mercredi 14 octobre 2015

Une vie T1 : 1916, Land Priors de Guillaume Martinez et Christian Perrissin

1984. Anna Laurence débarque à Saint-Véran, dans les Hautes Alpes. Un pensionnaire de l’hôtel où elle vient d’arriver, n’ayant donné aucun signe de vie depuis des semaines, avait confié au gérant des lieux une lettre destinée à sa mère, décédée depuis quatre ans. S’installant dans la chambre du disparu, Anna ouvre le courrier et découvre par la même l’existence d’un certain Winston Smith, écrivain anglais octogénaire dont elle n’a jamais entendu parler mais qui semble avoir très bien connu sa maman. Dans une malle, elle trouve un manuscrit sobrement intitulé « Life : confession d’un imposteur » et se plonge dans l’autobiographie de cet homme né au début du 20ème siècle.

Une adaptation prévue en six tomes de l’autobiographie d’un auteur anglais méconnu. Ce premier volume couvre l’année passée par Smith à l’école privée de Land Priors, jusqu’à son admission au prestigieux collège D’Eton, en 1916. On y découvre un élève solitaire dont l’émotivité à fleur de peau lui vaut quolibets et sarcasmes de la part de ses camarades. Un enfant qui, sous la protection du directeur de l’établissement, va peu à peu s’endurcir et devenir prêt à tout pour parvenir à ses fins.

L’éditeur précise que Christian Perrissin a découvert cette autobiographie chez un bouquiniste. Sauf que quelques recherches suffisent pour comprendre que ce livre n’a jamais existé et son auteur encore moins (pour info, Winston Smith est le héros du « 1984 » de Georges Orwell et ce n’est sûrement pas une coïncidence). En fait on nage en pleine supercherie et j’avoue que ce n’est pas pour me déplaire ! Surtout que cette supercherie fonctionne parfaitement. Oscillant entre les époques, le scénario se révèle très malin, d’ailleurs Perrissin a déjà prouvé avec Kongo et Martha Jane Cannary qu’il est particulièrement à l’aise dans l’exercice de la biographie, qu’elle soit ou pas fictive.

Au-delà du jeu d’illusionniste imaginé par les auteurs, le récit est passionnant et retrace l’ambiance particulière des écoles anglaises pendant la première guerre mondiale. Pénurie d’enseignants, pénurie de nourriture, tension entre élèves, patriotisme exacerbé, etc. Le dessin réaliste de Guillaume Martinez, tout en sobriété, reste pour sa part en permanence au service de l’histoire.

Un premier tome extrêmement prometteur, j’ai hâte de connaître la suite de cette vie inventée de toutes pièces (ou pas).

Une vie T1 : 1916, Land Priors de Guillaume Martinez et Christian Perrissin. Futuropolis, 2015. 66 pages. 15,00 euros.



La BD de la semaine est aujourd'hui
chez Stephie









34 commentaires:

  1. 6 tomes... misère. Tu me diras comment la série évolue ??! :P Tentant mais 6 tomes quoi ! (et je n'ai pas cette patience)
    Par contre, je n'ai toujours pas lu "Martha Jane Cannary"... j'irais plus fouiller de ce côté là pour découvrir le travail de Perrissin (qui me tente bien) d'autant que la série est finie ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande si les 6 tomes prévus, ce n'est pas non plus une supercherie ;)

      Supprimer
  2. Avec 6 tomes, on a le temps de voir venir... Je préfère attendre la suite pour voir comment cela évolue. En tout cas, ce que tu dis du tome 1 a l'air prometteur.

    RépondreSupprimer
  3. J'adore les jeux de vrais-faux bio (tu connais "Forgotten Silver" de Peter Jackson ?)
    En plus, le dessin est superbe.
    Merci pour ta chronique, Jérome. Je le note et le renote !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas "Forgotten Silver", non, mais je note moi aussi la référence ;)

      Supprimer
  4. bon... je vais attendre que quelques autres tomes sortent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours ce que je fais d'habitude.

      Supprimer
  5. je crois l'avoir vu à la bibi ! il me tente beaucoup ! youpi je le note ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il est à la bibli tu n'as plus d'excuse pour faire l'impasse ;)

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup naviguer à vue dans une lecture et ne pas savoir où veut me mener l'auteur... Là on a l'air d'être servi ! (Mais 6 tomes, pffffff, la patience et moi... :-p )

    RépondreSupprimer
  7. Mais pourquoi pas ? Par contre, attendre la suite n'est pas mon fort ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, vous êtes toutes les mêmes :p

      Supprimer
  8. Encore une série, 6 tomes ce n'est pas n'importe quoi... Mais je le retiens et irais le feuilleter à ma librairie ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le reconnais, avec six tomes, il faut être capable de voir loin.

      Supprimer
  9. Je pense que cela plaira à Grybouille, je note :)

    RépondreSupprimer
  10. Même si cette période n'est pas ma tasse de thé ton avis me donne envie d'en savoir plus sur cet album, je note.

    RépondreSupprimer
  11. Hou Hou, Grybouille vole de ce pas se le procurer :) Merci, @bientôt, Le p'tit duc.

    RépondreSupprimer
  12. On verra quand la série sera complète :) Déjà qu'entre les Lulus, les Vieux fourneaux et les Nombrils (ben quoi), je suis à bout de nerfs :)
    Le graphisme semble beau en tout cas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais les nombrils j'adore aussi ! Le dernier m'attend d'ailleurs ;)

      Supprimer
  13. Oh, j'adore ce genre de trucs en littérature! Tenntée, tentée, tentée. J'aime le graphisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le graphisme est parfaitement raccord avec le scénario.

      Supprimer
  14. J'adore l'idée de la supercherie ! J'espère trouver ça à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  15. Voilà qui semble très tentant et très prometteur malgré l'effet série! Tu le vends fort bien et je note précieusement!

    RépondreSupprimer
  16. Pfiou, bien tentant cette intrigue, ça me plaît bien... mais 6 tomes ? Je m'y pencherai certainement quand au moins le 3è tome sera paru.;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu retardes l'échéance et ça ne m'étonne pas une seconde :p

      Supprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !