jeudi 22 octobre 2015

L’intérêt de l’enfant - Ian McEwan

Fiona Maye est une brillante juge aux affaires familiales, « divinement hautaine, diaboliquement intelligente et  encore belle ». A 59 ans, mariée et sans enfant, ce bourreau de travail fait passer sa vie privée après ses dossiers, à tel point que son mari la menace d’aller voir ailleurs si elle ne lui accorde pas davantage de temps (et de faveurs). Une forme de chantage insupportable qui la rend folle de rage et l'incite à engager un bras de fer dont son couple risque de ne pas se remettre.

Au même moment, professionnellement, Adam Henry entre dans sa vie sous la forme d’un cas particulièrement épineux. A 17 ans le jeune homme, témoin de Jéhovah et souffrant d’une leucémie, refuse au nom de sa foi les transfusions sanguines qui lui sauveraient la vie. Fiona doit décider en urgence s’il est légal de le guérir malgré lui ou s’il possède suffisamment de discernement pour être considéré comme un (presque) adulte responsable de ses actes et dont il faut respecter les convictions. Sur un coup de tête, elle se rend à l'hôpital afin de se faire une idée précise de son degré de lucidité et de maturité. Cette rencontre avec le malade va engendrer un bouleversement auquel la juge n’était à l’évidence pas préparée…

Il y a une forme de concision dans l’écriture qui me convient tout à fait. Une retenue proche de la froideur clinique. Le personnage de Fiona n'attire aucune empathie, mais sa psychorigidité a du charme je trouve, surtout lorsqu’affleure sous le vernis des convenances sociales les doutes et les hésitations d’une femme bien plus fragile qu’il n’y parait. Sans compter que la force de sa réflexion est impressionnante, on suit le cheminement de sa pensée et on ne peut qu’être en admiration devant la précision et l’élégance de ses jugements. Le décalage est d’ailleurs terrible entre la facilité avec laquelle elle s’exprime dans le cadre de sa charge et sa difficulté à communiquer dans l’intimité. Avec son mari et avec Adam, les non-dits deviennent des désastres, les silences creusent des fossés impossibles à combler.

Un roman grave et austère d’une grande puissance où McEwan prouve que sobriété, délicatesse et raffinement peuvent aller de pair. Pas un coup de cœur à cause d’une séquence fleurant bien trop l’eau de rose à mon goût  mais pour le reste, la partition ne souffre d’aucune fausse note (en référence à la musique, très présente dans ce texte).

L’intérêt de l’enfant de Ian McEwan. Gallimard, 2015. 232 pages. 18,00 euros.





54 commentaires:

  1. je le veux, j'aime follement cet auteur et cette histoire me donne envie ! Même si étrange cette séquence bluette, pas trop le genre de l'écrivain (ou du moins des livres que j'ai lu !)....
    mille bises jeune homme (et suis bien contente que tu lises Mc Ewan, il est fait pour toi, sisi ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le liras vite j'espère et tu me diras ce que tu en as pensé.

      Supprimer
  2. Ce qui me saisi en lisant ton avis, c'est que ton analyse est vraiment différente que ceux des bogueuses. Tu présentes le personnage féminin d'une manière complètement différente et qui enrichi vraiment "le debat". Cela m'a déjà frappée dans ton mot sur la BD "les beaux étés" Quoiqu'il en soit, cette lecture m'est incontournable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, je ne me rends pas compte de ce genre de choses, je trouve intéressant que tu remarques ces différences.

      Supprimer
  3. Je suis une fan de cet auteur : il me le faut :D

    RépondreSupprimer
  4. Déjà lu, ma PAL est donc sauve.^^ C'était mon premier McEwan, un rendez-vous que j'avais espéré plus concluant mais j'avoue que malgré quelques passages où je me suis mortellement ennuyée, il y avait quelque chose de fort dans ce récit (réalisé sur la fin, à la dernière phrase précisément).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je ne m'y suis pas ennuyé une seconde, il y a une vraie profondeur dans la réflexion je trouve.

      Supprimer
  5. J'ai l'intention de le lire, même si j'ai "expiation" dans ma PAL depuis une éternité et que je ferais mieux de commencer par lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi il me reste à lire "Sur la plage de Chesil".

      Supprimer
  6. Je tournais autour depuis un moment. Je viens de l'acheter et, en lisant ta chronique, je pense avoir bien fait.

    RépondreSupprimer
  7. C'est un roman bref, mais intense, et j'ai beaucoup aimé le style de McEwan, sobre, précis et élégant. Certaines scènes, a priori anodines, sont d'une stupéfiante justesse ! Et il a quelques fulgurances aussi, quand il parle musique ou de la pluie qui tombe...
    En bref, j'ai beaucoup aimé ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y a de très beaux passages sur la musique.

      Supprimer
  8. Je tenterais bien le coup, je pense l'avoir vu arriver dans les nouveautés de la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai vu aussi aujourd'hui dans ma médiathèque.

      Supprimer
  9. Il est dans ma PAL : pour le congé tout proche ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va être lu par beaucoup de monde j'ai l'impression !

      Supprimer
  10. Il va falloir que je lise un jour cet auteur, mais je ne suis pas sûre d'avoir envie de commencer par celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le choix est vaste, tu pourras facilement trouver un autre titre.

      Supprimer
  11. Je suis fan de l'auteur (des auteurs anglais en général...) alors pas de souci, quels que soient les avis, je veux le lire!

    RépondreSupprimer
  12. J'hésite... le sujet de base va me mettre hors de moi, c'est certain, reste à voir comment McEwan le traite....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la façon dont le sujet est traité qui est intéressante, pas le sujet lui-même.

      Supprimer
  13. jamais lu McEwan donc je vais sauter le pas avec celui-là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte de savoir ce que tu vas en penser !

      Supprimer
  14. Quoi ! Un dernier Mac Ewan est sorti et je ne l'ai pas encore ! Mais où étais-je ces derniers temps ! Tu me pardonneras de survoler ta note, je cours me l'acheter à la place ! merci pour l'info !

    RépondreSupprimer
  15. Il me tente énormément, je devrais le commencer prochainement !

    RépondreSupprimer
  16. Je n'en ai lu que de bonnes critiques ! et j'ai drôlement envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  17. Oh quelle chance ! je voulais le lire par contre ton passage sur "le roman à l'eau de rose" qui t'empêche d'avoir le coup de coeur - une première chez toi ! c'est vraiment handicapant ? long ? je suis pas fleur bleue non plus alors ....
    sinon bon week-end ! !! mais j'attends ton avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est une scène très courte. Mais je n'ai pas aimé, je l'ai trouvée totalement "cliché" en fait ;)

      Supprimer
  18. Jamais lu cet auteur, visiblement c'est un tort...! Du coup je me demande si c'est le bon titre pour partir à sa découverte... Tu en penses quoi toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu pourrais commencer avec celui-là oui. Et je pense que tu aimerais.

      Supprimer
  19. J'aime trop cet auteur pour laisser passer ce livre-là...

    RépondreSupprimer
  20. Je fais parie de ceux ou celles qui ne connaissent pas encore cet auteur. Ta chronique suscite l'envie...

    RépondreSupprimer
  21. cet auteur c'est fifty/fifty pour moi, j'ai adoré certains de ses romans et je me suis ennuyée pour d'autres. Je crois que celui me plaira!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire qu'il a écrit des choses vraiment très différentes.

      Supprimer
  22. Bien envie d'essayer et j'avais aimé "Sur la plage de chesil", je note !! ;)

    RépondreSupprimer
  23. Il est dans ma PAL depuis pratiquement sa sortie... j'attends le moment adéquat, mais avec un auteur que j'adore, celui moment devrait arriver vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ça, comme on aime à ce point, il faut attendre le bon moment.

      Supprimer
  24. Oh, s'il y a de la musique dans tout ça, je suis pour. En plus, c'est Ian McEwan. Que demander de plus!

    RépondreSupprimer
  25. de ce que tu en dis, il est dans la veine de CHésil qui m'avait ennuyée, ce que tu dis du personnage principal me fait penser à Florence, une femme à laquelle on ne s'attache pas spécialement, et je n'en peux plus des désastres conjugaux en fait, je préfère quand McEwan parle de littérature dans ses romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc tu vas faire l'impasse si j'ai bien compris :)

      Supprimer
  26. Très tentant ! je le rajoute à ma wish-list.
    Merci pour la découverte, bonne journée.

    RépondreSupprimer
  27. Une écriture clinique qui ne t'a pas gênée, donc.

    RépondreSupprimer

Je modère les commentaires pour vous éviter les captcha pénibles de Google. Je ne filtre rien pour autant, tous les commentaires sans exception seront validés au plus vite, promis !