permettre de les accompagner par les mots ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un plaisir de dénicher des titres comme celui-là.

      Supprimer
  2. En plus d'être utile, un livre court et pas cher, idéal pour le public auquel il s'adresse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, ce sont des arguments qui comptent.

      Supprimer
  3. Un livre qui donne de l'espoir, donc un livre à retenir !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai réalisé hier que l'auteure était très jeune... Du coup je trouve ce roman encore plus réussi...! Une collection à suivre !

    RépondreSupprimer
  5. C'est très beau, ce que tu retiens de ce texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout ce que l'auteur dit qui est beau ;)

      Supprimer
  6. Ça me fait penser au Puits de la solitude de Radclyffe Hall, où l'auteure parle beaucoup de l'enfance et de l'adolescence du personnage principal. Drôle comme cette thématique ne résonne plus du tout de la même façon entre 1928 et aujourd'hui et est accueillie de façon plus évidente, naturelle, même s'il y a toujours du chemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement, les choses ont un peu changé !

      Supprimer
  7. Je note : tu aimes, le sujet est sensible et intéressant, c'est court et pas cher ... Bref, tout ce qu'il me faut pour le CDI :-)

    RépondreSupprimer
  8. Je suis entrain de lire "le bleu est une couleur chaude"

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !